Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UA, une organisation en décalage avec les préoccupations des Africains
Publié dans L'opinion le 24 - 05 - 2013

L'Union africaine (UA), en dépit des efforts qu'elle déploie pour assurer sa mue, reste visiblement en décalage avec les préoccupations des Africains qui aspirent à surmonter les problématiques de la famine et des épidémies, mais qui voient cette organisation panafricaine s'empêtrer dans des palabres politiciennes sans fin.
Le 21è sommet de l'UA, qui se tient les 26 et 27 mai à Addis-Abeba, ne déroge donc pas à la règle puisque son ordre du jour reste dominé par des thématiques récurrentes sur la paix et la sécurité, des questions subsidiaires et difficiles à résoudre à défaut de décisions efficaces et audacieuses.
Pour nombre d'observateurs, les conférences africaines abordent pratiquement les mêmes sujets et propose les mêmes recettes inopérantes. Les problématiques de la sécheresse, la mortalité infantile, la paupérisation et l'aggravation des disparités et les problèmes des jeunes en quête d'insertion, qui préoccupent réellement l'opinion publique africaine, sont renvoyés malheureusement aux calendes grecques.
Ce constat, estiment-ils, donne l'impression d'assister, deux fois par an, à des réunions destinées à faire de la politique politicienne, à afficher des positions de principe pour se donner bonne conscience et non pas pour remédier aux maux que l'Afrique a hérités de la période coloniale.
On peut donc s'interroger à juste titre sur l'agenda de telles conférences et sur le tournant qu'il conviendrait de leur imprimer pour s'attaquer à bras le corps aux problématiques et préoccupations qui touchent la vie quotidienne des africains.
Pour faire de ce vÂœu une réalité, des enseignants et experts africains relèvent que l'Afrique doit d'abord en finir avec les coups d'Etat. Le continent est instable car il continue justement d'adopter une position frileuse face aux rébellions et séditions à relents indépendantistes qui contestent la souveraineté des Etats et la légitimité des gouvernements issus des urnes.
Les analystes mettent en avant l'aberration de situations où l'on se trouverait face à un groupe dissident qui accède au pouvoir par des moyens anticonstitutionnels pour voir ensuite sa légitimité remise en cause le lendemain par une autre horde d'insurgés.
C'est ce qui fait dire à nombre de diplomates en poste à Addis-Abeba qu'à défaut d'une position ferme pour imposer le respect de la souveraineté et l'intégrité territoriale des Etats, les crises vont persister et risquent de se multiplier au péril des populations locales.
Hier, c'était la crise en Erythrée, en République Centrafricaine (RCA) et en République démocratique du Congo (RDC) pour ne citer que ces cas, aujourd'hui ce sont les dossiers somalien, soudanais, guinéen, et malien qui sont mis sur la table. La liste des foyers de tension s'accroît davantage et l'Afrique manque de moyens nécessaires pour maintenir seule la sécurité et la stabilité sur son territoire.
Pour ces diplomates, en l'absence d'une approche inclusive qui se substituerait à la stratégie axiale dite de l'APA (Alger-Pretoria-Abuja), la région continuera à souffrir de division et de séparatisme, des phénomènes qui compromettent le développement du continent et constituent de véritables bombes à retardement.
Certes, l'Afrique est menacée plus que jamais par le terrorisme, mais si l'UA ne se résout pas à emboiter le pas à d'autres organisations telle l'Union européenne qui rejette les putschs et érige la légitimité issue des urnes en principe sacré, le problème ne sera pas résolu.
L'Afrique pourrait également mettre à profit les solutions testées ailleurs pour inciter les gouvernements à ne plus traiter avec des entités fantoches, car la stabilité de toute la région en dépend largement. A-t-on un jour entendu que l'UE avait reconnu une structure issue d'un coup d'Etat?
Sur ce thème comme sur bien d'autres, une révision des stratégies s'impose impérativement à l'Afrique. Si l'on prend par exemple la question de la sécurité alimentaire, on se rend compte que le secteur agricole offre à l'Afrique d'énormes potentialités et des avantages certains, pourtant, on continue à assister, ici et là, à des joutes verbales, jetant le doute sur la vitalité de cette filière et préférant aborder des thématiques de second plan.
L'ONU affirme qu'il est impératif pour l'Afrique d'encourager l'industrie et de mettre ce secteur au service de la croissance, ce qui conférerait moins d'acuité au débat autour de questions inhérentes à la sécurité.
Le salut du continent passe par le respect de la souveraineté des Etats et la mise en place de mécanismes démocratiques dans les processus de prise de décision pour contourner le dictat d'un «axe très restreint de pays», obnubilé par la quête de leadership régional, un concept anachronique dans un monde où les menaces terroristes sont devenues globales, la solidarité et la coopération une panacée pour les défis planétaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.