Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc-France-Algérie : L'insoutenable ménage à trois
Publié dans L'opinion le 26 - 01 - 2015

Complaintes et lamentations. C'est à quoi se résume, au fond, un article traitant des relations entre le Maroc et la France, récemment publié par le journal algérien « Al Watan», sous un titre on ne peut plus révélateur : « La note salée présentée par Rabat à François Hollande ». Bien entendu, l'angle sous lequel est abordé le sujet est clairement orienté, l'auteur de l'article s'appuyant d'ailleurs sur une information démentie, celle du chantage à l'octroi de l'immunité aux responsables marocains se trouvant sur le sol français, en contrepartie de la reprise de la coopération judiciaire et sécuritaire entre les deux pays. Mais ce n'est là qu'un détail, puisque la réaction de la presse algérienne, suite à la diffusion de cette fausse information par l'agence Reuters, était tout à fait attendue.
Il faut lire la précédente édition dudit journal pour comprendre ce qui inquiète réellement l'élite dirgeante algérienne.
Dans un article intitulé « Ross poignardé dans le dos par la Chambre des Représentants », le même auteur dressait déjà le bilan de la déroute diplomatique algéro-polisarienne. Il semble s'être à peine rendu compte, avec effroi, que les Américains, qui n'ont que des intérêts et pas d'amis, ne vont pas pousser à la partition du Maroc, un pays allié duquel ils ne sont séparés que par 4830 kms d'océan. Surtout qu'avec sa proposition d'autonomie élargie à accorder aux provinces du Sud, le Royaume a su ménager la chèvre et le chou. Quand les nécessités géopolitiques des Américains et le pragmatisme politique des Marocains sont parfaitement en phase, il n'y a plus moyen d'insérer ne serait-ce qu'un papier entre leurs blocs ajustés.
La seule chose qui intéresse réellement les dirigeants algériens, c'est leur créature polisarienne, pour laquelle ils ont déjà investi 200 milliards, à fonds perdus, jusqu'à présent, et continuent de la tenir en vie sous perfusion, au coût de 300 millions de dollars par an. Les dirigeants algériens nourrissent, indéniablement, une haine profonde envers le Maroc, mais ils ne sont sûrement pas idiots. Ils savent pertinemment que le Polisario ne prendra jamais le Sahara marocain et que la RASD ne verra jamais le jour. Mais tel n'est point l'objectif de leur stratégie, ou, du moins, ne l'est plus depuis de longues années.
Les actes des dirigeants algériens, autant que leurs discours, tendent à démontrer que la principale motivation est la crainte de voir un Maroc débarrassé de l'épine polisarienne faire de l'ombre à une Algérie rêvant de leadership régional, mais incapable de le réaliser dans les faits. Alors qu'ils constatent, à l'Ouest de l'Oued Isly, un Maroc ambitieux et entreprenant, même si encore encombré par l'affaire du Sahara. Qu'est-ce que ce serait si le Royaume devait prendre son envol, débarrassé de toute entrave ?
En fait, c'est là un faux raisonnement, celui de caporaux approximativement alphabétisés, qui ont « pensé » la nature des relations de l'Algérie avec le Maroc, au lendemain des indépendances. Que ça plaise ou pas, les deux pays voisins sont les deux poids lourds du Maghreb, chacun avec ses propres forces et faiblesses. Mettre en commun lesdites forces des deux pays maghrébins et compenser mutuellement leurs faiblesses aurait été, évidemment, la meilleure chose à faire, au bénéfice de tous les pays de la région. Sauf que les occupants successifs d'Al Mouradia, à l'exception de feu Boudiaf, d'ailleurs assassiné, l'ont toujours voulu autrement.
A ce jeu là, toutefois, les Algériens sont obligés de mener une course contre la montre, alors que les Marocains s'en tiennent à leur domaine de prédilection, où ils se sont, d'ailleurs, forgés une renommée mondiale, la course d'endurance. Maintenant que les recettes pétrolières se sont faites plus modestes, il sera plus difficile aux dirigeants algériens de continuer à « carburer » contre le Maroc à grande vitesse, surtout qu'ils auront déjà de la peine à acheter la paix sociale dans les mêmes proportions irresponsables qu'avant la chute des cours du baril.
Pendant ce temps, les Marocains, dont l'économie n'est pas rentière, poursuivent leur chemin vers le développement, grâce à leur labeur, tout en concrétisant leurs ambitions africaines. Ce n'est pas sans rappeler une certaine fable du Sieur de La Fontaine, où il est question de cigale et de fourmi.
Ce qui a le plus vexé les Marocains, concernant leurs relations avec la France, c'est cette fâcheuse et persistante tendance de la gauche actuellement au pouvoir à l'inscrire dans le cadre d'une triangulation : Maroc/France/Algérie, ce qui est à la fois bête et frustrant. Il y a bien longtemps que les Marocains ont suffisamment mûri pour comprendre que le principe de « l'ami de mon ennemi est également mon ennemi » est un raisonnement erroné. Mais ils savent aussi que non moins nocif qu'un voisin politiquement inconsistant, est un partenaire qui porte des œillères idéologiques.
La question de la territorialité de la compétence juridictionnelle pose effectivement problème aux Marocains dans leurs relations avec la France. C'est faire bien peu de cas de la souveraineté d'un État que de prétendre se saisir juridiquement d'une affaire, dont les faits se sont déroulés dans un tiers pays et déjà examinée ou en cours par les instances judiciaires dudit pays.
Il est inutile de souligner qu'il n'y a, dans les réserves exprimées à ce sujet par le Maroc, aucune comparaison avec des cas comme celui du diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, accusé de complicité dans l'assassinat de l'avocat franco-algérien Ali Mecili, en avril 1987, à Paris, sur la base d'écoutes téléphoniques, qui avait néanmoins bénéficié d'un non-lieu en prétendant être victime d'une homonymie...
Plus d'un demi siècle après l'indépendance de l'Algérie, il s'avère que le pays voisin a toujours de la difficulté à couper le cordon ombilical avec l'ancienne puissance coloniale, dont il attend toujours la bénédiction et le soutien politiques. Ce que cette dernière est prête à continuellement lui négocier, au gré des ses intérêts conjoncturels. Là encore, la similitude est frappante avec une autre fable du Sieur de la Fontaine, où il est plutôt question de corbeau et de renard.
Le Maroc se veut, depuis fort longtemps, au-dessus de ce genre de contingences, basant ses relations sur le respect du Droit international et de la souveraineté des États, outre les intérêts économiques et politiques mutuellement profitables.
Un dernier hommage à la sagesse du Sieur de La Fontaine : « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ! »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.