El Jadida : Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise du prix du roi Mohammed VI    300 migrants envahissent l'enclave de Melilla, un mort    Béni Mellal: En état d'ébriété, un brigadier-chef provoque accident    Vidéo. L'artisanat marocain mis en valeur au salon du cheval d'El Jadida    Visite surprise de Laftit à Madrid    Ouverture d'une enquête après une tentative de viol filmée    La beauté de Chefchaouen et de Tanger mise en relief par TF1    Le Rwanda annonce un nouveau gouvernement composé à 50% de femmes    4e commission de l'ONU: Triste spectacle mercenaire    Affronter les pollueurs récidivistes!    Mairie de Casablanca: La propreté renvoyée aux calendes grecques    «Les fourmis prédatrices ou l'itinéraire d'un expulsé d'Algérie»    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Miss Liban perd son titre pour avoir posée avec Miss Israël    Sahara : De l'informel à l'officiel…    Les métiers du cheval: une filière en manque de profils adaptés    KACM – DHJ au sommer de la 5e journée    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    Débats en profondeur et intellectuels d'ici et d'ailleurs    11è Festival de la Culture soufie à Fès : Les Femmes ouvrent le bal    «Pressa»…. le bonheur est ailleurs!    Mouloud Ou Hamouch mène en silence une bataille contre la maladie    Sa majesté le roi reçoit les condoléances du roi Salmane suite au drame Bouknadel    Les marcheurs de la faim toujours bloqués à la frontière mexicaine    Armes nucléaires: Trump fait un pas de plus vers l'unilatéralisme    Londres : 700 000 personnes manifestent contre le Brexit    Aller loin, y aller ensemble : Les start-up marocaines ont besoin de notre soutien    Faouzi Benzarti mis à la porte par la sélection tunisienne    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Premier League : Une manche show    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Une sordide histoire de décapitation défraye la chronique à Mohammedia (Vidéo)    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En hommage à Eric Rohmer
CINE-STARS
Publié dans L'opinion le 16 - 01 - 2010

Le cinéaste français Eric Rohmer est mort lundi matin 11 janvier à Paris à l'âge de 89 ans, laissant derrière lui 60 ans de films et d'écrits sur le cinéma. Né le 21 mars 1920 à Tulle, en Corrège, Maurice Scherer a d'abord été professeur de lettres puis critique de cinéma, fondant « La gazette du cinéma » avec Jacques Rivette où il fait la connaissance de Jean-Luc Godard. Il réalise son premier court-métrage en 1951 et s'est inscrit comme l'un des piliers du mouvement cinématographique de la nouvelle vague.
Eric Rohmer a en particulier reçu le Lion d'Or au festival du cinéma de Venise pour « Le rayon vert » puis un Lion d'Or pour l'ensemble de sa carrière en 2001. « Le genou de clair » a été récompensé du Prix Louis Delluc en 1971. Il a également mis en scène des pièces de théâtre et écrit plusieurs ouvrages sur le cinéma.
Il était renommé à l'étranger, l'une de ses premières œuvres « Ma nuit chez Maud » (1969) étant nominée aux Oscars pour le meilleur scénario.
Pour son premier et unique roman « Elisabeth » (1946), Maurice Scherer a pris le pseudonyme de Gilbert Cordier mais décide d'adopter celui d'Eric Rohmer par la suite. « Ce nom m'a été très utile dans ma carrière : « on aime employer, surtout au cinéma, des adjectifs. On dit Hitchcockien, Rosselinien, Rohmérien. Ça marche très bien », disait-il au monde dans un entretien en 2007.
Le cinéma rohmérien se caractérise par une certaine lenteur, par la profondeur et le style littéraire des dialogues qu'il ne laissait à personne d'autre le soin d'écrire.
« Les contes moraux » un premier cycle de six longs-métrages, étaient d'abord des nouvelles écrites dans les années 50.
« On peut dire que mon travail est plus proche de la nouvelle, d'une certaine forme de nouvelle que le cinéma abandonne aujourd'hui, que d'autres formes de spectacles, tel le théâtre », écrivait-il en 1971.
Eric Rohmer gardait secrets les détails de sa vie privée et la nouvelle de son hospitalisation n'était pas connue. Arielle Dombasle, qu'il a révélée dans « Pauline à la plage » (1983), l'a vu samedi 9 janvier en chambre de réanimation, à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. « Il était sorti du coma et nous avons pu nous parler par petits papiers interposés », a-t-elle raconté à Europe 1. « C'est quelqu'un qui m'a fait lire pour la première fois le dramaturge Marivaux, qui m'a montré ce qui était la beauté classique des textes, qui m'a fait comprendre ce qui était le cinéma, l'écriture cinématographique », a-t-elle poursuivi.
Eric Rohmer était « un cousin germain de Marivaux », a dit l'acteur Pierre Arditi sur France Info citant la récurrence des thèmes de l'amour et de l'infidélité dans son œuvre.
Nicolas Sarkozy a rendu hommage à un auteur qui avait su inventer « son cinéma, resté singulier, unique ». C'était du cinéma jusque dans son économie propre, minimaliste, jusque dans les titres de ses films, réunis comme des collections de contes moraux », écrit-il dans un communiqué.
Serge Toubiana a salué le départ de quelqu'un qui compte dans le cinéma français : « Il s'inscrivait dans un certain classicisme. Tout semblait éminemment naturel et spontané, mais tout était extrêmement écrit », dit le directeur de la cinémathèque française. « Il avait la capacité vite et bien les situations, les personnages, ses acteurs, ses actrices surtout qu'il entourait de beaucoup de précaution parce qu'il les aimait ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.