Deux jalons de taille pour marquer la réunion du Conseil de sécurité    Driss Lachguar, hôte de la Fondation Lafqui Titouani    Le Polisario recherche désespérément son chef    La généralisation de la protection sociale, un levier d'intégration de l'informel    Maroc-Afrique : Un potentiel économique prometteur    La Bourse de Casablanca ouvre proche de l'équilibre    La main tendue du Maroc au Liban    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Super League: ce qu'en pense Infantino    Les services de la sûreté d'Errachidia à pied d'oeuvre dans la lutte contre le trafic de drogue    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Chambre des représentants : un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux adopté en commission    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 20 avril    Objectifs de développement durable: lutte contre la malnutrition, un enjeu majeur    La cour constitutionnelle statue sur le nouveau quotient électoral    Avec un financement MCA : 11 millions de dollars pour la zone industrielle de Bouznika    Botola Pro D1 : la valse habituelle des entraîneurs continue    Acteur majeur dans le secteur immobilier au Maroc, Sarouty place ses engagements sociétaux au cœur de sa stratégie    Développement du transport scolaire : Le Groupe Alsa Transport et la province de Rhamna unissent leurs efforts    Aïd Al Adha: 8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées, selon Akhannouch    Casablanca : Dès qu'il fréquente le milieu de l'escroquerie, la police l'épingle    Essaouira : Un sororicide sur fond d'héritage    Ouezzane : Un mauvais voisinage finit dans le sang    Khénifra/Service des urgences : une vidéo publiée sur internet fait réagir la Direction régionale de la Santé    Ukraine : Washington dénonce l'«escalade» de Moscou en mer Noire    Secousse tellurique de 3,8 degrés dans la province de Driouch    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    SM le Roi félicite M. Patrice Talon à l'occasion de sa réélection Président de la République du Bénin    Cette semaine en Liga...    "Jazirat Al Kanz": La saison 6 démarre ce mardi à 22h45 sur 2M    Open d'Espagne de Taekwondo:Achraf Mahboubi médaillé d'or    Création de la Super League: La colère d'Alexandre Ceferin, président de l'UEFA    Le Maroc et le Danemark veulent élaborer un agenda post-pandémie    Arrivée à Beyrouth du 2è lot des aides alimentaires    Jubantouja est inspiré du Roi de la Mauritanie Juba II    Le 1er dictionnaire espagnol-arabe de football, présenté en ligne mardi prochain    Un riche programme de sensibilisation et de vulgarisation autour des valeurs historiques de Rabat    FRMF: Ammouta nouveau coach des U23, Fathi Jamal intègre la DTN    Afrique de l'Ouest et centrale : Le Programme alimentaire mondial appelle à éviter une catastrophe alimentaire    José Mourinho viré de Tottenham    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival des Andalousies Atlantiques : Hommage à l'école souirie
Publié dans L'opinion le 07 - 11 - 2014

« Lqoddam Jdid Saouiri » est une pièce musicale ancestrale ressuscitée par des musiciens locaux. Cette pièce n'avait jamais été retrouvée et encore moins retranscrite ou interprétée depuis le début du 19ème siècle ». Ce sont des jeunes chercheurs et musiciens souiris, sous la houlette d'Abdessamad Amara, le directeur du conservatoire de musique d'Essaouira, qui ont réussi, après de longs mois de travail, l'exploit de reconstituer et de retranscrire la partition.
Les paroles et l'orchestration de la pièce musicale jouée devant le Sultan Moulay Abd Er Rahman en 1832, avec la contribution de Moulay Abdelghani El Kettani, un des rares maîtres à l'avoir enseignée à Essaouira. La 11 ème édition du estival des Andalouisies Atlantiques, en présentant cet œuvre musicale rend hommage à la fois à la musique andalouse souirie, à la ville d'Essaouira et aux souiris, grands amateurs de ce genre de musique, jusqu'à nos jours. Belle consécration en cette occasion avec une participation remarquable de l'Orchestre du conservatoire d'Essaouira dirigé par Abdessamad Amara. La participation de l'Orchestre Temsamani dirigé par le grand maître Mohamed Amine El Akrami, digne représentant de l'école andalouse de Tétouan, lui donna un grand éclat musical. Belle prestation de Zaïnab Afailal avec sa voix chaude, prise en relais par de jeunes solistes Avraham et Gabriel Ohayon de la Chorale David Hamelekh de Starsbourg et Dinar Hicham Souiri.
Deux grands ténors de la musique andalouse Haïm Look et Abderrahim Souiri, ont brillé à travers l'Orchestre Larbi Temsamani.
Le rabbin chanteur Haim Look reste un cas bien unique dans les annales de la musique andalouse marocaine et ne cesse à chaque fois d'enflammer les foules à travers ses prestations de grande valeur dignes de ce genre de musique. Belle prestation également des chanteuses Abri El Abed, Françoise Atlan, Zaïnab Afailal, Neta Elkayam, Sanaa Marahati, Shadi Ftahi au tar dar iranien et Fatine Garti au violon. Rappelons enfin que l'Association Essaouira Mogador, organisatrice du festival, a voulu faire de la 11 ème édition une occasion offerte aux souiris à la reconquête de leur patrimoine et de toutes leurs musiques... L'histoire qui s'en suit en est l'illustration, à travers la toile de Delacroix.
« Les Musiciens Juifs de Mogador », cette toile emblématique du début du 19ème siècle d'Eugène Delacroix disait déjà au monde la singularité du Royaume du Maroc et la richesse de sa diversité. Mais Delacroix n'étant jamais venu à Mogador, pourquoi a-t-il posé son regard et ses pinceaux sur nos musiciens. La réponse, consignée dans ses carnets de voyage, tient en une phrase « c'est ce qu'il y a de mieux dans notre Empire » lui aurait dit le Sultan Moulay Abd Er Rahman qui pour honorer la délégation française qu'il recevait en son Palais Royal de Meknès, avait fait venir de Mogador un orchestre judéo-musulman qu'il considérait comme le meilleur du Maroc.
Magnifique histoire qui nous confirme la profondeur, la qualité et la légitimité de l'école souirie de musique andalouse. Histoire qui nous dit aussi la symbiose judéo-musulmane qui faisait la spécificité d'Essaouira. Cette histoire ne s'écrit pas seulement au passé puisque depuis plus de 10 ans la Cité des Alizés offre aux mélomanes, un festival, le seul au monde dont la scène est
exclusivement dédiée aux poètes, chanteurs et musiciens, Musulmans et Juifs, qui expriment à leur façon l'art de vivre ensemble, le talent de partager et de donner à la musique et à la culture ses plus belles couleurs, celles du sens et de la résistance au repli à l'oubli ou à la fracture.
Très bonne continuation à Essaouira, ville de culture, de partage, et de fusion des musiques en l'honneur à l'être humain dans sa diversité raciale,religieuse ou civilisationnelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.