Système de protection sociale : Les lapalissades de M. El Othmani    1500 participants visés par Basket F'Douar    Météo : Chutes de neige au menu…    Guerre mondiale : Retour à Rabat sur le rôle des soldats marocains    Brexit : La perspective d'un accord en novembre toujours aussi incertaine    Presse électronique : La FMEJ dénonce les comportements irresponsables    Elalamy fait le point sur les nouvelles normes marocaines    L'armateur CMA CGM lance une caravane au profit des producteurs agricoles marocains    Education    Parlement. Le code de déontologie sera-t-il respecté ?    Flash hebdomadaire    Botola Maroc Telecom : La belle remontée du Youssoufia de Berrechid    Pétrole : Les grands producteurs veulent éviter une surproduction en 2019    C'est parti pour le cadastre solaire marocain    Le Maroc participe à «La Semaine de la cuisine italienne dans le monde»    Les œuvres de Morran Benlahcen au So Art Gallery    Galerie H : Trois designers à l'honneur    Hamid Baali, victime de la neige ou de la négligence?    Le Maroc participe au Forum de Paris sur la paix    Adoption en commission de la première partie du projet de loi de finances 2019    Nadia Larguet obtient gain de cause dans une affaire d'atteinte au droit d'auteur    Afrique/administration. Le Maroc élu président adjoint    Dakhla: Le Brésilien Carlos Mario remporte la 2è édition du Championnat mondial de kitesuf    Interview – Elad Levi : « La musique andalouse, c'est toute ma vie ! »    Nadia Larguet obtient gain de cause dans une dans une affaire d'atteinte au droit d'auteur    SM le Roi participe à la commémoration du centenaire de l'Armistice    Journée scientifique de partage de compétences : La maladie de Parkinson examinée par des experts marocains et français    Nexans Maroc et Envol Afrique lancent «Nexans Côte d'Ivoire»    SAR la Princesse Lalla Hasnaa inaugure le Parc Hassan II de Rabat    Le sens de l'image    Le ministère de la justice rend un vibrant hommage à Abdelwahed Radi    Les dernières cartes à jouer du programme de privatisations?    Farine subventionnée. Une rente d'un milliard de dirhams    Divers    Signature à Rabat du protocole d'accord conférant au Royaume l'organisation des Jeux africains 2019    La Californie toujours en proie aux flammes    Cure de jouvence promise pour les maisons de jeunes    Finalisation d'un projet relatif au droit des autistes à l'éducation inclusive    Divers    Premier League Des milliers de supporters rendent à nouveau hommage à l'ancien propriétaire de Leicester    Mohamed Benabdelkader appelle à une gouvernance publique efficace, performante et productive    Abderrahmane El Youssoufi : La main tendue de S.M le Roi, une initiative sincère pour une victoire collective des Algériens et des Marocains    divers    Sofia'' de Meriem Ben M'barek rafle trois prix    Nouvelle édition de la "Nuit des philosophes"    Cri de l'âme'' de Abdelilah El Jaouhari en avant-première à Casablanca    Midterms: Une forte présence des femmes au Congrès mais…    Arrivée du Souverain à l'Elysée pour la commémoration du centenaire de l'Armistice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats-Unis: Pour exiger des lois sur les armes: Des Démocrates parlent quinze heures au Sénat
Publié dans L'opinion le 17 - 06 - 2016

Le sénateur américain du Connecticut, élu peu avant le massacre de Sandy Hook, a lancé une obstruction parlementaire.
Après la fusillade d'Orlando, qui a fait quarante-neuf morts dimanche 12 juin, le sénateur démocrate Chris Murphy a lancé une obstruction parlementaire devant le sénat américain pour demander une action du Congrès en matière de contrôle des armes à feu. Murphy et certains de ses collègues démocrates ont commencé à parler de la nécessité des réformes vers 11 heures du matin le 15 juin et ils n'ont cessé de parler que... quatorze heures et cinquante minutes après, lorsque le Sénat a ajourné la séance, à plus de 2 heures du matin.
Le Sénat devait voter sur une proposition de budget mais, tant que le sénateur Murphy reste debout dans la salle, lui et ses collègues ont le droit de continuer l'obstruction. Une députée du Connecticut a fait envoyer un colis à Murphy pour l'aider à tenir: avec du soda, des chipset des coussinets pour pieds.
Murphy avait ainsi annoncé ses intentions sur Twitter: «Je suis prêt à rester debout devant les sénateurs et à parler de la prévention de la violence par armes à feu autant de temps que je peux. J'en ai #assez.»
Rien au niveau fédéral
Il a rapidement reçu des encouragements venant d'Hillary Clinton, la candidate démocrate à la présidentielle: «Certains combats sont trop importants pour qu'on reste silencieux. Empêcher la violence par armes à feu en est un. Reste fort @ChrisMurphyCT».
Le sénateur Chris Murphy avait commencé son mandat peu après la tuerie dans l'école élémentaire de Sandy Hook, à Newtown, où vingt enfants et six adultes avaient été tués en 2012. Depuis, s'il a réussi à faire passer des lois au niveau de son État pour encadrer plus rigoureusement les ventes d'armes à feu, rien n'a changé au niveau fédéral: «J'en ai assez. Cela fait quatre ans et rien n'a été fait.» Une dizaine d'autres sénateurs démocrates ont parlé, notamment Cory Booker, du New Jersey, Richard Blumenthal, également du Connecticut. Un sénateur républicain, Pat Toomey, de Pennsylvanie, a aussi participé à l'obstruction.
Vérification
des antécédents
Son action est un «filibuster» un peu inhabituel: ces obstructions sont en général utilisées pour bloquer une loi, comme l'avait fait la lorsqu'elle avait parlé pendant onze heures pour empêcher le passage d'une loi anti-avortement. Or, dans le cas de Murphy, il s'agit, à l'inverse, d'une obstruction pour forcer les sénateurs à passer des lois, notamment une qui rendrait systématique la vérification des antécédents des acheteurs d'armes.
Actuellement, si quelqu'un achète une arme dans une foire, une vente privée ou sur internet, aucune vérification n'est requise. Une dizaine d'Etats ont des lois allant dans ce sens, mais rien au niveau fédéral.
Les Démocrates veulent aussi une loi pour empêcher les personnes suspectées de terrorisme par le FBI de pouvoir acheter des armes. Le tueur d'Orlando, Omar Mateen, avait fait l'objet d'enquêtes du FBI mais n'avait eu aucun mal à se procurer un semi-automatique en Floride.
Alors que l'obstruction continuait, des Républicains et Démocrates ont commencé des négociations sur le sujet mais, le soir du mercredi 15 juin, elles n'avaient encore mené à rien, souligne Politico.
En partie à la suite de critiques venant d'Hillary Clinton, Donald Trump a annoncé mercredi 15 qu'il allait rencontrer des représentants de la NRA, le lobby des armes, pour demander une interdiction des ventes aux personnes sur la liste des suspects terroristes du FBI.
La NRA a publié un communiqué indiquant que leur organisation soutenait une telle interdiction. Pourtant en décembre 2015, une telle interdiction n'avait pas eu assez de votes pour passer au Sénat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.