Hakima El Atrassi à cœur ouvert    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    CFC, un hub financier «plus attractif que jamais»    Eurafric Information renouvelle sa certification ISO 27001    Hamid Ahaddad quittera le Zamalek l'été prochain    Le Youssoufia Berrechid arrache le nul face à l'AS FAR    Les services de la Sûreté à pied d'œuvre dans le Grand Casablanca    La Direction de la Santé à Béni Mellal-Khénifra dément tout manquement    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Omar Hilale dénonce la duplicité de l'Algérie et du «polisario» au sujet de l'Envoyé personnel pour le Sahara marocain    Ahidous, Ahwach, Izlan n Tyerza, Tizrarin, Timnadin, Tagnawit ...en mode Rock&roll, blues, pop ou Rock    Peindre à l'encre océanique    «La quête de sens et du bien-être sont les obélisques dans l'ère post-covid»    Covid-19 au Maroc: quelque 5.000 salariés ont pu réintégrer leurs emplois    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    Covid: comment se dérouleront les épreuves du bac 2021 au Maroc ?    Le journaliste Jamal Boushaba n'est plus    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    Le chef de l'armée libanaise remercie le roi Mohammed VI    S.M. Le Roi lance la généralisation de la protection sociale    L'Opinion : Contractuels, gardez espoir !    Le CNDH et l'UNHCR s'allient pour renforcer les droits des réfugiés    Borrell réitère à Al Maliki le soutien de l'UE au processus électoral en Palestine    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Programme de la Botola Pro D1 et D2 "Inwi"    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    La diplomatie sportive au centre d'une réunion de l'AMJS    Driss Lachguar, hôte de la Fondation Lafqui Titouani    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Mourinho démis de ses fonctions d'entraîneur à Tottenham    En-Nesyri donne la victoire au FC Séville    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    RADEEMA se mobilise contre le stress hydrique    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    Cette semaine en Liga...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les points sur les i
Publié dans L'opinion le 04 - 07 - 2014

L'Allemagne qui joue cet après midi son quart de finale contre la France reste l'étalon-or d'une Coupe du Monde. Depuis les années où elle gagne tout et tout le monde, elle est devenue l'équipe que tous ont envie de battre.
Son jeu est critiqué, ces manières sont rudes, on appelle ses joueurs des « panzers », ce qui n'a rien de valorisant car d'être comparé à en engin de guerre, si performant soit-il, est plutôt insultant qu'autre chose. Mais l'Allemagne reste l'Allemagne, et son football toujours envié, toujours imité et jamais égalé ni dominé (sauf par l'Italie, l'exception qui confirme la règle, mais cela est une autre histoire), continue de fasciner les générations.
Au Maghreb une défaite contre l'Allemagne constitue une vraie victoire. Les images du retour triomphal des Algériens, célébrés comme des héros, sont révélatrices.
On est d'autant plus content et fier d'une défaite quand, au départ, on pensait prendre une raclée.
C'est de la psychologie à deux balles, peut-être, mais c'est la réalité.
Un sondage a montré que les Allemands ne revenaient jamais sur les matches qu'ils ont disputés par le passé.
Ils sont tournés vers l'avenir, et même les plus cruelles défaites de leur Histoire (1966 et 2006) en finale ou demi-finale de Coupe du Monde ne les traumatisent guère. Ils vont de l'avant, laissant aux autres la nostalgie. Comme les Français, par exemple, qui font de leur match d'aujourd'hui contre l'Allemagne, le match de toutes les revanches et l'occasion d'effacer bien des humiliations.
La France n'a plus gagné l'Allemagne en Coupe du Monde, depuis 1958. Alors si elle réussissait à le faire, ce soir, on voit déjà d'ici le délire qui déferlera sur l'Hexagone.
Pour l'Allemagne, ce ne sera qu'un match de foot de moins et on passera à autre chose. Sentez-vous la différence entre les différents états d'âme ? Ceci dit, bravo à tous ceux qui ont pensé avoir gagné quelque chose. Il ne faut pas briser les rêves surtout chez ceux qui n'ont que... leurs rêves en espérant une vie meilleure.
Ceux qui sont déjà contents de leur sort ou qui, toujours, cherchent à atteindre le mieux et le meilleur, ne tiennent pas compte des petites péripéties de la vie. Et quoi qu'on en dise un match de football c'est une toute petite chose dans une vie.
Un match n'est ni capital, ni vital.
Ce sont les surenchères médiatiques et celles des marchands du temple (les sponsors) qui jouant sur les émotions et les passions, font monter les sauces, et vibrer les populations.
C'est beau parfois, mais c'est dangereux souvent.
Le foot, simple jeu, doit rester maitrisable, pour éviter tous les débordements. Il peut y en avoir de merveilleusement joyeux les jours de victoires alors que les défaites provoquent de terribles drames, allant jusqu'aux traumatismes. C'est ce qui guette aujourd'hui le Brésil, en grand danger chez lui, face à la Colombie, et dont on dit qu'il ne peut se permettre de perdre.
Qui a décrété cet interdit ?
Comment peut-on pousser le paroxysme de l'angoisse jusqu'à vouloir décidé que la défaite est impossible, alors que le foot est imprévisible. Victoire obligatoire ? Mais soyons sérieux, cela est impossible puisque un match est aléatoire !
Pourtant c'est ce que les médias brésiliens martèlent depuis le début de ce Mondial : ils veulent la victoire, la Coupe et rien d'autre.
Les responsables gouvernementaux suivent les foules et poussent à leur tour vers ce but. Populisme oblige.
La FIFA est mise sous pression, on lui fait comprendre que si le pays a engagé autant de milliards pour organiser ce Mondial, ce n'est pas pour le perdre. Ambiance ...
Mais la plus grosse pression, ce sont les joueurs qui la subissent. Neymar et ses coéquipiers succombent bien trop souvent aux larmes et leur visage fait peur avant chaque match.
Ce n'est pas à eux que vous pourrez dire que cela n'est que du foot. Pour eux c'est devenu une question de vie ou de mort.
Quand le foot arrive à ce stade, reste-t-il encore un jeu, procure-t-il encore du plaisir ?
On peut largement en douter comme on souhaitera bon courage aux arbitres de ce match Colombie-Brésil où deux peuples n'attendent qu'une chose : La victoire.
Hélas il n'y aura qu'un seul élu.
Et plus que jamais on dira alors, malheur au vaincu.
Le foot peut-il faire des miracles ?
Oui, apparemment, puisqu'en Algérie, le chef de l'Etat, l'Absent Abdelaziz Bouteflika, serait sorti de son mutisme de maladie grave (Allah i chafi jamîee) pour « ordonner » à ce que le nécessaire soit fait pour que Vahid Halihodzic reste en Algérie avec les Fennecs.
On aura tout entendu, mais, vraisemblablement pas encore tout vu, dans ce monde qui ne tourne pas rond.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.