Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un livre à méditer
« Le monde qui nous attend... »
Publié dans L'opinion le 22 - 06 - 2012

Ce livre est indispensable pour tout responsable politique voire pour tout citoyen car il brosse un tableau exhaustif du monde qui nous attend dans le futur. Son auteur Erik Izraelewicz est un journaliste économique au journal « Le Monde », il a parcouru le monde : de Shanghaï à Niamey, de Moscou à Davos puis à travers toutes les régions de son pays, la France. Dans son ouvrage titré : « Le monde qui nous attend »
Edition Bernard
GrassetParis
Il nous livre les résultats de ses enquêtes et les perspectives socio-économiques, qui se dessinent dans l'horizon de l'Humanité, afin de nous mettre en garde contre les gaspillages, les inégalités, la pauvreté, le chômage et la précarité résultant fatalement de la mondialisation, ce phénomène qui pourrait contribuer à la perte de l'identité.
L'auteur nous avertit des probables pénuries, qui peuvent frapper le monde de demain, à savoir, celle des céréales, du pétrole et surtout celle de l'eau. Notons que Izraelewicz insiste sur la caractéristique de l'économie mondiale dans l'avenir, qui se basera principalement sur la fusion entre le marché et le multimédia.
D'autre part, l'auteur reste néanmoins optimiste sur le sort de l'Humanité, car il pense qu'il s'améliore, puisque la famine recule, les soins médicaux sont de mieux en mieux prodigués, on vit de plus en plus longtemps grâce à l'hygiène et aux progrès de la médecine et il affirme que l'éducation est prodiguée à tous.
Mais le livre insiste sur :
a) l'obligation d'innover les produits du marché en recourant aux études scientifiques et techniques.
b) La nécessité de s'adapter aux changements utiles observés dans le monde.
c) Le besoin de subir une formation continue, toute la vie, dans tous les secteurs socio-économiques.
d) le devoir de coopération et d'entraide entre toutes les nations, c'est pourquoi l'auteur appelle tous les acteurs de la vie sociale à l'ouverture de l'esprit afin d'aboutir au dialogue et à l'affinité entre les civilisation.
Le mariage des deux « M »
Le monde d'aujourd'hui entre dans une révolution économique caractérisée par l'Union entre les deux « M » : « Le multimédia » et « le marché » ou si vous préférez entre deux « C » : le cyber espace » et le capitalisme.
En effet le mutilmédia a changé totalement notre quotidien et notre économie, et ce, dans tous les pays du monde : le téléphone (ou le portable), l'ordinateur, l'internet et la télévision ont aboli les frontières dans le temps et dans l'espace et ont modifié radicalement notre manière de produire et d'échanger.
Notons également que les économies se sont ouvertes sur le marché, surtout après la disparition du communisme en 1989 dans les pays de l'Est « Le marché triomphe, c'est un fait ».
En réalité, nous aurions du parler de « médiatisation » du monde au lieu de mondialisation vu l'influence grandissante des technologies de l'information. C'est pourquoi des spécialistes disent que « le monde entre dans la société digitale », d'autres parlent d'un capitalisme électronique un certain nombre d'entre eux annoncent « la société de l'information » ou celle de « l'immatériel ».
Enfin, remarquons que d'autres préfèrent parler que nous sommes au seuil du numérique ».
A ce propos Erik Izraelewicz nous donne l'exemple de la secrétaire, qui n'a plus besoin d'aller au bureau, et qui peut rester chez elle, reliée à son patron par un ordinateur. Elle peut ainsi effectuer toutes les tâches du bureau.
La principale caractéristique du marché, à l'heure actuelle, est qu'il est devenu mondial, un marché rigoureux et sévère, qui est toujours à la recherche des endroits et des espaces où les investissements sont les meilleurs, il exige de ses acteurs à être mobiles et à savoir saisir pertinemment toutes les occasions qui se présentent à eux, sans perdre aucune d'elles. Ainsi, le multimédia et le marché ont contribué à précipiter « les entreprises du monde entier dans un nouveau monde, celui d'un espace global, sans frontières où la concurrence est globale ».
De cette manière, les entreprises ont dépassé leur horizon traditionnel et restreint, du local au national puis à l'international, sans perdre, toutefois, leur propre identité. Ce phénomène touche, actuellement, l'ensemble des métiers et des services et il obéit essentiellement sur la qualité de la production qui reste primordiale.
Par la suite, l'auteur pose des questions pathétiques : « Notre bonne terre, nourricière sera-t-elle capable de satisfaire autant de bouches ? », disposera-t-elle en son sein de toutes les énergies nécessaires » (cf. p. 71).
En plus des problèmes épineux du manque que peuvent poser le blé et le pétrole, un autre beaucoup plus grave se dessine à l'horizon : celui de l'eau.
En effet, au niveau mondial, nous observons une raréfication de plus en plus inquiétante de l'eau et son orientation d'utilisation dans les villes au lieu de l'irrigation dans les campagnes, c'est pourquoi l'eau serait une cause de conflit dans ce XXIème siècle, car 40 % de la planète souffre déjà du manque d'eau, selon la Banque Mondiale. Plus que la faim, c'est la soif qui peut être un frein au développement de notre Terre, car la croissance dans le monde va conduire inéluctablement à une forte demande de l'eau, de l'énergie et des céréales ».
En conclusion, l'auteur nous met en garde : que tout pays ne doit, en aucun cas, s'abandonner à la panique devant les transformations profondes et parfois douloureuses de l'économie mondiale. C'est pourquoi, il est nécessaire d'être mobile, solidaire et s'acclimater utilement avec ces changements et éviter absolument de sombrer dans la peur du futur.
Aujourd'hui, il est obligatoire de croire que les deux fondements de la croissance se résument dans le multimédia et le marché et s'y adapter. Enfin, l'auteur nous donne une recommandation très précieuse à savoir celle de se cramponner à son identité nationale, à ce propos, il affirme à la page 253.
« Il n'y a pas de modèle ni américain, ni allemand, ni anglais, ni danois. Chaque pays a son histoire, ses traditions et ses préférences. Celles-ci ne disparaissent pas, on l'a vu, sous le feu de la mondialisation ». Au contraire, il nous pousse à profiter de ce phénomène mondial pour le bien de nos nations, et il rappelle aussi que le rôle de l'Etat est appelé à se renforcer davantage dans la vie économique dans la préservation de la sécurité, la lutte contre la pollution et le chômage, car ce dernier n'est nullement une fatalité.
En dernier lieu, toute politique sociale se trouve dans l'obligation d'apporter des projets constructifs. Notre livre en question s'achève sur le rappel de la nécessité cardinale de respecter et de s'accrocher à trois valeurs, on ne peut plus importantes : la mobilité, la solidarité et la volonté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.