Attaque houthie aux Emirats Arabes Unis : Le Roi Mohammed VI s'entretient avec le Cheikh Mohamed Ben Zayed Al Nahyane    Attaque des Houthis: La communauté internationale soutient les Emirats arabes unis    Eliminatoires africaines du Mondial 2022 et de la CAN 2023 : La CAF confirme les dates des tirages au sort    Maroc-Gabon : Match de gala pour clôturer la phase de poules du groupe C    Covid-19: 130 établissements scolaires fermés durant la période du 10 au 15 janvier    A la galerie casablancaise A2 : Patrick Lowie et Bilal Faris exposent leurs sculptures oniriques avec «Agitateurs»    Maroc: 150 nouvelles salles de cinéma verront le jour    «Mémoires d'une esclave blanche, Mmi Bouja» de Fatma Chraibi à Casablanca    Le plaidoyer d'Abdennabaoui pour la numérisation et la justice efficiente    Stress hydrique : Nizar Baraka annonce un plan d'urgence de trois milliards de dirhams    SM le Roi reçoit les dix membres élus du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire    Hatim Aznak désigné au Conseil de la jeunesse arabe pour le changement climatique    Espagne : Le Roi Felipe VI souligne l'importance de redéfinir la relation avec le Maroc sur des "piliers plus solides"    SM le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Benzema, royal, porte le Real Madrid vers sa 12e Supercoupe d'Espagne    Cataclysme chez les Fennecs    Une nouvelle dynamique de coopération sectorielle    Fès: Session de formation sur l'éducation inclusive et l'autisme    OMS: Un milliard de doses de vaccin livrés via le programme Covax    Le redressement économique, talon d'Achille du gouvernement    Pêche. La valeur des produits commercialisés est en hausse en 2021    L'IGOC-2022 prend le pari d'accompagner la relance de l'économie nationale    Cinéma : Les salles de l'IF Maroc proposent une sélection des meilleurs films 2021-2022    Hamid Douieb expose ses œuvres récentes à Marrakech    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Wajih Hassan Ali Kassem    Maroc/Covid-19: 3.177 nouveaux cas et 18 décès ces dernières 24h    Fraude fiscale: ouverture du procès des anciens dirigeants de Wendel    Attijariwafa bank : les entreprises peuvent payer en masse leurs vignettes et taxes à l'essieu en ligne    Akhannouch a pris contact avec la Belge agressée à Agadir    Conseil de gouvernement jeudi prochain: ce qui est prévu    Chery très en pointe dans le segment des véhicules à mobilité propre    CAN 2021: le Gabon lourdement sanctionné par la CAF    Salah relance l'Egypte contre la Guinée-Bissau    France: la 5ème vague commence à décroître    Emirats : trois morts dans l'explosion d'un camion-citerne à Abou Dhabi    2M mag: Artisanat et art au programme de ce soir à 22h50    Une 3ème dose du vaccin AstraZeneca augmente la réponse contre les variants du Covid-19    Fémina étranger 2021 : Madame Hayat ou la femme empirique    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Akhannouch sur 2M et Al Aoula pour les 100 premiers jours du gouvernement    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    CAN 2021 : Aujourd'hui, le Burkina Faso et le Cap Vert à la recherche d'une qualification face à l'Ethiopie et au Cameroun    Mounia Aram remporte le prix de l'innovation culturelle    L'Espagne expulse une Marocaine pour son appartenance à une cellule djihadiste    Volkswagen va développer sa production de véhicules électriques en Chine    La Bourse de Paris rebondit légèrement à l'ouverture    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ukraine: Moscou annexe la Crimée
Publié dans L'opinion le 20 - 03 - 2014

Vladimir Poutine a signé mardi le traité de rattachement de la Crimée à la Fédération russe en ignorant les protestations de Kiev et les sanctions des pays occidentaux, auxquels il a toutefois assuré ne pas avoir l'intention d'annexer d'autres régions ukrainiennes.
Dans un discours aux forts accents patriotiques, régulièrement interrompu par des applaudissements nourris des parlementaires, il a qualifié la Crimée de partie intégrante de la Russie et accusé l'Occident de recourir à une logique de Guerre froide en cherchant à empêcher l'annexion de la péninsule.
Au son de l'hymne national russe, il a ensuite paraphé avec les dirigeants criméens un traité intégrant la Crimée à la Russie. Le texte doit encore être ratifié par le Parlement, ce qui devrait être fait dans les prochains jours.
Peu après la signature du traité, des soldats russes auraient pris d'assaut une base ukrainienne à Simféropol, où un soldat ukrainien a été tué par balles, selon un porte-parole de l'armée à Kiev.
Le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, a aussitôt accusé Moscou de s'être rendu coupable d'un «crime de guerre» et a jugé que le conflit était passé «d'un niveau politique à un niveau militaire».
L'annexion de la Crimée a aussi provoqué de nouvelles condamnations en Occident.
Le Premier ministre polonais, Donald Tusk, et le vice-président américain, Joe Biden, ont dénoncé au cours d'une conférence de presse commune une décision «inacceptable», tandis que Londres a annoncé la suspension de sa coopération militaire avec Moscou; Tokyo a rompu les discussions sur la promotion des investissements.
Alors que la France envisage de suspendre la vente de deux navires porte-hélicoptères Mistral à la Russie, le président François Hollande a espéré «une réponse européenne forte et concertée» à l'issue du Conseil européen des 20 et 21 mars.
MOSCOU IRONISE
SUR LES SANCTIONS
Les membres du G7 se réuniront également la semaine prochaine en marge du sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye.
Moscou a ironisé mardi sur les sanctions ciblées adoptées jusqu'à présent par l'Union européenne et les Etats-Unis, qui ne suscitent que des «sarcasmes», selon un conseiller de Vladimir Poutine, tout en promettant d'y répliquer.
Dans son discours, le président russe a vilipendé l'»hypocrisie» des pays occidentaux qui ont soutenu l'indépendance du Kosovo de la Serbie mais ont refusé, selon lui, le même droit à la Crimée.
«Vous ne pouvez pas dire d'une même chose qu'elle est blanche un jour et noire le lendemain», a-t-il dit.
Le président russe a aussi accusé les Occidentaux d'avoir «dépassé les bornes» et agi de manière «irresponsable» en Ukraine, où ils ont soutenu le mouvement de contestation ayant abouti à la destitution du président pro-russe Viktor Ianoukovitch, le 22 février dernier.
Il a livré une charge féroce contre les «prétendues» nouvelles autorités ukrainiennes, accusées d'ouvrir la voie aux «néo-nazis». «Ils ont eu recours à la terreur, aux meurtres, aux pogroms», a-t-il dit en les qualifiant de «nationalistes, de néo-nazis, de russophobes et d'antisémites».
LA RUSSIE
S'EST SENTIE «VOLÉE»
Vladimir Poutine a dans le même temps cajolé la Chine, qu'il a remerciée pour son soutien - quand bien même Pékin n'a pas mis son veto à un projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies.
Il a aussi affirmé que le peuple allemand soutiendrait la «réunification» russe comme il a soutenu la réunification de son propre pays après la chute du mur de Berlin.
Les autorités allemandes ont peu après accusé le président russe d'avoir «menti» à la chancelière Angela Merkel sur ses intentions à l'égard de la Crimée.
Vladimir Poutine a justifié sa décision par le fait que la Crimée est historiquement un territoire russe.
Rappelant que «l'impossible s'est produit» avec la dislocation de l'URSS et la séparation de l'Ukraine et de la Russie au début des années 1990, Vladimir Poutine a déclaré: «Lorsque la Crimée est soudainement devenue une partie d'un autre pays, (...) la Russie a éprouvé le sentiment que non seulement quelque chose lui avait été volé mais qu'elle avait été dévalisée.»
«Dans les coeurs et les esprits, la Crimée a toujours été et restera une partie indissociable de la Russie», a-t-il ajouté dans ce discours de 47 minutes, qui, outre les fréquents applaudissements, a arraché des larmes à certaines femmes dans l'auditoire. «La Crimée et Sébastopol reviennent à la maison, dans leur port d'attache, en Russie», a plus tard déclaré Vladimir Poutine devant une foule de partisans en liesse réunis sur la place Rouge à Moscou. «Gloire à la Russie!», a-t-il conclu.
PAS D'AUTRES PROJETS D'ANNEXION
A Sébastopol, qui héberge la flotte russe de la mer Noire, comme dans la capitale régionale Simféropol, où le discours du président russe était retransmis en direct à la télévision, la signature du traité a également suscité des scènes de joie chez les habitants qui, à 97%, ont dit «oui» au rattachement dimanche.
Elle a en revanche accentué l'inquiétude des Tatars, la minorité musulmane de la péninsule. ()
Avant le discours de Vladimir Poutine, le Premier ministre par intérim ukrainien, Arseni Iatseniouk, avait cherché à apaiser Moscou en assurant que l'Ukraine n'a aucune intention d'intégrer l'Otan et que les milices ultranationalistes responsables de violences contre la population russophone seraient désarmées. ()
Si le président russe ne s'est pas laissé fléchir sur la Crimée, il a en revanche assuré que Moscou ne chercherait pas à s'emparer d'autres territoires d'Ukraine, dont la partie orientale est peuplée en grande partie de russophones.
«Ne croyez pas ceux qui cherchent à vous effrayer avec la Russie et qui hurlent que d'autres régions vont suivre l'exemple de la Crimée», a-t-il dit. «Nous ne souhaitons pas une partition de l'Ukraine, nous n'en avons pas besoin.»
Ces propos, jugés rassurants par les investisseurs, ont fait bondir le cours des actions russes et permis au rouble de réduire ses pertes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.