Open d'Australie: Shapovalov fait tomber Zverev (VIDEO)    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    USA: La région de Big Sur en Californie frappée par un important feu de forêt    Nouvelles manifestations en France avant l'entrée en vigueur du passe vaccinal    Les températures attendues ce dimanche 23 janvier 2022    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Au chevet des animaux errants à Bagdad: un coeur gros comme ça mais zéro soutien    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Egypte / Turquie: Expulsion d'ambassadeur de part et d'autre
Publié dans L'opinion le 25 - 11 - 2013

L'Egypte a expulsé samedi l'ambassadeur de Turquie, tandis qu'Ankara répliquait en déclarant l'ambassadeur d'Egypte «persona non grata», aggravant la crise diplomatique née entre deux poids lourds du Moyen-Orient depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi.
Samedi soir, le Premier ministre turc islamo-conservateur Recep Tayip Erdogan a enfoncé le clou, s'en prenant aux autorités que l'armée a installées en Egypte après l'éviction le 3 juillet de son grand allié Mohamed Morsi. «Je ne respecterai jamais ceux qui sont arrivés au pouvoir par un coup d'Etat», a-t-il dit aux journalistes.
Samedi matin, M. Erdogan avait lors d'un rassemblement à Trabzon, dans le nord de la Turquie, fait une nouvelle fois le salut à quatre doigts, reproduisant le signe de ralliement des pro-Morsi.
Ses propos interviennent après que le ministère égyptien des Affaires étrangères a convoqué samedi matin l'ambassadeur de Turquie, Huseyin Avni Botsali, lui signifiant qu'il était désormais «persona non grata».
Le Caire réagissait à des propos de M. Erdogan, qualifiés «d'ingérence inacceptable dans les affaires internes de l'Egypte» et de «provocation».
M. Erdogan avait affirmé jeudi n'avoir «aucun respect pour ceux qui ont amené M. Morsi devant la justice». Il faisait référence au procès ouvert le 4 novembre du seul président jamais élu démocratiquement d'Egypte pour «incitation au meurtre» de manifestants.
Dans le même temps, le ministère égyptien des Affaires étrangères a annoncé que son ambassadeur, Abderahman Salah ElDin, rappelé le 15 août d'Ankara, ne retournerait pas à son poste et que désormais seul un chargé d'affaires assurerait la représentation diplomatique égyptienne.
Le ministère a en outre accusé la Turquie de «soutenir (...) des organisations cherchant à créer l'instabilité», faisant visiblement référence aux Frères musulmans, dont est issu M. Morsi.
Situation «temporaire»
Peu après, la Turquie, qui avait promis la «réciprocité», déclarait l'ambassadeur Salah ElDin «persona non grata», réduisant ses relations diplomatiques avec l'Egypte au niveau des chargés d'affaires.
Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu a dénoncé l'expulsion de son diplomate, appelant à ce que «la courtoisie diplomatique soit observée même en temps de crise».
Mais le président turc Abdullah Gül a estimé que la situation était «temporaire et conjoncturelle» et dit espérer que «les relations reprendront leur cours» et l'ambassadeur Botsali a affirmé qu'il «(continuerait) à prier pour le bien de l'Egypte» car «il est de la plus grande importance pour la région et pour le monde que l'Egypte reste sur la voie de la démocratie».
La tension est vive entre les deux pays depuis que l'armée a destitué M. Morsi, quelques jours après que des millions d'Egyptiens ont manifesté pour réclamer son départ, l'accusant de vouloir islamiser la société et d'accaparer le pouvoir au profit des Frères musulmans.
M. Erdogan avait parlé dès le 3 juillet de «coup d'Etat» et dénoncé le 14 août un «très grave massacre» de manifestants «pacifiques», après la dispersion par soldats et policiers de manifestants pro-Morsi au Caire qui a fait, de source officielle, 627 morts.
Le 15 août, Ankara et Le Caire annonçaient le rappel de leurs ambassadeurs pour consultations. Le diplomate turc est revenu au Caire début septembre mais son homologue n'est jamais retourné à Ankara. Les deux capitales avaient également annulé des man?uvres navales communes en octobre.
D'autre part, des sources judiciaires égyptiennes ont annoncé samedi la prolongation de la détention préventive d'un étudiant turc accusé d'avoir participé à des manifestations violentes au Caire.
La répression des islamistes a fait plus d'un millier de morts en Egypte, en majorité des manifestants pro-Morsi, et conduit à plusieurs milliers d'arrestations.
D'autres pays ont aussi fait les frais de leurs critiques des nouvelles autorités chapeautées de facto par l'armée.
Le Caire avait ainsi rappelé son ambassadeur en Tunisie le 28 septembre, après que le président Moncef Marzouki eut appelé à la libération de M. Morsi, détenu depuis sa destitution. L'ambassadeur Ayman Mousharafa est toutefois revenu en novembre à Tunis.
Les relations entre Washington et Le Caire ont également connu un passage à vide après le coup de force des militaires.
Après plusieurs atermoiements, Washington a décidé de geler partiellement sa substantielle aide annuelle à l'Egypte (1,5 milliard de dollars, dont 1,3 à l'armée). Depuis, l'Egypte affirme vouloir diversifier ses «options» et a récemment reçu en grande pompe les ministres russes des Affaires étrangères et de la Défense.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.