Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ciné Scope : SORTI RECEMMENT EN DVD : « OPERACION E »
Publié dans L'opinion le 27 - 04 - 2013


Résumé du film
Colombie, décembre 2007 : le monde entier attend la libération de deux otages des FARC, Clara Rojas et son fils Emmanuel né en captivité. Or quelques années plus tôt, le bébé a été confié de force par la guérilla à un pauvre paysan, José Crisanto. Le film raconte l'incroyable et bouleversante histoire de cet homme et de sa famille dont la vie va se transformer en tragique périple.
Le scénariste Antonio Onetti s'est inspiré de l'histoire de Clara Rojas, otage des FARC entre 2002 et 2007. Sa libération a été retardée car son fils Emmanuel, né durant sa détention dans la jungle en 2004, restait introuvable. Le film retrace la recherche de l'enfant par les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie avant que ces derniers ne soient libérés. C'est le producteur Ariel Zeitoun qui a contacté Miguel Courtois Paternina pour lui faire part de l'histoire de la captivité de Clara Rojas et de celle de son fils, Emmanuel. Le réalisateur a alors contacté le scénariste Antonio Onetti pour écrire le film.Pour incarner le fermier qui a recueilli le petit Emmanuel, le réalisateur a fait appel à Luis Tosar. L'acteur, qui est aussi co-producteur du film, a dû prendre l'accent colombien, et semble avoir satisfait Miguel Courtois Paternina puisque ce dernier déclare que "pour un metteur en scène, c'estun cadeau de travailler avec un tel acteur." Excepté l'Espagnol Luis Tosar, tous les acteurs du film sont colombiens. Le réalisateur Miguel Courtois Paternina et le scénariste Antonio Onetti ont déjà travaillé ensemble sur "El Lobo" en 2006 et sur "GAL" en 2008. Miguel Courtois Paternina a tenu à rester fidèle à la réalité des faits. Le paysan qui recueille Emmanuel a ainsi le même nombre d'enfants dans le film que dans la réalité, et ces derniers ont gardé les mêmes prénoms. Le réalisateur précise : "On a seulement pris quelques libertés pour que le film ne soit pas un documentaire." Afin de respecter au mieux la véritable histoire du petit Emmanuel, les membres de l'équipe ont interrogé à plusieurs reprises José Crisanto en prison, mais aussi des politiques et même certains membres des FARC. Ils ont ensuite comparé les témoignages avec les faits relatés par la presse colombienne pour tenter de retranscrire cette histoire avec le plus de véracité possible. Le réalisateur a demandé à son directeur de la photographie Josu Inchaústegui "une lumière très réaliste, mais qui devait aussi montrer une certaine évolution de l'histoire". Ainsi, au fur et mesure que l'intrigue est racontée aux spectateurs, les plans se resserrent et les couleurs se saturent. Le réalisateur ne souhaitait que très peu de musique additionnelle dans son film. Il explique : " (...) la Colombie est un pays très bruyant : les klaxons, la musique (toujours à fond), les bruits de la nature, les bruits de la ville sont omniprésents, j'ai tenté de retranscrire au mieux cet univers, car j'essaie toujours de faire en sorte que mes films racontent de façon la plus réaliste possible l'ambiance sonore du pays où je tourne." Les caméras ont été installées en Colombie, dans des régions très proches de celles où se sont déroulés les faits réels. Les territoires occupés par les FARC n'ont pas pu, pour des raisons de sécurité, être utilisés pour le tournage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.