Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Artisaanat : Une Start-up court-circuite les intermédiaires (vidéo)    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 29 septembre    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Covid-19: prolongement des mesures restrictives dans cette province du Maroc    La Covid, la grève, les problèmes de connexion et le reste    Une situation invivable mais l'espoir demeure    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    2.574 contrats de travail et 2.228 déclarations à la CNSS    La France est-elle en train de brader ses mosquées ?    Vaccin anti Covid. Ça va être le massacre pour les requins    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    «Transform Tomorrow Together», nouveau plan de transformation 2021-2023    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Secteur de l'édition et du livre : 1735 projets soutenus pour près de 9,4 millions de dirhams    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Maroc : croissance économique prévue à 4,8% en 2021    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Terrorisme : Une cellule armée entraînée en Iran et démantelée en Arabie saoudite    Création d'entreprises : Casablanca-Settat a capté plus de 35% des créations d'entreprises personnes morales en 2018 [Rapport]    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    ONU : Le Maroc et plus de 69 autres pays s'engagent en faveur de la biodiversité (vidéos)    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Chama Zaz, icône de la musique amazighe, est morte    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    France. Les généraux se révoltent    Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Secteur automobile : Prochaine locomotive industrielle à l'export
Publié dans L'opinion le 30 - 10 - 2015

Le secteur automobile au Maroc est en passe de devenir une véritable locomotive industrielle à l'export, ont souligné les membres d'une délégation marocaine qui a effectué, mercredi, le déplacement à Turin où elle a expliqué la stratégie du royaume qui ambitionne de produire un million de voiture par an à l'horizon 2020.
Initiée par l'Agence Marocaine de développement des Investissements (AMDI) et l'Association italienne de l'industrie automobile (ANFIA), cette rencontre a fourni l'occasion de regrouper des dirigeants de haut niveau du secteur de l'automobile Italien, notamment des équipementiers, et les membres de la délégation marocaine composée notamment de Khalid Qalam, responsable du secteur de l'automobile au sein de l'AMDI, Abdelouahed Rahal, Chef de Division des industries automobile, aéronautique et électronique au Ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie Numérique, Ahmed Bennis, directeur de Tanger Med Automotive et Maha Benali, Directrice des Ventes de MedZ, filiale de la CDG, leader au niveau national en matière d'aménagement et de développement de zones industrielles.
Le secteur automobile est l'un des secteurs les plus performants au Maroc avec plus de 200 entreprises, 85.000 emplois et 227.000 voitures produites en 2014 (ce chiffre sera largement dépassé en 2015 avec 470 mille voitures), ont-ils souligné, faisant observer que le royaume est devenu la plus grande plateforme de production automobile dans la région MENA et le deuxième producteur en Afrique après l'Afrique du Sud.
Implantation d'écosystèmes efficients
Avec le lancement du Plan d'Accélération Industrielle et de la nouvelle approche basée sur l'implantation d'écosystèmes efficients visant l'intégration des chaînes de valeurs, le secteur automobile au Maroc devrait générer un demi-million d'emplois d'ici 2020 et augmenter la part de l'industrie dans le PIB à 23 pc, ont-ils indiqué.
Selon les membres de la délégation marocaine, au cours de la dernière décennie, les exportations de l'industrie automobile au royaume ont été multipliées par 30, positionnant le secteur en 2014 comme locomotive de l'exportation avec 3,8 milliards euros.
Le gouvernement soutient activement le développement de ce secteur à travers la création de zones franches, la formation technique et les incitations aux investissements, ont-ils fait observer, ajoutant que grâce aux accords de libre-échange signés par le Maroc et aux infrastructures modernes dont dispose le royaume, les industriels opérant dans ce secteur peuvent exporter leurs produits notamment vers les marchés européen et américain, tout en prenant en considération le potentiel d'un marché local en plein expansion et un autre encore plus prometteur : l'Afrique.
Les intervenants marocains ont, chacun dans son domaine de compétence, fait le tour des principales questions relatives à l'investissement dans le secteur automobile au Maroc, rappelant une série de mesures incitatives au profit des investisseurs (exonération totale de la taxation dans les 5 premières années d'exploitation, l'abattage total des droits de douane et de la TVA pour les biens et les produits importés, l'accès au Fonds Hassan II et au fonds pour le développement industriel et l'investissement).
Environnement socio-économique favorable
Après avoir énuméré une série d'"écosystèmes" destinés à être renforcés notamment dans la perspective d'accueillir d'autres constructeurs automobiles internationaux, des membres de la délégation ont fait observer que pour promouvoir et attirer des activités qui font défaut à l'industrie automobile au Maroc, le gouvernement a opté pour des mesures incitatives "importantes" qui peuvent atteindre même jusqu'à 30 pc du montant de l'investissement. Grâce à son marché financier stable, au dynamisme et la multiplicité des débouchés de la production du secteur, à sa proximité des différents marchés dont celui africain, à l'optimisation du coût de sa main-d'œuvre qualifiée et les incitations financières qu'il offre, le Maroc présente pour le secteur de l'automobile un avantage compétitif et un environnement socio-économique favorable au développement des affaires dans ce secteur, ont-ils relevé.
Organisée en partenariat avec l'Ambassade du Royaume du Maroc à Rome et le Ministère de l'Industrie, du Commerce, des Investissements et de l'Economie Numérique, la rencontre s'est articulée autour de plusieurs thèmes en l'occurrence la politique industrielle automobile du Maroc, les opportunités d'investissement pour la production et le développement du secteur automobile, l'implantation industrielle de Renault, et les plateformes industrielles automobiles au Maroc.
Les grands avantages qu'offre le Maroc
Elle a été marquée par les témoignages de Cedric Tournebize, responsable à Renault Maroc, et Pierangelo Decisi, président du groupe italien SIGIT, opérant au Maroc, qui se déclarent "très satisfaits" des performances de leurs groupes respectifs, mettant en relief, en autres, les grands avantages qu'offre le Maroc aux investisseurs ainsi que les potentialités du Royaume dans le secteur de l'automobile.
L'usine d'assemblage Renault à Tanger, le plus important en Afrique, a mobilisé plus de 1 milliard d'euro d'investissement et atteindra dans les prochaines années une capacité de production de plus de 400 véhicules par an, a souligné M. Tournebitze selon lequel le développement des activités de Renault a donné naissance à un cercle vertueux attirant un grand nombre de fournisseurs de haut niveau.
Dans une allocution de bienvenue, l'ambassadeur du Maroc en Italie, Hassan Abouyoub, a formé notamment le souhait que "l'Italie, forte par ses avancées technologiques de pointe dans le secteur de l'automobile, partage avec le Maroc cette expérience avant-gardiste en matière de développement".
"Nous souhaitons explorer aujourd'hui les opportunités d'affaires avec les opérateurs du secteur (automobile) dans cette belle ville de Turin dont personne n'ignore (the pool position) qu'elle occupe en la matière", a-t-il dit.
Au terme de cette réunion, les membres de la délégation marocaine ont eu des rencontres B to B avec les industriels italiens de l'ANFIA, l'une des principales associations commerciales au sein de la confédération de l'industrie italienne CONFINDUSTRIA.
ANFIA compte, en effet, plus de 240 sociétés membres et assure la mise en réseau entre le secteur automobile et la scène politique et institutionnelle italienne et internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.