Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Elections générales sud-africaines 2019: Quel impact sur le Maroc?    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Elections européennes: Et c'est parti…    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au Gharb, la COSUMAR relance l'amont agricole
Cultures sucrières
Publié dans L'opinion le 08 - 10 - 2009

En vertu des termes d'une convention signée tout récemment entre l'Office régional de mise en valeur agricole du Gharb et la direction générale des Sucreries du Gharb (SURAC et SUNABEL dépendant de la COSUMAR, filiale du Groupe ONA), les agriculteurs qui s'adonnent aux cultures sucrières auront à profiter d'une série de mesures qualifiées d «  incitatives » conditionnée par un certain nombre de préalables, et ce, dans la perspective, moyennant le recours aux semences mono germes, d'une amélioration de la productivité et d'un meilleur approvisionnement des unités de production.
L'ambition de la COSUMAR est d'aboutir, à l'horizon 2013, à la couverture de 55% des besoins du marché local en sucre.
A aujourd'hui, la COSUMAR produit annuellement plus d'un million de tonnes de sucre.
Toujours est-il que les termes de ladite convention ne traitent nullement d'une quelconque révision du prix d'achat des plantes sucrières.
Ce qui ferait que les recettes des agriculteurs demeureront, en vertu de ce genre de rapport contractuel, conditionnées par le tonnage et la teneur en sucre de leurs récoltes.
Pour simple rappel, le secteur sucrier assure près de 45% des besoins nationaux en sucre et la production du pain du sucre, du sucre en lingots, du sucre en morceaux et du sucre granulé est entièrement détenue par la COSUMAR qui, depuis l'acquisition en août 2005 des unités publiques, détient le monopole de l'extraction, du raffinage et du conditionnement de ce produit.
En investissant l'amont agricole, la COSUMAR envisagerait, sans nul doute, dans un contexte de renchérissement des cours mondiaux de la matière première, d'améliorer les performances de l'outil industriel et de réduire ainsi la part du raffinage à partir du sucre brut importé. Déjà, au terme de l'exercice 2008, le chiffre d'affaire de la COSUMAR s'est inscrit à la baisse par rapport à celui de 2007. Et sous l'effet du renchérissement du fuel et des matières premières, le résultat d'exploitation a été maintenu au même niveau enregistré une année auparavant.
Par ailleurs, et à fin août de l'année en cours des chiffres de l'Office des Changes, il ressort qu'en valeur, les importations du sucre, comparées à celles d'une année auparavant, se sont accrues de 65,6%, soit environ 919 millions de dhs alors qu'en tonnage, elles n'ont augmenté que de 183,8 milliers de tonnes ou +de 36,4%.
A en juger par des données du Centre régional d'investissement de la région du Gharb, la campagne précédente a permis la production d'environ 12,4 millions de quintaux de cultures sucrières dont 81% de betteraves et 19% de cannes à sucre et dans le cadre du Plan Maroc Vert, la région du Gharb-Chrarda-Beni-Hssen bénéficierait, à l'horizon 2020, d'un investissement global de l'ordre de 37,8 milliards de dhs dont l'essentiel serait consacré aux projets d'agrégation et à ceux afférents à l'aménagement agricole.
Pour simple rappel aussi, l'Etat et la Fédération interprofessionnelle marocaine du sucre (FIMASUCRE), créée le 18 juin 2007 et relevant de la COMADER, ont procédé le 22 avril 2008, dans le cadre du Plan Maroc Vert et lors des premières assises de l'agriculture à Meknès, à la signature d'un contrat-programme qui vise à mettre à niveau la filière sucrière.
Etalé sur cinq années, ce contrat-programme s'assigne pour objectif de porter la production actuelle du sucre établie à 480.000 tonnes à plus 657.000 tonnes. Et ce, par le biais de l'amélioration des performances agricoles et la modernisation de l'outil industriel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.