Les jugements exécutés au Maroc ont plus que doublé en 2017    Benatiq : Le Maroc est conscient des grandes mutations que connaît le phénomène migratoire    Une première. Une commission du Parlement d'Amérique centrale se réunit en bientôt à Rabat    Désenclavement rural : Le taux d'accessibilité est passé 80% selon Amara    Zinebladi : Centrale Danone met en valeur le patrimoine marocain    ADM : Ouverture de l'extension du péage de l'échangeur Meknès-Est    Emmanuel Macron loue le passage d'Henri Michel au Raja de Casablanca !    Mondial-2026 : La candidature du Maroc présentée à Accra aux présidents des Fédérations africaines    Plus de 770.000 diabétiques pris en charge par le ministère de la santé    La princesse Lalla Hasnaa a préside le vernissage de l'exposition « La Méditerranée et l'art moderne »    City Week 2018, avec ou sans Brexit, Londres restera en pole position !    La note américaine au Maroc    OCP : Un emprunt obligataire de 5 milliards de dirhams    Plus de 84 MMDH d'investissements depuis la privatisation    AWB finance la transformation du cacao au Cameroun    Le Maroc accompagne le Nigeria dans la gestion de l'eau    Une «Romantada» à Rome ?    Nasser Larguet restera-t-il à la tête de la direction technique de la FRMF ?    Un Monde Fou    Toronto : Plusieurs morts dans l'attaque à la voiture bélier    L'affaire devant le Parlement:retrait des cyclistes marocains    Réforme des CRI: Les propositions d'El Othmani    L'UIR en route vers le doctorat    La Solidarité Française disntingue trois Marocains    Istiqlal: Le clan sahraoui renforce sa position    L'emission Ensemble pour un seul but :la Candidature du Maroc 2026    Echec d'une tentative d'importation de marchandises prohibées    La plus grande ferme d'Afrique ouverte    Rabat: Lalla Hasnaa préside le vernissage de l'exposition « La Méditerranée et l'art moderne »    SM le Roi visite la Direction Générale de la Surveillance du Territoire national (DGST)    De fortes averses orageuses prévues ce mardi de 15H00 à 24H00 dans plusieurs provinces du Royaume    Salon du livre à Montréal : La culture immatérielle du Maroc au centre du débat    Le concert «Harmonie» à Oujda    INDH : Une arme contre la précarité    Le conducteur d'une camionnette fait 10 morts et 15 blessés    Inde: La peine de mort pour les violeurs d'enfants    Amazigh : Le Parlement accélère l'examen du projet de loi organique    Décès de l'ex-sélectionneur du Maroc, le Français Henri Michel    «La dévalorisation de l'action politique produit des effets négatifs»    Macron et Trump testent leur amitié sur des sujets qui les divisent    L'UE ouvre une enquête sur le projet d'acquisition de Shazam par Apple    Les clubs du peloton de tête s'inclinent    Morocco, Polisario, why war is possible...    (Exclusif) Offre d'emploi: Travaillez sur une île sans payer le loyer!    Génocide arménien, l'ombre de Talaat Pacha    (Vidéo) Accusé de racisme, Gad Elmaleh s'excuse!    «La musique me permet d'articuler des idées pour lesquelles je n'ai pas de mots»    Deux ouvriers blessés suite au renversement d'une grue géante à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En hommage à Eric Rohmer
CINE-STARS
Publié dans L'opinion le 16 - 01 - 2010

Le cinéaste français Eric Rohmer est mort lundi matin 11 janvier à Paris à l'âge de 89 ans, laissant derrière lui 60 ans de films et d'écrits sur le cinéma. Né le 21 mars 1920 à Tulle, en Corrège, Maurice Scherer a d'abord été professeur de lettres puis critique de cinéma, fondant « La gazette du cinéma » avec Jacques Rivette où il fait la connaissance de Jean-Luc Godard. Il réalise son premier court-métrage en 1951 et s'est inscrit comme l'un des piliers du mouvement cinématographique de la nouvelle vague.
Eric Rohmer a en particulier reçu le Lion d'Or au festival du cinéma de Venise pour « Le rayon vert » puis un Lion d'Or pour l'ensemble de sa carrière en 2001. « Le genou de clair » a été récompensé du Prix Louis Delluc en 1971. Il a également mis en scène des pièces de théâtre et écrit plusieurs ouvrages sur le cinéma.
Il était renommé à l'étranger, l'une de ses premières œuvres « Ma nuit chez Maud » (1969) étant nominée aux Oscars pour le meilleur scénario.
Pour son premier et unique roman « Elisabeth » (1946), Maurice Scherer a pris le pseudonyme de Gilbert Cordier mais décide d'adopter celui d'Eric Rohmer par la suite. « Ce nom m'a été très utile dans ma carrière : « on aime employer, surtout au cinéma, des adjectifs. On dit Hitchcockien, Rosselinien, Rohmérien. Ça marche très bien », disait-il au monde dans un entretien en 2007.
Le cinéma rohmérien se caractérise par une certaine lenteur, par la profondeur et le style littéraire des dialogues qu'il ne laissait à personne d'autre le soin d'écrire.
« Les contes moraux » un premier cycle de six longs-métrages, étaient d'abord des nouvelles écrites dans les années 50.
« On peut dire que mon travail est plus proche de la nouvelle, d'une certaine forme de nouvelle que le cinéma abandonne aujourd'hui, que d'autres formes de spectacles, tel le théâtre », écrivait-il en 1971.
Eric Rohmer gardait secrets les détails de sa vie privée et la nouvelle de son hospitalisation n'était pas connue. Arielle Dombasle, qu'il a révélée dans « Pauline à la plage » (1983), l'a vu samedi 9 janvier en chambre de réanimation, à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. « Il était sorti du coma et nous avons pu nous parler par petits papiers interposés », a-t-elle raconté à Europe 1. « C'est quelqu'un qui m'a fait lire pour la première fois le dramaturge Marivaux, qui m'a montré ce qui était la beauté classique des textes, qui m'a fait comprendre ce qui était le cinéma, l'écriture cinématographique », a-t-elle poursuivi.
Eric Rohmer était « un cousin germain de Marivaux », a dit l'acteur Pierre Arditi sur France Info citant la récurrence des thèmes de l'amour et de l'infidélité dans son œuvre.
Nicolas Sarkozy a rendu hommage à un auteur qui avait su inventer « son cinéma, resté singulier, unique ». C'était du cinéma jusque dans son économie propre, minimaliste, jusque dans les titres de ses films, réunis comme des collections de contes moraux », écrit-il dans un communiqué.
Serge Toubiana a salué le départ de quelqu'un qui compte dans le cinéma français : « Il s'inscrivait dans un certain classicisme. Tout semblait éminemment naturel et spontané, mais tout était extrêmement écrit », dit le directeur de la cinémathèque française. « Il avait la capacité vite et bien les situations, les personnages, ses acteurs, ses actrices surtout qu'il entourait de beaucoup de précaution parce qu'il les aimait ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.