Omar Hilale saisit le SG de l'ONU et le CS sur les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf    Nasser Bourita : « nous devrons avancer vers une diplomatie orientée vers une solution à la question du Sahara »    Chambre des représentants : un projet de loi relatif au processus électoral adopté par la commission de l'Intérieur    Procès à distance : 8.331 affaires mises au rôle du 15 au 19 février    Provinces du Sud : L'ONEE mobilise 2 milliards de dirhams pour le renforcement de l'alimentation électrique    HCP : l'essentiel du rapport sur l'analyse genre de l'impact de la Covid-19 sur la situation des ménages    CBA-Afrique : le Maroc en tête de la "catégorie générale"    Birmanie: Facebook ferme tous les comptes liés à l'armée    CAN U17 : Tirage des groupes : le Maroc dans le groupe « A »    CAN U20 : Resté confiné à Laâyoune, Targhaline devait rejoindre la Mauritanie hier mercredi    Jeux Olympiques de Tokyo : Le relais olympique lancé le 25 mars sous des conditions drastiques    Chichaoua : ouverture d'une enquête à la suite des déclarations d'une personne qui affirme avoir reçu deux doses à la fois du vaccin anti-Covid    ONEE : la station monobloc de Tarfaya permettra de résorber le déficit de 36% enregistré dans la production de l'eau potable    Covid-19 : la situation se dégrade en France, le gouvernement annonce des mesures    Coronavirus : le variant britannique présent dans plus de 100 pays [OMS]    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    Infantino reçu à Rabat par Bourita    Perturbations sur les réseaux : Les précisions de Maroc Telecom    Industrie agroalimentaire La 2ème édition de «The FoodEshow» du 9 au 12 mars    Le Maroc fait l'évènement à Genève    Une Université des jeunes à Al-Hoceima pour soutenir les initiatives de participation citoyenne    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    Le WAC entame la Ligue des champions par une victoire à Luanda    Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    Des responsables palestiniens louent le soutien Royal aux établissements éducatifs de Palestine    Amnesty International dénonce les méthodes répressives qui ciblent les militants du Hirak depuis deux ans    Woods victime de fractures ouvertes à une jambe dans un accident de la route    Argentine et Mexique réclament un accès mondial aux vaccins contre la Covid-19    En Espagne, les arrivées du Royaume-Uni, du Brésil et d'Afrique du Sud restreintes jusqu 'à mi-mars    Yassine Regragui: Les Marocains font de plus en plus confiance aux nouveaux modes de paiement    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Gérard Depardieu, entre ombre et lumière    Le dirham s'apprécie face au dollar    Il y a fort à faire pour une justice électorale et pour le renforcement du pluralisme politique    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    Des responsables palestiniens saluent le soutien constant de SM le Roi aux établissements éducatifs en Palestine    La classe politique évoque « un non-événement »    Algérie : Le Hirak exprime l'exaspération d'une population qui étouffe, selon le Monde    M. Bourita s'entretient avec son homologue espagnole    Le football féminin et africain au menu de la visite de Gianni Infantino au Maroc    Un pari réussi en temps de pandémie !    L'Institut français de Tanger-Tétouan reprend ses activités    Retrait de la liste grise de l'UE : quelles conséquences pour le Maroc ?    Vaccination anti-Covid : Pourquoi il faut donner la priorité aux personnes en situation de handicap    Multilinguisme entre défis et opportunités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée internationale de la fille
Faire face au mariage précoce Sur 10 femmes mariées légalement au Maroc, une est encore un enfant
Publié dans L'opinion le 13 - 10 - 2012

Le mariage des mineures est une violation des droits de la petite fille, dans la mesure où il perturbe son éducation, met en danger sa santé et limite ses possibilités
Après la Journée internationale de la Femme, celle de la Fille est célébrée ce 11 octobre 2012 pour la première fois. Une journée qui permet de mettre en avant les discriminations, violences et inégalités auxquelles font face les petites filles du monde entier.
Le thème choisit par l'UNICEF cette année est le mariage précoce, voire forcé quand l'union se fait avant les 18 ans de la jeune fille. Selon les chiffres de l'UNICEF, environ 70 millions de jeunes femmes âgées de 20 à 24 ans de par le monde ont été mariées avant 18 ans. Plus de 23 millions d'entre elles le sont avant même leurs 15 ans.
Le mariage précoce prive les filles d'enfance, d'une éducation et aggrave les risques de violences, de sévices et de problèmes de santé. Les conséquences d'un mariage précoce entraîne souvent des grossesses non désirées aux conséquences mortelles pour la mère et/ou l'enfant.
Le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) au Maroc célèbre la journée internationale de la fille pour agir sur la problématique du mariage précoce.
Le mariage des mineures met en péril leur santé. Cette pratique entrave la scolarisation des
filles et affecte négativement leur bon développement psychologique et leur santé notamment en augmentant le risque des infections sexuellement transmissibles et en les exposant à la mortalité maternelle et infantile. Mariées très jeunes, les filles ne peuvent plus prétendre à une enfance normale puisqu'en quittant les bancs de l'école, leur potentiel et leurs possibilités sont limités.
Des mesures ont, certes, été engagées pour limiter ce fléau au Maroc, notamment au niveau juridique. Mais, ces mesures appellent à être davantage renforcées et accompagnées d'actions à de multiples niveaux puisque la pratique persiste, particulièrement en milieu rural et dans certaines régions du pays.
Les derniers chiffres du ministère de la Justice révèlent que, pour les jeunes filles âgées de
moins de 18 ans nées entre 1993 et 1994, 98,49% des demandes de mariage ont été autorisées en 2010. L'ampleur prise par le phénomène a même enregistré une progression de 23,59% par rapport à l'année 2009. 41.098 mariages de jeunes filles mineures ont été autorisés contre 33.253 en 2009, soit 10,58% de l'ensemble des unions.
Les organisations, tant gouvernementales que de la société civile, sont appelées à multiplier
les efforts et à œuvrer davantage dans le but de :
* renforcer les mesures législatives visant à interdire le mariage des mineures ;
* améliorer l'accès des jeunes filles à une éducation primaire et secondaire de qualité ;
* apporter les solutions appropriées aux problèmes à l'origine des mariages précoces, y compris la violence à l'égard des filles et des femmes.
L'Education, la meilleure arme
contre les mariages forcés
Les études sembleraient constituer un véritable frein aux mariages forcés. En effet, les filles bénéficiant d'une formation secondaire ont jusqu'à six fois moins de chances d'être mariées à un âge précoce. A contrario, les jeunes filles mariées de force se voient de manière systématique contraintes d'arrêter leurs études.
L'aide à la scolarisation apparaît donc comme le principal levier pour faire reculer cette pratique particulièrement présente en Asie du Sud, Afrique subsaharienne, Amérique latine, Afrique du Nord et Moyen-Orient, mais aussi dans certaines communautés d'Europe et d'Amérique du Nord. «Quand les filles peuvent rester à l'école et éviter d'être mariées à un âge précoce, elles peuvent bâtir les bases d'une vie meilleure pour elles-mêmes et leur famille et participer au progrès de leur nation », signale d'ailleurs l'Onu sur son site Internet.
Ainsi, l'organisation appelle les gouvernements concernés à prendre des mesures urgentes, parmi lesquelles l'adoption d'une législation pour porter à 18 ans l'âge minimum du mariage pour les filles ou encore l'amélioration de l'accès à une éducation primaire et secondaire sans disparité entre les sexes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.