De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    Le Gabon célèbre à Laâyoune le 62è anniversaire de son indépendance    Belle moisson de médailles pour les sportifs marocains    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Wydad de Casablanca. Houcine Ammouta promu entraîneur    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Le Pérou retire sa reconnaissance du Polisario    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Mercato : Mouhcine Moutouali tranche sur sa prochaine destination    Orages en France: trois morts en Corse    Après la touriste française, un octogénaire mutilé par des chiens à Tanger    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    PSG : régime strict pour Achraf Hakimi and co...    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Coupe d'Afrique des Nations U23 – Maroc 2023 : Tirage des éliminatoires    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Italie : Un enfant marocain de deux ans blessé par balle, sa vie n'est plus en danger    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Banques: La position de change s'améliore    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Événements de Nador : de la prison ferme pour 13 migrants (VIDEO)    La fusée américaine SLS arrive à son aire de lancement, avant son décollage vers la Lune    Actifs immobiliers au trimestre 2-2022 : Des indicateurs en dents de scie avec des signes encourageants    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    M'diq-Fnideq : L'incendie de la forêt « Kodiat Tifour » presque entièrement circonscrit    Hécatombe    La météo pour ce jeudi 18 août 2022    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    Casablanca : «Al Majdoubia » de Saâdallah brille lors du Festival Al Fida    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France : La droite a son candidat pour la présidentielle, la gauche «se déchire»
Publié dans L'opinion le 29 - 11 - 2016

Face à une droite française en route vers la présidentielle de 2017 sous l'étendard du très conservateur François Fillon et une extrême droite prête à en découdre, la gauche apparaît plus que jamais fragmentée avec une guerre désormais ouverte entre François Hollande et son Premier ministre.
"Nous sommes proches (...) de ce qu'on pourrait baptiser un suicide collectif", a averti lundi le porte-parole du parti socialiste au pouvoir, Olivier Faure.
Plombée par l'impopularité abyssale du président François Hollande, déchirée par des divergences idéologiques profondes - sur l'économie, l'Europe, la laïcité -, la gauche française semble au bord de l'implosion.
Alors qu'une primaire de toute la gauche est prévue fin janvier, plusieurs candidats ont décidé de s'en dispenser, dont le porte-voix de la gauche contestataire, Jean-Luc Mélenchon et l'ex-ministre de l'Economie "ni de gauche, ni de droite" Emmanuel Macron, tous deux crédités de plus de 10% dans les sondages.
Au sein même du parti socialiste, les couteaux sont tirés, jusqu'au sommet de l'Etat où le président français - qui doit dire prochainement s'il se représente - fait face aux assauts répétés de son Premier ministre Manuel Valls qui se dit ouvertement "prêt" à briguer une investiture à la présidentielle.
Les deux hommes doivent mettre les choses au clair lundi lors de leur déjeuner hebdomadaire en tête à tête, au lendemain de rumeurs de démission du chef du gouvernement, immédiatement démentie par l'Elysée.
L'enjeu suprême à gauche est de rassembler assez largement pour contredire les sondages qui annoncent un second tour de la présidentielle entre une droite portée par le succès de sa primaire et une extrême droite remontée à bloc par la poussée populiste en Europe et aux Etats-Unis.
Si les candidatures continuent de se multiplier, "il n'y aura pas de gauche au second tour (de la présidentielle) et la gauche sera éliminée pour longtemps", a mis en garde Olivier Faure.
"Une fusée décolle, l'autre s'autodétruit. Jamais la droite et la gauche n'auront paru autant aux antipodes", soulignait lundi le quotidien économique Les Echos. "La droite est en route pour l'alternance. (...) La gauche prend le chemin exactement inverse et court vers l'explosion".
Longtemps à la traîne dans les sondages, parfois raillé en "Mister nobody", François Fillon, ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy (2007-2012), a pulvérisé dimanche son rival Alain Juppé lors du second tour de la primaire de son camp, en remportant plus de 66% des voix. Et s'affiche en position de force, à cinq mois de la présidentielle.
"C'est une victoire de fond, bâtie sur des convictions (...) La France ne supporte pas son décrochage, la France veut la vérité et la France veut des actes", a lancé devant ses partisans cet homme imperturbable à la mise classique, entre hurlements de joie et cris "Fillon président".
Au premier tour, le nouvel homme fort de la droite avait déjà réussi à éliminer l'ancien président Sarkozy. Son ancien patron l'a soutenu dans la dernière ligne droite et lui a souhaité "bonne chance pour le combat politique qui l'attend".
François Fillon a été investi sur un programme très libéral en économie: 500.000 suppressions d'emplois publics, baisse d'impôts pour les entreprises, augmentation du temps de travail, retraite à 65 ans. Et conservateur sur les sujets de société - catholique revendiqué, il est notamment hostile aux adoptions plénières pour les couples homosexuels.
Selon certains experts, il va maintenant devoir infléchir certaines propositions pour élargir sa base électorale. Son programme "devrait bouger un petit peu pour être plus rassembleur, moins clivant, notamment sur les aspects socio-économique", estime le politologue Jean-Yves Camus.
A ce stade, tous les sondeurs prédisent un face à face le 7 mai, au second tour de la présidentielle, entre François Fillon et la candidate d'extrême droite, Marine Le Pen. S'il veut battre cette dernière, galvanisée par la vague populiste en Europe et aux Etats-Unis, le représentant de la droite va devoir séduire des électeurs du centre, voire de la gauche, estiment des experts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.