Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Victoire pour le RSB Berkane    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    Nouveau scandale d'abus dans les exploitations agricoles espagnoles ?    Meilleur joueur de L1. M'bappé sème le doute    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    WhatsApp attaqué par Pegasus    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    Le WAC rate le coche et se met davantage de pression    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Projets d'extension de la SOMACA et de création d'un Institut de formation aux métiers de l'automobile à Casablanca    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    Divers    Volonté du Maroc d'accompagner ses startups et de promouvoir la coopération Sud-Sud    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Procès de l'attentat d'Imlil    Fondation Mohammed V pour la Solidarité    OMS    Etat des réalisations et programmation estivale 2019    Entretien avec M.Hassan Sentissi El Idrissi    Création de la zone franche Tanger Tech    5ème édition du Festival "Aji T'hdm"    Bilan de mi-mandat, les non-dits d'El Othmani    SM le Roi Mohammed VI autorise l'ouverture de 20 nouvelles mosquées    Cristiano Ronaldo élu meilleur joueur en Italie    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    Vigilance et mobilisation!    Aziz Lahlou: «Aziz Belal, économiste du socialisme»    Journée Internationale de l'infirmière    Le concert de la tolérance d'Agadir tend à disparaître?    Amina Rachid, La soldate des planches    Olk Werner à la tête des Lions pour 2 rendez-vous sans gloire    Hamid Bennani, le cinéaste accompli…    Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    La Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains lance son site web    Laâyoune se dote d'un laboratoire de santé publique    Golfe: Les tensions montent d'un cran    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai    Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud    Poussée attendue des populistes à J-6 avant le coup d'envoi des Européennes    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Andy Murray enfin roi !
Publié dans L'opinion le 12 - 09 - 2012

Andy Murray a décroché lundi à New York son premier titre du Grand Chelem, brisant une malédiction britannique qui durait depuis 76 ans grâce à une épique victoire sur le Serbe Novak Djokovic.
L'Ecossais de 25 ans s'est imposé 7-6 (12/10), 7-5, 2-6, 3-6, 6-2 en remportant les deux premiers sets et en résistant au retour du N.2 mondial pour devenir le premier à remporter l'US Open dans la foulée des jeux Olympiques.
La Grande-Bretagne attendait un vainqueur de Grand Chelem chez les messieurs depuis la victoire de Fred Perry à l'US Open en 1936.
«Je suis sûr qu'il (Perry) est en train de sourire là-haut», a déclaré le N.4 mondial en levant les yeux.
Après quatre finales de Grand Chelem perdues, dont la dernière à Wimbledon en juillet face à Roger Federer, Murray a mis 4h54 -une minute de moins que la plus longue finale de l'US Open- pour se frayer un chemin vers le club des vainqueurs de tournois majeurs, où il rejoint notamment ses compères du Top 4 mondial, le Suisse Federer (17 titres), l'Espagnol Rafael Nadal (11) et Djokovic (5).
A l'image de leur demi-finale dantesque à l'Open d'Australie en janvier (4h51), Murray et Djokovic ont livré une partie de très haut niveau malgré un vent permanent et gênant. L'expérience d'une demi-finale contre Tomas Berdych dans un vent fou a sûrement aidé l'Ecossais à mieux maîtriser les éléments.
«C'est un soulagement de passer enfin ce dernier obstacle», a souligné l'Ecossais, qui a écrasé quelques larmes mais n'est guère sorti de sa coquille malgré ce premier titre tant attendu.
Le match, aussi serré que la date de naissance des deux joueurs (15 et 22 mai 1987), a notamment vu un échange de 54 coups, de nombreux autres de plus de 30 coups, des points acrobatiques au filet et des coups défensifs de fond de court époustouflant, un total de 121 fautes directes et un tie break de 24 minutes !
Et au final, seulement cinq points ont séparé les deux joueurs (160 à 155).
«Match incroyable»
Après avoir enlevé les deux premières manches, Murray a su laisser passer l'orage quand Djokovic a retrouvé son meilleur tennis pour gagner les deux sets suivants. L'Ecossais, dont la faiblesse au plan mental lui jouait des tours autrefois, a gagné le bras de fer psychologique et a également mieux tenu physiquement que le Serbe, qui a montré des signes de crampes vers la fin.
Djokovic avait pourtant passé cinq heures de moins sur le court que Murray avant la finale mais sa demi-finale contre l'Espagnol David Ferrer s'était finie dimanche au lieu de samedi en raison d'un report à cause de la pluie.
Le Serbe a vu s'arrêter là son impressionnante série de 27 victoires consécutives en Grand Chelem sur dur (Australie 2011, US Open 2011, Australie 2012). Il n'avait plus perdu dans ce contexte depuis deux ans et n'avait encore jamais perdu contre un adversaire moins bien classé que lui à l'US Open.
«Andy mérite amplement son premier titre du Grand Chelem, a-t-il confié. J'ai tout donné. C'était encore un match incroyable».
Sous les yeux de deux autres illustres Ecossais, l'acteur des films de James Bond Sean Connery et l'entraîneur de Manchester United Alex Ferguson, Murray a rendu hommage à celui qui est devenu son entraîneur au début de la saison, l'ex champion tchécoslovaque Ivan Lendl. Ce dernier avait lui aussi attendu sa cinquième finale de Grand Chelem pour remporter son premier titre.
«C'est un des plus grands joueurs de l'histoire, il a joué huit finales d'affilée à l'US Open. Il m'a aidé à en arriver là», a dit le Britannique au micro, devant un Lendl quasiment impassible, comme à son habitude.
Murray devait passer mardi N.3 mondial, aux dépens de Nadal, alors que Djokovic devait rester N.2 et Federer se maintenir à la 1re place.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.