Sommet Etats-Unis-Afrique : Revers de plus pour Alger et sa milice séparatiste    Fenie Brossette : le chiffre d'affaires s'améliore de 10%    Canada – Maroc : Les Lions de l'Atlas, avec ou sans Sofyan Amrabat ?    Mercato : Cristiano Ronaldo en Arabie Saoudite pour 200 millions euros !?    Mondial 2022: La FIFA ouvre une enquête contre le Sénégal    Japon : Des essais cliniques prometteurs pour un médicament contre l'Alzheimer    Un investisseur américain annonce l'arrivée d'un hôpital au Maroc    ONU/Foot : Carton rouge aux discours de haine    La terre a tremblé au large de la province de Driouch    Sofyan Amrabat dans le viseur de plusieurs géants de Premier League    En visite en janvier au Maroc, Macron va-t-il ramener avec lui un nouvel ambassadeur?    Charrettes à traction animale : Le Conseil de Casablanca a du mal à y mettre fin    Ornithologie : Disparu au Portugal, un balbuzard pêcheur écossais refait surface au Maroc    K-pop : Saiki Weesa de Pychic Fever revient sur ses origines marocaines    Concert « Stars in The Place 2022 » à Marrakech : les têtes d'affiches !    Mondial 2022 : les Lions de l'Atlas ne devront pas sous estimer le Canada    Les confessions touchantes du père de Walid Regragui (VIDEO)    Amrabat participe à la taquinerie de Regragui surnommé « Rass l'avocat » (PHOTO)    Des mesures concrètes pour la Palestine mises en lumière par le Souverain    Décès de l'ancien président chinois Jiang Zemin    USA: Biden appelle le Congrès à agir pour éviter la grève du fret ferroviaire    9è Conférence sur les armes biologiques : L'ONU plaide pour des progrès même en "période de défis géopolitiques"    Après le Maroc, l'Algérie négocie l'achat de missiles balistiques chinois    Entretien téléphonique entre le roi Mohammed VI et l'émir du Qatar    FAMI 2022 : Les managers territoriaux d'Afrique en conclave à Agadir    Le jumelage institutionnel entre le SGG et le Conseil d'Etat d'Italie a atteint ses objectifs    L'institutionnalisation du dialogue social contribue à garantir les conditions nécessaires pour développer la production    Charte de l'investissement. La Chambre des Conseillers adopte le projet de loi-cadre    La Bourse de Casablanca débute en baisse    Cours des devises du mercredi 30 novembre 2022    CDG : Comment se présente 2023 ?    Mondial 2022. Messi vs Lewandowski : le choc des titans    Bank of Africa : Hausse de 5% du PNB au 3ème trimestre    Marketing territorial: l'implication citoyenne est indispensable    Maroc : Démarrage de la période de souscription à l'introduction en bourse d'Akdital    Météo. De la pluie dans plusieurs provinces du Royaume et même de la neige...    Le temps au Maroc, ce mercredi 30 novembre 2022    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 30 novembre 2022    Le sida est toujours là... Faisons un don !    Tentative de suicide d'un touriste français soupçonné d'homicide volontaire : Une enquête judiciaire est ouverte à Marrakech    Bénin-Maroc: échange des instruments de ratification relatifs à la Convention en vue d'éviter la double imposition (communiqué)    Révolution médicale    Exposition «Melehi à Loft Art Gallery 2009–2020» : Histoire de complicité entre un artiste et sa galerie    8 longs-métrages et 3 courts-métrages à découvrir dès le 7 décembre    Protection du patrimoine : Le Maroc et l'Unesco scellent un accord-cadre de partenariat    Front commun Maroc-UNESCO pour la protection du patrimoine    Cinéma : Une célébration haute en couleur pour la 20e édition anniversaire du FIFM    Maroc : Le gouvernement promet d'accélérer l'introduction de l'amazigh dans l'administration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



PLANCHES : « Le Passager » ou le théâtre en prose
Publié dans L'opinion le 17 - 10 - 2014

A l'heure où nous pensons que le théâtre marocain sonne le glas dans un paysage culturel empreint de frustrations et d'incertitudes, « Al Aber » vint nous rassurer quant à l'avenir de la dramaturgie marocaine et procurer au public l'enchantement tant attendu depuis l'annonce du spectacle. Une pièce théâtrale mise en scène par Ayoub El Aiassi et interprétée par une armada de comédiens pétris de qualités. Un public connaisseur a afflué à l'avant-première présentée lors de la soirée du dimanche 12 octobre.
« Al Aber », « le passager » dans la langue de Molière. Plus qu'une pièce de théâtre ou une fusion artistique associant poésie et théâtre, « Al Aber » se veut essentiellement un décloisonnement de genres. Le mur de Berline dressé depuis des lustres entre la poésie et le théâtre s'est effondré à jamais. Ayoub El Aiassi, un dramaturge-né ne s'est jamais défait de l'inextricable toile de la poésie, lui-même ayant psalmodié ses premiers vers en présence du grand Adonis ; un talentueux artiste dans le vent des temps modernes qui s'émancipe de l'expression traditionnelle du théâtre. En mettant en scène quelques passages du recueil « Dafter Al Aber », l'œuvre poétique de Yassine Adnan, il a su porté son interprétation au summum de la créativité. Goethe, Shakespeare ou Thomas Stearns Eliot se seraient félicités de cette fusion divinement réussie du « Dramatique » et du « littéraire ». A l'origine de ce chef-d'œuvre, une véritable odyssée accomplie dans des contrées lointaines du globe terrestre et chantée par Yassine Adnan, un poète taraudé par la passion de voyager et de se diluer dans la géographie de la planète bleue en quête d'un « trou noir » jusqu'ici inexploré ;
Pour Ayoub El Aiassi « Al aber » est une « vision nouvelle de la dramaturgie et un voyage oculaire dans le recueil du poète ». En témoigne le spectacle présenté en avant-première au théatre Mohamed V par une pléiade de comédiens ; le rideau s'est ouvert sur une ambiance de voyage dans le hall d'un semblant d'aéroport, simulé par le décor agencé pour la circonstance ; des voyageurs trimballant leurs bagages et mouvant dans tous les sens sous le vacarme bruyant des avions. Cette première séquence illustre parfaitement l'état quasiment constant du poète auquel se greffait le statut du voyageur eternel ; l'homme n'est-il pas finalement un voyageur venu de nulle part et acculé au passage dans la vie malgré lui ; à la rencontre de son destin fatalement inéluctable ? Néanmoins, le poète, doté d'un esprit nomade et conscient de son sort, voit dans le voyage non une échappatoire à la fatalité mais bel et bien une précieuse aubaine pour se frayer un chemin vers l'éternité en laissant une empreinte dans le berceau de la terre. De métro gare en aérogare et d'acte en acte s'affirme cette volonté farouche autant chez le poète que chez le dramaturge de marquer un long et grand passage. Trois personnages formaient l'image que l'on retient du « Aber » ; Yassine le poète, le beau et (signe de maturité) le fou ! Une pluralité qui assure à l'âme itinérante une plus étroite marge d'expression et de mobilité. Sur scène jaillit du gestuel des comédiens et des couleurs la passion d'interprètes professionnels. Du dialogue fusent les connotations les plus marquantes dans le recueil orignal. Corrélativement et au-delà de sa vocation thématiquement biographique, « Al Aber » est aussi un référentiel de pluralité ethnique, culturelle et une embrasure ouverte sur l' « autre » ; cet étrange « autre » que nous sommes différemment. Après cette avant-première, Ayoub El Aiassi semble décidé à accomplir d'autres « passages » sous d'autres cieux. L'innovation et au rendez-vous et une nouvelle page s'écrit dans les annales du théâtre marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.