Résidents étrangers au Maroc : Des titres de séjour de nouvelle génération    Vaccin anti-grippe : « Les britanniques d'abord ! »    La DGSN lance une nouvelle génération des titres de séjour des étrangers résidant au Maroc    Attentat de Nice: une troisième personne interpellée    Attentat de Nice: une deuxième personne placée en garde à vue    Sahara marocain : La France appelle à ne pas entraver le trafic commercial et civil à Guerguerat    Clusters dans les mosquées: la mise en garde d'un responsable    Disneyland Paris. Une fermeture qui annonce un autre confinement début 2021    Coronavirus : nouvelles mesures restrictives à Al Hoceima    Météo : ciel dégagé au Maroc ce samedi 31 octobre    Températures prévues pour le samedi 31 octobre 2020    Sahara Marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle le mandat de la MINURSO et félicite le Maroc    Sahara marocain : Les Américains reconfirment leur appui à l'initiative marocaine d'autonomie    Etude. Ces signes astrologiques les plus intelligents    Grande Bretagne. Le Labour éjecte Jeremy Corbyn    Impôt sur les sociétés : une chute de 27,76% des recettes en 2021    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle pour une année le mandat de la MINURSO    Le Conseil de sécurité salue le rôle des Commissions régionales du CNDH à Laâyoune et Dakhla    « Al Filahi Cash »: Le Crédit Agricole lance sa filiale de paiement    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    De nouveaux accords de coopération conclus entre le Maroc et Rwanda    Le Gabon réitère son appui à la marocanité du Sahara    Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires : Le Maroc, membre du Groupe consultatif    Vidéo : Profil de l'auteur tunisien de l'attentat de Nice (vidéo)    Turquie : la nostalgie du Califat    La journaliste Kaima Belouchi endeuillée    Evolution du coronavirus au Maroc : 3256 nouveaux cas, 215.294 au total, vendredi 30 octobre à 18 heures    Al Hoceima : Un couvre-feu nocturne et de nouvelles mesures à partir de dimanche soir    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Réseau FCA Morocco : La Continentale s'implante à Dar Bouazza    Maroc-USA : Des relations plus fortes que jamais    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exploration de l'espace: Après un voyage de huit mois
« Curiosity » sur Mars
Publié dans L'opinion le 07 - 08 - 2012

Le robot Curiosity s'est posé lundi sur Mars au terme d'un voyage de plus de huit mois et après avoir parcouru 567 millions de kilomètres dans l'espace, a annoncé la Nasa.
Curiosity doit, au cours de sa mission de deux ans, vérifier si la Planète rouge n'abrite pas des traces de constituants de la vie autre que l'eau recherchée lors des précédentes missions.
L'»amarsissage» du laboratoire scientifique mobile le plus sophistiqué jamais utilisé en dehors de la Terre s'est passé comme prévu peu après 05h30 GMT (07h30 heure de Paris, dimanche 22h30 sur la côte ouest américaine).
Les contrôleurs de la Nasa, l'agence spatiale américaine, ont laissé exploser leur joie et exprimé leur soulagement après avoir reçu des signaux confirmant que Curiosity avait réussi son arrivée, après une descente périlleuse à travers l'atmosphère.
Quelques instants après, le robot américain a renvoyé ses trois premières images de la surface martienne. Sur l'une d'elles figurent une des roues ainsi que l'ombre de l'explorateur robotisé renvoyée sur un sol rocailleux.
«Je ne peux pas y croire. C'est incroyable», a déclaré, enthousiaste, Allen Chen, le responsable adjoint de l'équipe chargée de l'entrée, de la descente et de l'arrivée du robot sur Mars au Laboratoire de propulsion de l'agence spatiale américaine près de Los Angeles.
Curiosity, mastodonte d'une tonne se déplaçant sur six roues, est arrivé non loin d'une haute montagne constituée de couches de sédiments, le Mont Sharp, qui se dresse sur une hauteur de 5 km au milieu du cratère de Gale, cuvette vraisemblablement formée lors de la chute d'un astéroïde ou d'une comète il y a 3,5 à 4 milliards d'années.
Tout a parfaitement fonctionné et le temps sur Mars était favorable dans la zone d'arrivée.
Le 26 novembre dernier, Curiosity avait quitté le pas de tir de Cap Canaveral, en Floride, à bord d'une fusée Atlas.
UN LABORATOIRE
DE 2,5 MILLIARDS DE DOLLARS
Faire se poser sur Mars ce laboratoire de 2,5 milliards de dollars (2 milliards d'euros) n'était pas chose aisée, soulignent les ingénieurs qui contrôlent la mission au Laboratoire de propulsion.
Dimanche, la mission de contrôle avait activé l'ordinateur de secours de Curiosity pour être sûr qu'il prendrait les commandes du vaisseau si l'ordinateur principal venait à tomber en panne pendant l'entrée dans l'atmosphère martienne et l'arrivée au sol. A la Nasa, on parlait des «sept minutes de terreur» pour évoquer ce délicat moment de l'»amarsissage».
Les robots et autres précédents vaisseaux de la Nasa ont pu rassembler des preuves convaincantes que Mars, la planète qui ressemble le plus à la Terre, n'a pas toujours été le désert froid, acide et sec que l'on connaît aujourd'hui.
Jusqu'ici, la Nasa recherchait les traces sous diverses formes, physique et chimique, de la présence de l'eau indispensable à la vie telle qu'elle a évolué sur la Terre. Désormais, l'agence spatiale américaine se met en chasse des traces du deuxième ingrédient nécessaire pour que la vie microbienne puisse se développer : les molécules de carbone organique.
«Sur Mars, nous avons un environnement riche en radiations qui peut détruire la matière organique; aussi, même s'il y en a eu, il se pourrait que ce soit difficile de trouver un endroit où elle ait été préservée», explique Michael Meyer, de la Nasa.
Sur la Terre, la plus ancienne preuve de vie remonte à environ 3,5 milliards d'années. Des restes fossilisés de micro-organismes unicellulaires ont été découverts en 1958 à l'intérieur de roches sédimentaires. Ce type de roche pourrait exister aussi sur Mars.
À LA RECHERCHE DE CARBONE ORGANIQUE
«Nous ne sommes plus uniquement à la recherche d'eau», explique le géologue John Grotzinger. «Le défi scientifique est beaucoup plus important (...). Le défi pour l'exploration de Mars est d'abord de chercher à identifier les environnements susceptibles d'avoir été habitables (réunissant les conditions favorables à l'apparition de la vie, NDLR) et ensuite, de se demander : est-ce que du carbone organique pourrait avoir été conservé dans ce genre d'endroit ?», ajoute-t-il.
«Avec Curiosity, nous n'avons pas la capacité de rechercher la vie, ni même la vie fossile, mais nous avons celle de rechercher du carbone organique. Aussi cherchons-nous à découvrir des environnements favorables à sa préservation. C'est la partie difficile», ajoute-t-il.
Les plus anciennes parties du Mont Sharp pourraient correspondre en partie à l'époque où la vie est apparue sur Terre, époque à laquelle on pense que le climat sur Mars était chaud et humide.
Comment le Mont Sharp s'est retrouvé au milieu du cratère Gale est un mystère, que les scientifiques espèrent résoudre au cours des deux années de la mission de Curiosity.
Quelle que soit la manière dont ce monticule s'est formé, les scientifiques estiment que c'est un cadeau du Temps. Rien de tel n'existe sur la Terre où les plaques tectoniques, l'érosion et autres phénomènes naturels reconfigurent en permanence la surface de la planète.
«Nous avons l'occasion de commencer dans le passé, de parcourir la surface du Mont Sharp et de traverser le temps pour voir comment l'environnement a changé», résume Michael Meyer, de la Nasa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.