Dépenses électorales. 12 élus épinglés par la Cour des Comptes    Conseillers en investissement financier : L'AMMC lance une consultation publique    Vidéos – Les images du Mirage F1 qui s'est écrasé à Taounate    Brexit: le FMI appelle à mettre fin « impérativement »à l'incertitude    L'Institut Français de Casablanca ouvre sa saison sur « La part des femmes »    Organisation du forum "AfricaSec 2019 à Marrakech    BMCE Bank of Africa crée une filiale spécialisée dans le traitement des services bancaires    Paris accueille l'Oriental Fashion Show avec la participation du Maroc    Un colloque national sur l'éducation artistique le 22 janvier à Rabat    Coupes africaines : L'aventure de l'IRT prend fin    2è sommet marocain du pétrole et du gaz à Marrakech    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Edito : Partenaire fiable et utile    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats-Unis: Pour exiger des lois sur les armes: Des Démocrates parlent quinze heures au Sénat
Publié dans L'opinion le 17 - 06 - 2016

Le sénateur américain du Connecticut, élu peu avant le massacre de Sandy Hook, a lancé une obstruction parlementaire.
Après la fusillade d'Orlando, qui a fait quarante-neuf morts dimanche 12 juin, le sénateur démocrate Chris Murphy a lancé une obstruction parlementaire devant le sénat américain pour demander une action du Congrès en matière de contrôle des armes à feu. Murphy et certains de ses collègues démocrates ont commencé à parler de la nécessité des réformes vers 11 heures du matin le 15 juin et ils n'ont cessé de parler que... quatorze heures et cinquante minutes après, lorsque le Sénat a ajourné la séance, à plus de 2 heures du matin.
Le Sénat devait voter sur une proposition de budget mais, tant que le sénateur Murphy reste debout dans la salle, lui et ses collègues ont le droit de continuer l'obstruction. Une députée du Connecticut a fait envoyer un colis à Murphy pour l'aider à tenir: avec du soda, des chipset des coussinets pour pieds.
Murphy avait ainsi annoncé ses intentions sur Twitter: «Je suis prêt à rester debout devant les sénateurs et à parler de la prévention de la violence par armes à feu autant de temps que je peux. J'en ai #assez.»
Rien au niveau fédéral
Il a rapidement reçu des encouragements venant d'Hillary Clinton, la candidate démocrate à la présidentielle: «Certains combats sont trop importants pour qu'on reste silencieux. Empêcher la violence par armes à feu en est un. Reste fort @ChrisMurphyCT».
Le sénateur Chris Murphy avait commencé son mandat peu après la tuerie dans l'école élémentaire de Sandy Hook, à Newtown, où vingt enfants et six adultes avaient été tués en 2012. Depuis, s'il a réussi à faire passer des lois au niveau de son État pour encadrer plus rigoureusement les ventes d'armes à feu, rien n'a changé au niveau fédéral: «J'en ai assez. Cela fait quatre ans et rien n'a été fait.» Une dizaine d'autres sénateurs démocrates ont parlé, notamment Cory Booker, du New Jersey, Richard Blumenthal, également du Connecticut. Un sénateur républicain, Pat Toomey, de Pennsylvanie, a aussi participé à l'obstruction.
Vérification
des antécédents
Son action est un «filibuster» un peu inhabituel: ces obstructions sont en général utilisées pour bloquer une loi, comme l'avait fait la lorsqu'elle avait parlé pendant onze heures pour empêcher le passage d'une loi anti-avortement. Or, dans le cas de Murphy, il s'agit, à l'inverse, d'une obstruction pour forcer les sénateurs à passer des lois, notamment une qui rendrait systématique la vérification des antécédents des acheteurs d'armes.
Actuellement, si quelqu'un achète une arme dans une foire, une vente privée ou sur internet, aucune vérification n'est requise. Une dizaine d'Etats ont des lois allant dans ce sens, mais rien au niveau fédéral.
Les Démocrates veulent aussi une loi pour empêcher les personnes suspectées de terrorisme par le FBI de pouvoir acheter des armes. Le tueur d'Orlando, Omar Mateen, avait fait l'objet d'enquêtes du FBI mais n'avait eu aucun mal à se procurer un semi-automatique en Floride.
Alors que l'obstruction continuait, des Républicains et Démocrates ont commencé des négociations sur le sujet mais, le soir du mercredi 15 juin, elles n'avaient encore mené à rien, souligne Politico.
En partie à la suite de critiques venant d'Hillary Clinton, Donald Trump a annoncé mercredi 15 qu'il allait rencontrer des représentants de la NRA, le lobby des armes, pour demander une interdiction des ventes aux personnes sur la liste des suspects terroristes du FBI.
La NRA a publié un communiqué indiquant que leur organisation soutenait une telle interdiction. Pourtant en décembre 2015, une telle interdiction n'avait pas eu assez de votes pour passer au Sénat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.