Mustapha El Khalfi met la société civile devant ses responsabilités    L'ANAPEC lance 4 unités mobiles    Casablanca : Quatre balles pour arrêter un repris de justice    Agences des bassins hydrauliques : Le décret d'organisation entre bientôt en vigueur    Vacances scolaires : Le dispositif de l'ONCF    En réponse au message que le Souverain lui avait adressé récemment au sujet d'Al-Qods: SM le Roi reçoit une lettre du président américain    Soupçons d'ingérence russe: Twitter a fermé 1.000 nouveaux comptes    Congrès régional du RNI : Les recommandations d'Akhannouch    Fake news: Avec l'aide des usagers, Facebook cherche les sources « fiables »    Saad Eddine, Oh my brother Saad Eddine, did you not see it coming?    La Conférence des ministres des AE du Dialogue "5+5" salue le rôle de SM le Roi en tant que Président du Comité Al Qods    Oxfam: Les plus riches ont accaparé 82% de la richesse mondiale créée en 2017    Turquie: 24 arrestations pour « propagande » en lien avec l'offensive en Syrie    CHAN Maroc-2018 : Le Maroc termine en tête du groupe A    Début à Rabat des travaux du 4-ème congrès du PSU    L'Office des changes fait le point sur les opérations de couverture    Osons espérer    Fès : Trois blessés suite à l'effondrement d'une maison de deux étages    «La marge de manœuvre de Bank Al-Maghrib demeure très limitée»    Un draft pour début février    Les émetteurs désormais protégés par la jurisprudence    Amical : Maroc - Argentine, toujours d'actualité Spécial    Fayçal Rherras retourne en Ecosse pour plus de temps de jeu    Le Liberia soutient l'admission du Maroc à la CEDEAO    Le Dirham, le Wali et la Presse, « est-ce que le monde est sérieux » ?    CHAN 2018 : Classement des buteurs après 2 journées Spécial    Agents de joueurs: l'UEFA brise l'omerta    Les sociaux-démocrates disent oui à Merkel    4 blessés suite à l'effondrement d'un immeuble    L'IMA rend hommage à Abdellah Laroui    Cachemire, cette guerre oubliée...    La Jeunesse socialiste célèbre le 42 e anniversaire de sa création    850.000 employés fédéraux au chômage technique    Il n'y aura pas d'expulsion de ressortissants Marocains    Emploi, Santé et Education, priorités pour Aziz Akhannouch    AJAMMAR au Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui    Faouzi Benzerti, nouveau coach du Wydad    El Jadida abrite la 1ere édition du festival ‘'FRATERNITE AFRICAINE DES TALENTS''    Arrestation à Bab Sebta d'un Espagnol en possession de 105 kg de Chira    Jamal Sellami : «Notre victoire face à la Guinée, un appui moral pour aller de l'avant»    CHAN Maroc 2018: Le Maroc accède rapidement aux quarts de finale    SIEL : Casablanca accueille 300 plumes du monde    Loft Art Gallery au Salon international d'art contemporain africain à Marrakech !    Peter Mayle, auteur d'«Une année en Provence», n'est plus    13e Session ordinaire du Conseil Supérieur de l'Education, la Formation et la Recherche Scientifique    1,5 kilo d'or saisi à Tanger    Casablanca: un patrimoine architectural sous le coup de l'amnésie    «Solo» déroche le prix de la meilleure œuvre théâtrale pour l'année 2017    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En hommage à Eric Rohmer
CINE-STARS
Publié dans L'opinion le 16 - 01 - 2010

Le cinéaste français Eric Rohmer est mort lundi matin 11 janvier à Paris à l'âge de 89 ans, laissant derrière lui 60 ans de films et d'écrits sur le cinéma. Né le 21 mars 1920 à Tulle, en Corrège, Maurice Scherer a d'abord été professeur de lettres puis critique de cinéma, fondant « La gazette du cinéma » avec Jacques Rivette où il fait la connaissance de Jean-Luc Godard. Il réalise son premier court-métrage en 1951 et s'est inscrit comme l'un des piliers du mouvement cinématographique de la nouvelle vague.
Eric Rohmer a en particulier reçu le Lion d'Or au festival du cinéma de Venise pour « Le rayon vert » puis un Lion d'Or pour l'ensemble de sa carrière en 2001. « Le genou de clair » a été récompensé du Prix Louis Delluc en 1971. Il a également mis en scène des pièces de théâtre et écrit plusieurs ouvrages sur le cinéma.
Il était renommé à l'étranger, l'une de ses premières œuvres « Ma nuit chez Maud » (1969) étant nominée aux Oscars pour le meilleur scénario.
Pour son premier et unique roman « Elisabeth » (1946), Maurice Scherer a pris le pseudonyme de Gilbert Cordier mais décide d'adopter celui d'Eric Rohmer par la suite. « Ce nom m'a été très utile dans ma carrière : « on aime employer, surtout au cinéma, des adjectifs. On dit Hitchcockien, Rosselinien, Rohmérien. Ça marche très bien », disait-il au monde dans un entretien en 2007.
Le cinéma rohmérien se caractérise par une certaine lenteur, par la profondeur et le style littéraire des dialogues qu'il ne laissait à personne d'autre le soin d'écrire.
« Les contes moraux » un premier cycle de six longs-métrages, étaient d'abord des nouvelles écrites dans les années 50.
« On peut dire que mon travail est plus proche de la nouvelle, d'une certaine forme de nouvelle que le cinéma abandonne aujourd'hui, que d'autres formes de spectacles, tel le théâtre », écrivait-il en 1971.
Eric Rohmer gardait secrets les détails de sa vie privée et la nouvelle de son hospitalisation n'était pas connue. Arielle Dombasle, qu'il a révélée dans « Pauline à la plage » (1983), l'a vu samedi 9 janvier en chambre de réanimation, à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. « Il était sorti du coma et nous avons pu nous parler par petits papiers interposés », a-t-elle raconté à Europe 1. « C'est quelqu'un qui m'a fait lire pour la première fois le dramaturge Marivaux, qui m'a montré ce qui était la beauté classique des textes, qui m'a fait comprendre ce qui était le cinéma, l'écriture cinématographique », a-t-elle poursuivi.
Eric Rohmer était « un cousin germain de Marivaux », a dit l'acteur Pierre Arditi sur France Info citant la récurrence des thèmes de l'amour et de l'infidélité dans son œuvre.
Nicolas Sarkozy a rendu hommage à un auteur qui avait su inventer « son cinéma, resté singulier, unique ». C'était du cinéma jusque dans son économie propre, minimaliste, jusque dans les titres de ses films, réunis comme des collections de contes moraux », écrit-il dans un communiqué.
Serge Toubiana a salué le départ de quelqu'un qui compte dans le cinéma français : « Il s'inscrivait dans un certain classicisme. Tout semblait éminemment naturel et spontané, mais tout était extrêmement écrit », dit le directeur de la cinémathèque française. « Il avait la capacité vite et bien les situations, les personnages, ses acteurs, ses actrices surtout qu'il entourait de beaucoup de précaution parce qu'il les aimait ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.