R-M® fête ses 100 ans avec la marque suédoise Volvo    Entretien Exclusif – Jo-Wilfried Tsonga : « Je suis heureux de jouer à Marrakech ! »    Mawazine vibrera aux sons du hip-hop US avec Black Eyed Peas    La 1ère édition du Festival du cinéma québécois à Rabat    Trophée Hassan II et Coupe Lalla Meryem de golf : C'est parti !    International: Maroc Telecom résiste à la conjoncture    Hervé Renard passe au confessionnal    Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice    Repenser la chose migratoire!    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place    Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Commissions parlementaires : Les nouveaux présidents élus    Algérie: Le PDG de Sonatrach limogé, celui d'un groupe privé en détention provisoire    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    Edito : Ramed, mort clinique?    DGSN : Lancement d'une large enquête judiciaire sur des centres d'appels fictifs    Cinq Marocains légèrement blessés dans un accident de la route à Cuba    Casablanca : Le BCIJ met la main sur 7 tonnes de chira    Aziz Akhannouch dresse un premier bilan    ONCF: Al Boraq transportera bientôt son millionième voyageur    850.000 MRE y sont attendus…    Kim Jong Un espère un sommet « couronné de succès et utile » avec Poutine    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Hakim Ziyech dans le viseur du Real Madrid    Le Maroc, une destination des plus dynamiques du moment    La Chambre des représentants exprime sa solidarité avec les détenus palestiniens    L'enfer tel que raconté par des Marocains de Syrie    La FDT boycotte le 1er Mai    Ces mystérieux objets au-delà de Neptune    Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale    La grotte d'Ifri N'Abbou, un joyau naturel au potentiel touristique réel    Détenus d'Al Hoceima : Driss Lachguar reçoit une délégation d'ONG des droits de l'Homme    Poursuite de la généralisation du guichet numérique des autorisations    Le PDG du plus grand groupe privé algérien incarcéré    Après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar pour le PSG    Chelsea manque l'occasion de monter sur le podium    Colloque international sur la "Digitalisation-numérisation au service de la gouvernance"    Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour    Le long métrage marocain "Le Miracle du Saint Inconnu" en compétition à la 58ème semaine de la critique de Cannes    Sept tonnes de haschich saisies à Casablanca    Les avocats plaident pour une réforme de fond    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats-Unis: Pour exiger des lois sur les armes: Des Démocrates parlent quinze heures au Sénat
Publié dans L'opinion le 17 - 06 - 2016

Le sénateur américain du Connecticut, élu peu avant le massacre de Sandy Hook, a lancé une obstruction parlementaire.
Après la fusillade d'Orlando, qui a fait quarante-neuf morts dimanche 12 juin, le sénateur démocrate Chris Murphy a lancé une obstruction parlementaire devant le sénat américain pour demander une action du Congrès en matière de contrôle des armes à feu. Murphy et certains de ses collègues démocrates ont commencé à parler de la nécessité des réformes vers 11 heures du matin le 15 juin et ils n'ont cessé de parler que... quatorze heures et cinquante minutes après, lorsque le Sénat a ajourné la séance, à plus de 2 heures du matin.
Le Sénat devait voter sur une proposition de budget mais, tant que le sénateur Murphy reste debout dans la salle, lui et ses collègues ont le droit de continuer l'obstruction. Une députée du Connecticut a fait envoyer un colis à Murphy pour l'aider à tenir: avec du soda, des chipset des coussinets pour pieds.
Murphy avait ainsi annoncé ses intentions sur Twitter: «Je suis prêt à rester debout devant les sénateurs et à parler de la prévention de la violence par armes à feu autant de temps que je peux. J'en ai #assez.»
Rien au niveau fédéral
Il a rapidement reçu des encouragements venant d'Hillary Clinton, la candidate démocrate à la présidentielle: «Certains combats sont trop importants pour qu'on reste silencieux. Empêcher la violence par armes à feu en est un. Reste fort @ChrisMurphyCT».
Le sénateur Chris Murphy avait commencé son mandat peu après la tuerie dans l'école élémentaire de Sandy Hook, à Newtown, où vingt enfants et six adultes avaient été tués en 2012. Depuis, s'il a réussi à faire passer des lois au niveau de son État pour encadrer plus rigoureusement les ventes d'armes à feu, rien n'a changé au niveau fédéral: «J'en ai assez. Cela fait quatre ans et rien n'a été fait.» Une dizaine d'autres sénateurs démocrates ont parlé, notamment Cory Booker, du New Jersey, Richard Blumenthal, également du Connecticut. Un sénateur républicain, Pat Toomey, de Pennsylvanie, a aussi participé à l'obstruction.
Vérification
des antécédents
Son action est un «filibuster» un peu inhabituel: ces obstructions sont en général utilisées pour bloquer une loi, comme l'avait fait la lorsqu'elle avait parlé pendant onze heures pour empêcher le passage d'une loi anti-avortement. Or, dans le cas de Murphy, il s'agit, à l'inverse, d'une obstruction pour forcer les sénateurs à passer des lois, notamment une qui rendrait systématique la vérification des antécédents des acheteurs d'armes.
Actuellement, si quelqu'un achète une arme dans une foire, une vente privée ou sur internet, aucune vérification n'est requise. Une dizaine d'Etats ont des lois allant dans ce sens, mais rien au niveau fédéral.
Les Démocrates veulent aussi une loi pour empêcher les personnes suspectées de terrorisme par le FBI de pouvoir acheter des armes. Le tueur d'Orlando, Omar Mateen, avait fait l'objet d'enquêtes du FBI mais n'avait eu aucun mal à se procurer un semi-automatique en Floride.
Alors que l'obstruction continuait, des Républicains et Démocrates ont commencé des négociations sur le sujet mais, le soir du mercredi 15 juin, elles n'avaient encore mené à rien, souligne Politico.
En partie à la suite de critiques venant d'Hillary Clinton, Donald Trump a annoncé mercredi 15 qu'il allait rencontrer des représentants de la NRA, le lobby des armes, pour demander une interdiction des ventes aux personnes sur la liste des suspects terroristes du FBI.
La NRA a publié un communiqué indiquant que leur organisation soutenait une telle interdiction. Pourtant en décembre 2015, une telle interdiction n'avait pas eu assez de votes pour passer au Sénat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.