Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales : Un bilan conséquent et des projets prometteurs en 2021    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri ne se présentera pas aux prochaines législatives    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    Selim Amallah : « On devra être à 100% pour faire la différence »    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Passe Vaccinal : Entrée en vigueur dès ce lundi en France    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crise ukrainienne: Kiev cherche à reprendre la main, Moscou parle «guerre civile» et l'Otan entre en scène
Publié dans L'opinion le 09 - 04 - 2014

L'Ukraine, menacée d'éclatement, a averti mardi que les séparatistes pro-russes seraient traités comme des «terroristes et criminels», alors que la Russie, une nouvelle fois mise en garde par l'Otan, pointait le danger de guerre civile.

Washington propose des pourparlers et l'OTAN parle de conséquences graves sur les relations avec Moscou, l'accord de coopération de 1997 entre les deux parties serait selon l'OTAN menacé.
Les «séparatistes» qui «prennent les armes, qui envahissent des bâtiments, seront traités comme le prévoient la Constitution et les lois, comme des terroristes et des criminels», a averti le président par intérim ukrainien Olexandre Tourtchinov.

 Mais «les forces de l'ordre «ne prendront jamais les armes contre des manifestants pacifiques», a-t-il assuré, comme en réponse aux mises en garde de Moscou sur le danger d'une guerre civile.


Dans la nuit, forces de l'ordre et forces spéciales «Jaguar» du ministère de l'intérieur ont lancé une «opération antiterroriste» à Kharkiv, ville de 1,5 million d'habitants à une cinquantaine de km de la frontière russe, où des centaines de manifestants pro-russes assiégeaient les locaux de l'administration locale, nommée par Kiev.


Selon la police et des responsables gouvernementaux, les protestataires ont lancé des cocktails molotov sur le bâtiment et ont fait usage «d'armes et grenades à main».
Trois membres des forces de l'ordre ont été blessés, dont un grièvement, et 70 activistes arrêtés pour «séparatisme» et «désordres de masse», dont leur leader local, selon ces sources.

 A Donetsk, autre grande ville de l'Est russophone, les séparatistes qui ont proclamé lundi une «république souveraine» tenaient toujours le bâtiment de l'administration locale.
Le siège local des services de sécurité (SBU) a par contre été libéré, sans faire des victimes, selon les autorités. Des séparatistes tenaient toujours mardi le siège du SBU dans une troisième ville de l'Est, Lougansk.

 Les activistes pro-russes exigent l'organisation de référendums sur une «fédéralisation» de l'Ukraine ou le rattachement pur et simple à la Russie voisine, faisant craindre un scénario «à la Crimée», péninsule ukrainienne de la mer Noire rattachée sans coup férir à la Russie en mars après un scrutin non reconnu par Kiev et l'Occident, qui dénoncent une «annexion». 

D'autant que la Russie, dont le président Vladimir Poutine s'est engagé à protéger «à tout prix» les russophones de l'ex-URSS, a massé jusqu'à 40.000 militaires à la frontière ukrainienne, faisant craindre une invasion.


Moscou a appelé mardi les autorités ukrainiennes à cesser des préparatifs d'intervention dans les régions pro-russes de l'Est, ce «qui risque de déclencher une guerre civile».


Le ministère russe des Affaires étrangères a par ailleurs affirmé que 150 hommes d'une société privée américaine participaient à cette opération, ainsi que des militants d'un groupe nationaliste ukrainien qualifié de «fasciste» par Moscou. Kiev a démenti ces informations.


Les autorités ukrainiennes provisoires en place depuis le renversement d'un régime pro-russe fin-février accusent Moscou de vouloir «démembrer» leur pays ou au moins torpiller l'élection présidentielle prévue le 25 mai. D'autant que les favoris de ce scrutin sont des pro-européens, décidés à arrimer à l'Ouest une Ukraine de 46 millions d'habitants frontalière de plusieurs pays de l'Union européenne.

Face à ce brusque regain de tension, les Etats-Unis ont pressé lundi le président Poutine de cesser de «déstabiliser» l'Ukraine, accusant Moscou d'»orchestrer» les manifestations pro-russes.
Mais Washington a également proposé une réunion quadripartite entre Américains, Russes, Ukrainiens et Européens.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, s'est dit «prêt à envisager» de tels pourparlers, mais en insistant pour que «le sud et l'est de l'Ukraine soient représentés».


Le patron de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a de son côté appelé mardi Moscou «à ne pas jouer l'escalade», estimant une nouvelle fois qu'une intervention russe serait une «erreur historique».

Américains et Européens brandissent par ailleurs la menace de nouvelles sanctions contre la Russie en cas d'intervention armée en territoire ukrainien.


L'Otan a averti mardi la Russie que toute nouvelle action de sa part en Ukraine aurait des conséquences graves sur les relations entre l'Alliance atlantique et Moscou, l'accord de coopération de 1997 entre les deux parties étant selon elle menacé.
L'accord Otan-Russie de 1997 est en cours de réexamen et les ministres des Affaires étrangères de l'Alliance se prononceront lors de leur réunion de juin sur ce qu'il convient d'en faire, a encore dit le secrétaire général de l'Otan.
Prié de dire s'il pensait que la France devait geler la commande par Moscou de deux bâtiments BPC (bâtiment de projection et de commandement) de type Mistral, il a répondu : «Je ne vais pas interférer avec des décisions nationales mais je suis confiant dans le fait que la France prendra les décisions nécessaires en tenant compte de l'ensemble des inquiétudes qui se sont exprimées.»
Le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian a assuré en mars qu'aucune décision ne serait prise avant octobre, au moment de la livraison du premier bâtiment.
Les Européens devaient de leur côté se pencher mardi à Bruxelles sur l'un des aspects de la crise qui pourrait directement les concerner: la menace d'une nouvelle «guerre du gaz» pouvant affecter les approvisionnements européens après que Moscou a imposé une augmentation-sanction de 80% du prix du gaz à l'Ukraine.


Or Kiev, qui rejette cette augmentation comme une «pression politique» dépend pour les trois-cinquièmes de ses besoins des livraisons russes et assure en outre le transit de plus de la moitié du gaz acheté par les pays de l'UE.

Les Européens devaient donc étudier avec une délégation ukrainienne les moyens d'assurer les besoins en énergie de Kiev.



Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.