Relance économique : les associations de microcrédit bénéficieront aussi des garanties de la CCG    Réseau FCA Morocco : La Continentale s'implante à Dar Bouazza    Le secteur de la santé bientôt représenté au sein de la CGEM    Maroc-USA : Des relations plus fortes que jamais    DTFE : Hausse de 35,2% des souscriptions sur le MAVT à fin août    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Raja: les supporters élisent leur joueur du mois (PHOTO)    Reconfinement: la France s'attend à une récession de 11% en 2020 (ministre)    Radical. Les menaces à peine voilées de Benkirane    PSG: Neymar forfait jusqu'à la trêve internationale    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    Dernière plongée pour Sindika Dokolo    Education : 66 % des enfants marocains sont incapables de lire un texte simple selon la Banque mondiale    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    Covid-19: la mort rôde partout, surtout à Casablanca    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Attentat de Nice: nouveau rebondissement    Météo: temps brumeux ce vendredi au Maroc    Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI    Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Et revoilà Benkirane, le retour!    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entretien avec Leila Rhiwi, Représentante de l'ONU Femmes Maghreb / « Autonomisation des femmes – Autonomisation de l'humanité : Imaginez ! »
Publié dans L'opinion le 07 - 03 - 2015

L'événement, cette année, dans le cadre de la commémoration de la Journée Internationale de la Femme, est l'évaluation du suivi de la Déclaration de Beijing, à travers la présentation, au cours de ce mois, à New York, par les pays signataires, des rapports qui rendent-compte des progrès ou régressions enregistrés à différents niveaux. Pour mieux éclairer nos lectrices et lecteurs à ce sujet, L'Opinion a entretenu Mme Leila Rhiwi, pour traiter dan le détail du thème du 8 mars et de la Plate forme Beijing +20.
L'Opinion : Quel est le message à diffuser par l'ONU Femmes, cette année, pour la commémoration de la Journée internationale de la femme ?
Mme Leila Rhiwi : Le thème de la Journée internationale de la Femme cette année met l'accent sur la Déclaration de Beijing et son Programme d'action, une feuille de route historique signée par 189 gouvernements, il y a 20 ans, qui définit des objectifs stratégiques et recommande des actions relatives à 12 domaines majeurs de préoccupation, en vue de renforcer l'égalité entre les sexes et l'autonomisation des femmes.
Aussi, l'ONU Femmes lance un appel à la communauté internationale dans le cadre de sa campagne Beijing+20 : « Autonomisation des femmes – Autonomisation de l'humanité : Imaginez ! », incitant les pays à « franchir le pas » en faveur de l'égalité des sexes, et à réaliser des progrès concrets d'ici à 2020. Comme affirmé par notre Directrice Exécutive, Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka,« Notre objectif consiste à vivre dans un monde 50-50 avant 2030. », date d'échéance des Objectifs de développement durable
L'Opinion : Quel bilan faites-vous de l'égalité de genre, 20 ans après l'adoption de la déclaration de Beijing ?
Mme Leila Rhiwi : Des progrès importants ont été réalisés, jusqu'ici, à l'échelle mondiale, en matière d'égalité de genre. Cependant, les avancées restent, encore aujourd'hui, largement limitées et insuffisantes. De nombreuses discriminations juridiques à l'encontre des femmes ont été abrogées, mais de nombreuses inégalités subsistent dans les lois, notamment en matière de droit de la famille.
La participation politique des femmes s'est renforcée, mais les femmes ne constituent aujourd'hui encore que 21% des parlementaires à travers le monde. Les femmes ont, de manière plus importante, accédé au marché du travail, mais elles constituent à ce jour par moins de 83% des travailleurs domestiques à travers le monde.
En matière de violence, si deux tiers des États ont adopté des lois pour sanctionner la violence domestique, il faut dire qu'une femme sur trois continue encore à subir une forme de violence physique ou sexuelle au cours de sa vie.
L'Opinion : Et dans notre contexte marocain ?
Mme Leila Rhiwi : Le Royaume du Maroc a fait de l'égalité entre les femmes et les hommes une question centrale de sa stratégie de promotion et de protection des droits humains, ainsi qu'un levier important dans sa vision pour un développement humain, durable et inclusif.
Au cours des dernières années, le Maroc a abrogé de nombreuses discriminations juridiques à l'encontre des femmes, notamment en matière de droit de la famille et de la nationalité. Ce processus a été couronné par l'adoption, en 2011, d'une Constitution qui consacre l'égalité hommes femmes dans tous les droits, ouvrant ainsi des perspectives prometteuses en termes de levée des discriminations subsistantes.
Le Maroc se caractérise, également, par son leadership, dans la région, en matière de politiques publiques visant à réduire les inégalités hommes femmes, et notamment le lancement d'un processus de budgétisation sensible au genre pionnier à l'échelle mondiale, ou encore l'élaboration d'une stratégie gouvernementale intégrée en matière de droits des femmes : le Plan Gouvernemental pour l'Égalité.
Enfin, le Maroc se démarque par l'existence d'un mouvement des femmes puissant et diversifié, qui a joué un rôle central dans les transformations qu'a connues le Maroc dans le domaine, et qui tient lieu de modèle pour de nombreux pays de la région et d'ailleurs. Tous les éléments sont donc réunis pour que le Maroc joue un rôle décisif dans la confirmation de la place centrale de l'égalité hommes femmes dans l'agenda de développement post-2015, ainsi que, au-delà, dans la mobilisation de la communauté internationale pour l'atteinte des objectifs que nous nous serons collectivement assignés.
L'Opinion : La commémoration de cette journée est un peu particulière cette année, date butoir des Objectifs du Millénaire pour le Développement, après 15 années de mise en œuvre, et 20 ans après l'adoption de la plateforme Beijing. Quelles sont les leçons à tirer ?
Mme Leila Rhiwi : Les leçons tirées des 20 années de mise en œuvre de la Plateforme d'action de Beijing et des 15 années d'implémentation des Objectifs du Millénaire pour le Développement sont claires.
Premièrement, l'agenda de développement post-2015 doit être basé sur une approche fondée sur les droits humains, qui place les femmes comme des ayant droits à part égale de tous les droits humains, universels et indivisibles, qu'ils soient à caractère civil, politique, économique, social, culturel ou environnemental. Ainsi, la Convention sur l'Élimination de toutes les Formes de Discriminations à l'Égard des Femmes, entrée en vigueur en 1979 et ratifiée par le Maroc en 1993, doit être placée au cœur de ce nouvel agenda. Ce n'est qu'à travers l'approche « Droits » que de vrais changements pourront être atteints et que de véritables transformations sociales pourront être opérées.
Deuxièmement, les femmes ne peuvent et ne doivent plus, sous aucun prétexte et sous aucune forme, être considérées comme une catégorie sociale. Ainsi, la question des droits humains des femmes doit non seulement être prise en charge à travers un objectif à part entière du nouvel agenda de développement mais elle doit aussi être intégrée, de manière transversale, dans l'ensemble des Objectifs de Développement Durable, qu'ils aient trait à l'éducation, à la santé, à la pauvreté, à la gouvernance, aux inégalités ou à l'environnement.
Troisièmement, l'atteinte de l'égalité entre les hommes et les femmes, érigée en priorité absolue de la communauté internationale, ne peut plus être la laissée pour compte du financement en matière d'aide publique au développement. Pour atteindre des objectifs aussi pressants qu'ambitieux, les ressources nécessaires doivent être allouées, les outils adéquats doivent être mobilisés et les mécanismes appropriés de recevabilité doivent être mis en place.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.