Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liban / Hariri maintient sa candidature, l'Emir du Qatar à Damas
Peut-on éviter la dégradation de la situation
Publié dans L'opinion le 21 - 01 - 2011

L'émir du Qatar cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani s'est rendu jeudi à Damas où, avec le président syrien Bachar Al-Assad, ils ont souligné "l'importance de la stabilité et de la sécurité au Liban", a annoncé l'agence officielle Sana.
Cheikh Hamad, qui s'était déjà rendu lundi à Damas, et le président Assad ont examiné "les développements au Liban au moment où les médiations pour une solution sont bloquées", indique Sana.
Les deux chefs d'Etat ont affirmé au cours de leur entretien "l'importance de la stabilité et de la sécurité au Liban et (la nécessité) d'empêcher la dégradation de la situation dans ce pays", ajoute l'agence.
Dans la matinée, le ministre qatari des Affaires étrangères Hamad ben Jassem ben Jabr al-Thani et son homologue turc Ahmet Davutoglu avaient annoncé à Beyrouth qu'ils suspendaient leurs efforts de médiation destinés à débloquer la situation au Liban, après deux jours de contacts intensifs avec les parties concernées.
Le Liban est divisé depuis des mois sur le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) chargé d'identifier et de juger les responsables de l'assassinat en 2005 de Rafic Hariri, père de Saad.
Hariri candidat
à la primature
Le Premier ministre libanais en exercice Saad Hariri a confirmé jeudi sa candidature pour un nouveau mandat malgré les pressions du Hezbollah, alors que la crise liée à l'enquête sur l'assassinat de son père s'exacerbait après l'échec de médiations régionales.
"Nous participerons aux consultations parlementaires avec le président de la République lundi et je reste engagé à me porter candidat, conformément à la décision de mon groupe parlementaire", a annoncé M. Hariri lors d'un discours télévisé devant des partisans de son camp.
Il a affirmé qu'il accepterait le résultat des consultations, "en dépit des intimidations dans la rue ou ailleurs".
Cette annonce intervient plus d'une semaine après la démission des ministres du camp du puissant mouvement armé chiite Hezbollah du gouvernement, provoquant sa chute.
L'opposition, menée par le Hezbollah, a déjà fait savoir qu'elle ne souhaitait pas voir un retour de Saad Hariri.
Le chef du Courant patriotique libre, le chrétien Michel Aoun, allié du Hezbollah, a lui aussi réitéré son refus de voir Saad Hariri continuer à gouverner le pays. "Nous lui avons dit de ne pas revenir et il ne doit pas revenir." il "y a plusieurs candidats" et le nom de Saad Hariri n'y figure pas. "Tout député qui soutiendra Saad Hariri, serait partisan de la corruption et de l'hégémonie étrangère sur le Liban" avait-il précisé il y a une semaine.
Selon le "pacte national" libanais, le chef du gouvernement doit être sunnite, le chef de l'Etat chrétien maronite et le président de la Chambre des députés chiite.
Joumblatt arbitre malgré lui
C'est le groupe parlementaire du leader druze Walid Joumblatt qui fera pencher la balance en faveur ou non de Saad Hariri, dont il était l'un des plus proches alliés avant de s'en démarquer.
Le leader druze libanais Walid Joumblatt devait annoncer vendredi sur quel camp portera son choix dans la bataille pour la nomination du futur Premier ministre au Liban, plongé dans une grave crise politique liée au tribunal de l'ONU sur l'assassinat en 2005 de Rafic Hariri.
Selon des responsables, il devrait apporter son soutien à l'opposition emmenée par le puissant mouvement armé chiite du Hezbollah, face au camp de la majorité parlementaire menée par le Premier ministre en exercice, Saad Hariri, fils de Rafic.
Le leader druze, un ancien ténor du camp Hariri qui s'est rapproché en 2009 du Hezbollah, devait tenir une conférence de presse dans l'après-midi.
Son bloc parlementaire compte 11 députés, parmi lesquels cinq chrétiens et un sunnite. M. Joumblatt devrait pouvoir assurer le soutien de sept de ses députés, nécessaires au camp du Hezbollah pour imposer leur candidat au poste de Premier ministre.
L'opposition ne veut pas voir un retour de Saad Hariri et selon des médias et responsables, son candidat serait probablement l'ancien Premier ministre Omar Karamé.
"Il est clair que Joumblatt craint des violences confessionnelles et n'a d'autre choix que de soutenir le Hezbollah", a indiqué un responsable proche de son bloc parlementaire. La situation "ne tient qu'à un fil et peut-être si le Hezbollah a ce qu'il veut, elle ne dégénérera pas en violence".
Washington veut toujours « apporter son aide »
La crise inquiète la communauté internationale qui craint une résurgence des violences, notamment après le dépôt lundi de l'acte de l'accusation par le TSL, au contenu encore confidentiel.
Jeudi, Hillary Clinton, la chef de la diplomatie américaine, a affirmé qu'il revenait aux Libanais eux-mêmes de résoudre leur crise politique, bien que Washington soit prêt à leur apporter une aide.
C'est aux Libanais eux-mêmes de résoudre leur crise politique, bien que les Etats-Unis soient prêts à leur apporter une aide, a insisté jeudi Hillary Clinton, la chef de la diplomatie américaine.
"Toute décision devra être prise par le peuple libanais", a-t-elle répondu à la question d'un journaliste sur l'échec des médiations internationales.
"Dans les jours à venir, vous verrez beaucoup d'activité au Liban lui-même", a pronostiqué Mme Clinton.
"Nous sommes prêts, comme beaucoup d'autres dans la région et au-delà, à apporter notre assistance", a-t-elle ajouté. Les experts prêtent peu d'influence à Washington pour résoudre la crise.
Mme Clinton a également réitéré le soutien des Etats-Unis au Tribunal spécial pour le Liban (TSL) qui conduit l'enquête des Nations unies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.