Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    Trade Tensions With Europe Flare as Trump Flexes Economic Muscle    LDC Afrique: Ce qu'il faut savoir sur le choc Maghrébin EST- RAJA    Espagne : arrestation d'un réseau criminel organisant des mariages blancs    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Le PPS au parlement    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    La 31ème édition du Marathon international de Marrakech ce dimanche : Plus de 13.000 athlètes de 75 pays au départ    Entretien avec Adil Terrab, président du Conseil Préfectoral du tourisme Meknès    Le défi national !    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    Angola: Isabel dos Santos accusée formellement de fraude et blanchiment d'argent    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    Qui est le binôme Alj-Tazi, le nouveau duo qui tient les rênes de la CGEM ?    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Terres collectives : Ce que recommande le CESE    Un stand marocain aménagé par l'ONMT : La 40ème édition du FITUR de Madrid se poursuit jusqu'au 26 janvier    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Province de Guelmim : 3 morts et 10 blessés dans un accident de la route    Une quinzaine de routes libre et une douzaine coupée    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    60ème anniversaire de l'USFP Grande manifestation à Larache    EuroMed Droits préoccupé par la restriction de la liberté d'expression    Dans son intervention lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers    Les Américains ont moins dépensé en jeux vidéos en 2019    Le cacao bio commence à sortir des petits paysans brésiliens de la misère    Atelier de formation à Safi sur l'insertion des jeunes dans le tissu socioéconomique    Insolite : Perché dans un tonneau    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Divers sportifs    Sébastien Desabre : L'atteinte des objectifs est une responsabilité collective qui exige du travail fondé sur la discipline, le respect et l'efficacité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Présentation à El Jadida du livre "Mémoires d'un professeur"    Une nouvelle étoile cinématographique illumine Tiznit    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ONU / reconnaissance de l'Etat de Palestine
Abbas, déterminé à aller jusqu'au bout, invite Washington à «être plus sérieux»
Publié dans L'opinion le 15 - 11 - 2011

Les Palestiniens ne baisseront pas les bras malgré le rejet attendu au Conseil de sécurité de l'ONU de la demande de reconnaissance de la Palestine en tant que membre à part entière de l'organisation internationale, a déclaré vendredi soir à Tunis le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Abou Mazen a par la même occasion exhorté les Etats-Unis, qui opposent leur veto à l'admission de la Palestine à l'ONU, «à être plus sérieux».
Les Palestiniens ne baisseront pas les bras malgré le rejet attendu au Conseil de sécurité de l'ONU de la demande de reconnaissance de la Palestine en tant que membre à part entière de l'organisation internationale, a déclaré vendredi soir à Tunis le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.
Lors d'une conférence de presse au terme d'une visite de travail de deux jours en Tunisie, il a reconnu ne pas s'attendre à une issue favorable des débats au Conseil de sécurité. Il a regretté que la requête palestinienne n'ait pas pu obtenir les neufs voix nécessaires et se serait heurtée en tout état de cause à un veto américain.
Mais pour lui, «cela ne signifie pas pour autant que c'est un échec». «Nous allons poursuivre nos efforts et nous espérons obtenir gain de cause les prochaines fois», a-t-il insisté.
Mahmoud Abbas a assuré qu'indépendamment de ce volet onusien, les Palestiniens étaient disposés à reprendre les négociations avec Israël sur la base de l'arrêt de la politique de colonisation israélienne «car nous considérons que les problèmes en suspens ne peuvent résolus que par la négociation».
«Notre position est claire: nous voulons une coexistence pacifique dans le cadre de deux Etats vivant en paix côte à côte dans le cadre d'une solution fondée sur le retrait israélien aux frontières de 1967, avec Al Qods (Jérusalem-est) comme capitale du future Etat palestinien et un règlement juste du problème des réfugiés», a-t-il expliqué.
«Ce ne sont pas des revendications terroristes», a-t-il martelé en référence aux accusations de dirigeants israéliens qu'il a qualifiées d'»infondées».
En réponse à une question, il a formulé le souhait de voir l'administration américaine «changer d'attitude pour une médiation plus sérieuse». «Nous entretenons des relations étroites avec les Etats-Unis au niveau tant diplomatique que des aides qu'ils nous accordent, mais nous souhaitons qu'ils fassent pression sur la partie fautive», a-t-il encore dit.
«Il faut qu'ils (les Etats-Unis) soient plus sérieux dans leur rôle d'intérmédiaire entre nous (les Palestiniens) et les Israéliens», a déclaré M. Abbas au cours d'une conférence de presse dans la capitale tunisienne où il est en visite depuis jeudi.
Les Palestiniens «poursuivront leurs efforts pour obtenir le statut d'Etat membre à part entière de l'ONU», a encore dit M. Abbas, avant d'ajouter : «nous ne considérons pas comme un échec» l'absence d'accord, à ce jour, sur l'admission de la Palestine à l'ONU.
«Si on n'a pas réussi cette fois, nous réussirons la prochaine fois», a affirmé le chef de l'Autorité palestinienne, indiquant qu'il allait rencontrer un émissaire américain samedi, sans plus de précision.
Les palestiniens «absolument déterminés à réussir «
Avec le constat d'un désaccord au sein du Conseil de sécurité, la candidature palestinienne à l'ONU a atteint vendredi une impasse et semble vouée à l'échec, mais les Palestiniens ont réaffirmé qu'ils étaient «absolument déterminés» à aller jusqu'au bout du processus.
Le Comité des admissions du Conseil de sécurité de l'ONU a pris acte de l'absence d'accord sur l'admission de la Palestine à l'ONU dans un rapport adopté vendredi. Ce document souligne que le Comité était «incapable d'émettre une recommandation unanime au Conseil de sécurité».
Malgré cela, l'ambassadeur palestinien à l'ONU Riyad Mansour a souligné devant la presse que les Palestiniens étaient «absolument déterminés» à poursuivre le processus de leur candidature à l'ONU.
«Nous allons consulter nos amis, intensifier nos efforts. Nous sommes absolument déterminés à réussir dans ce processus et nous pensons que nous allons réussir», a ajouté l'ambassadeur.
«Nous sommes plus déterminés que jamais pour continuer ce processus jusqu'à ce que les conditions soient mûres au Conseil de sécurité pour que la Palestine devienne un Etat membre», a ajouté M. Mansour.
L'ambassadeur allemand à l'ONU Peter Wittig a de son côté constaté qu'il n'y avait «pas de majorité pour l'admission de la Palestine à l'ONU» et qu'il y avait en outre une menace de veto américain.
La saga palestinienne à l'ONU a commencé le 23 septembre par le dépôt de la candidature par le président palestinien Mahmoud Abbas. Israël y est farouchement opposé et les Etats-Unis aussi, estimant qu'il faut d'abord une reprise des discussions directes entre Israël et les Palestiniens.
Il faut désormais pour que le processus puisse continuer qu'un Etat membre du Conseil de sécurité dépose un projet de résolution afin qu'il y ait un vote, soulignent des diplomates occidentaux. Ce pourrait être le Liban.
Or en cas de vote, les Palestiniens risquent fort de ne pas réunir les neuf voix sur les quinze au Conseil nécessaires pour qu'il puisse formuler une recommandation favorable pour un vote définitif à l'Assemblée générale.
Cependant, même dans le cas où les neufs voix étaient trouvées, les Etats-Unis, membre permanent du Conseil, ont déjà annoncé qu'ils opposeraient alors leur veto, ce qui torpillerait la candidature palestinienne.
En cas de vote négatif ou de veto, les Palestiniens auraient encore la faculté de demander un vote à l'Assemblée générale de l'ONU où ils sont assurés de trouver une large majorité.
Ce vote leur conférerait un statut intermédiaire d'»Etat non-membre observateur». Ils disposent actuellement d'un statut d'»entité observatrice».
La France, la Grande-Bretagne et la Colombie ont indiqué la semaine dernière devant le Conseil qu'elles comptaient s'abstenir lors d'un vote éventuel.
Le Brésil, la Chine, l'Inde, le Liban, la Russie et l'Afrique du Sud ont publiquement annoncé leur soutien à la candidature palestinienne. Le Nigeria et le Gabon n'ont pas encore annoncé leur intention mais ils devraient apporter leur soutien également.
L'Allemagne n'a pas annoncé sa position mais elle devrait soit voter contre, soit s'abstenir. Le Portugal et la Bosnie devraient également s'abstenir.
Les Palestiniens ont remporté une importante victoire diplomatique avec leur adhésion surprise à l'Unesco (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture) le 31 octobre.
En représailles, les Etats-Unis ont suspendu leur contribution annuelle à l'Unesco et Israël a décidé d'accélérer la construction de 2.000 logements à Al Qods (Jérusalem-Est) et en Cisjordanie occupée. Les Israéliens ont également gelé provisoirement les fonds dus à l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, s'attirant une avalanche de critiques de la communauté internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.