Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommages à Abdellatif Zine : Une œuvre aussi « considérable qu'inoubliable »
Publié dans L'opinion le 04 - 02 - 2017

Abdellatif Zine est décédé le mardi 20 décembre 2016 après une longue carrière artistique aussi riche qu'originale. En effet, cet artiste hors pair a bien marqué l'histoire des arts plastiques au Maroc de par une approche spécifique qui privilégie la recherche dans le patrimoine marocain, loin des suivismes et des influences souvent déplacées de tendances et de modes soi-disant modernes. Zine a donné toute la mesure au pittoresque qui caractérise notre quotidien sans oublier de baigner de temps à autre dans des fastes artistiques très hauts en couleurs. Sa perte va peser très lourd tant il est vrai qu'il a laissé une forte empreinte
Certes, il a enchainé plusieurs styles et expérimenté plusieurs tendances, notamment lors de son passage à Paris dans les années 60, mais il s'est toujours refusé à verser dans le côté folklorique des choses et dans les vagues qui vantaient des styles tout à fait étrangers à notre culture et notre civilisation. Et même en revenant de France, à la suite du décès de son père, il n'a pas colporté les tendances qui prévalaient à Paris. Au contraire, il était révolté de voir la misère qu'il transpose déjà dans les années 60 dans ses œuvres.
Abdelwahab Doukkali : Zine était un artiste irremplaçable
C'était aussi un brillant homme de dialogue et de communication. Sur le plan social, il ne ratait pas une seule occasion pour apporter du sien de même qu'il avait une forte considération de l'art et des artistes qu'il n'a jamais céssé de défendre. Sa peinture est une véritable école en ce sens qu'elle se démarque beaucoup des styles courants. Et comme il aimait créer et il n'hésitait pas à tenter des expériences très originales comme Gnawas, le jazz, le tapis etc... On devrait donner le nom de Zine à un musée, c'est la moindre des reconnaissances
Mohamed Maraji : au-delà du coté artistique et créatif ,
Zine avait une qualité humaniste .Il a toujours aidé, soulagé, réconforté, les gents qui étaient dans le besoin. Sans tapage ni publicité il faisait du bien et assistait ceux qui avaient des difficultés de tous genre... Allah yarhamou
Zine vu par Mustapha Kasri et Fatimi
On se souviendra toujours de ses toiles intitulées « Le cri », « Les mendiants », « La révolte ». De cette période, l'écrivain Hassan Kasri disait : « Une auréole religieuse semble planer sur les œuvres de Zine...ce cachet très local saura, nous en sommes sûrs, déverser son ruisseau dans le grand fleuve de la peinture universelle ». El Fatimi, lui, avait ainsi décrit cette période : « Au-delà des sentiments humains qui constituent sa trame, l'œuvre s'impose comme le chant du concret poétisé du quotidien
. Hommage à l'esthétique de la lettre arabe
Pendant cette période, Zine avait voulu rendre hommage à l'esthétique de la lettre arabe en versant dans la calligraphie. Il entendait honorer cette langue de « Addad » comme on l'appelle, du fait que cette lettre n'existe dans aucune autre langue en montrant sa beauté et son lyrisme graphique, car l'écriture arabe constitue à vrai dire une bonne école pour le dessin tant il est vrai qu'elle permet des épanchements au niveau des caractères comme nulle autre langue.
Zakia Daoud « Zine peint par touches de couleurs lourdes et légères, qui deviennent silhouettes, visages, situations et, de plus en plus, des scènes de la vie de tous les jours. »
Une dizaine d'années après, les thèmes n'avaient pas beaucoup changé mais l'approche, elle, gagnait en maturité. C'est ce qui a fait dire à Zakia Daoud que Zine peint par touches de couleurs lourdes et légères, qui deviennent silhouettes, visages, situations et, de plus en plus, des scènes de la vie de tous les jours. Mais Zine produisait aussi des sculptures en bas-reliefs comme « Synergie symbolique » et « Gnaouas » en 1978.
Les années 80 marquaient un tournant dans l'œuvre de cet artiste, car il se consacre entièrement à la vie quotidienne avec ses habitudes, ses réflexes, ses rituels et ses différentes manifestations.
Zine à l'heure des Gnaouas et des colors of jazz
Et se sont les Gnaouas qui semblent hanter son œuvre avec cependant une nouvelle technique basée sur des touches successives qui donnent une impression de mouvement. Et pour bien souligner cette époque, Zine a même dû faire un détour par l'événementiel en organisant des événements artistiques de portée mondiale.
Il en est ainsi de Trans'art où, sur les sons de la musique gnaouie, il projetait la peinture sur la toile à partir de l›inspiration de l›instant. C›était, en quelque sorte, une écriture picturale de la partition gnaouie. Cette expérience a connu énormément de succès et a été très médiatisée aussi bien au Maroc qu›à l›étranger.
Sur ce même registre, il tente une autre expérience avec la musique de jazz dans « Colors of jazz », qui consistait, comme pour Gnaouas, à transcrire en peinture les sons des instruments. Après cette expérience, il tente « Peintres sur tapis », une sorte d›art fonctionnel qui consistait à tisser, selon une série limitée, des œuvres de grands peintres marocains.
Zine et le sport-art
Après, vint l'expérience du sport avec « Sport'art » qui consistait à donner vie à des empreintes et des gestes de sportifs qui ne pouvaient être immortalisés. L'idée était, ainsi, d'immortaliser ces empreintes et ces gestes. Une expérience très réussie avait eu lieu concernant le tennis avec les trois champions marocains, Younès El Aynaoui, Karim Alami et Hicham Arazi. Après, cette expérience a été étendue au vélo et à d'autres disciplines avec plus ou moins de réussite. Zine vu par Pierre Restany :les rituels de la transe
Commentant « Trans'art », Pierre Restany, célèbre critique d'art français disait : « Ce qui m'a beaucoup frappé dans la démarche de Zine, c'est ces rituels de la transe, ces rituels de l'empreinte humaine sont en quelque sorte immémoriaux (...) et en même temps, ils viennent se greffer sur des recherches extrêmement modernes. Et c'est en cela que l'on peut parler, plus encore de la modernité, de la « post-modernité » de Zine.
Concernant « Color of jazz », Jean-Marie Tasset écrivait dans Le Figaro, reprenant des propos de Zine : « Les sonorités m'inspirent les couleurs. Je pars du son brut pour donner une calligraphie jazzy (...) les signes que je trace sur le tableau n'ont aucun sens. Ils sont indéchiffrables mais possèdent une charge émotionnelle ».
Charles –Claude Mollard : il s'inscrit naturellement dans la filiation de Delacroix
Le passage au XXIe siècle n'a pas incité Zine à changer de style; au contraire il a maintenu sa conception et ses thèmes de prédilection. Pour Charles-Claude Mollard, « il y a deux artistes en Zine. Le paysagiste, l'expressionniste de scènes de genre, le peintre de l'âme du Maroc, le coloriste qui s'inscrit naturellement dans la filiation de Delacroix. Mais aussi l'artiste en rupture de ban, l'inventeur de nouvelles formes d'expression, le poète des empreintes du monde à la recherche de ses marques évolutives » A ce titre, Zine est sans conteste l'un des meilleurs promoteurs de la culture marocaine telle qu'elle doit être présentée aux étrangers. Il en saisit la profondeur et la signification pour la présenter selon une optique artistique très élaborée esthétiquement. D'ailleurs, les événements qu'il a réalisés ont été derrière l'arrivée de nombreux touristes au Maroc dont des Japonais notamment, et ce après que la chaîne de télévision nippone NHK avait diffusé un documentaire réalisé sur Zine et la ville de Marrakech et qui avait fait sensation au pays du Soleil levant.
Une grande œuvre picturale, mais aussi associative et syndicale.
D'autre part, Abdellatif Zine n'a cessé tout au long de ce demi-siécle d'activité d'œuvrer sur le plan associatif et syndical pour le bien-être, la considération et la reconnaissance des artistes. Il est derrière la création de plusieurs associations et syndicats grâce à qui la situation des artistes commence à s'améliorer nettement.
Célébrer cinquante années de création c'est, certes célébrer l'œuvre de cet artiste mais c'est célébrer, aussi et surtout, l'homme, le personnage qui a donné beaucoup d'éclat et de rayonnement à la peinture marocaine et dont les sacrifices et les actions pour autrui soulignent la générosité et la grandeur. Car la grandeur de l'âme de Zine n'a d'égale que la générosité de son œuvre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.