Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    CNOM : "Génétique et sport : l'impact de l'hérédité sur la performance sportive"    MCA-WAC (1-1) : Le Wydad victime de la VAR, de l'arbitre et de la CAF    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    Le roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à Gaza et en Cisjordanie    Affaire Ghali : la plainte du Club des avocats transmise au parquet de l'Audiencia Nacional    Hirak: Les Algériens dans la rue malgré la répression    Manifestation à Casablanca après la prière du vendredi en solidarité avec la Palestine    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Afghanistan : attentat dans une mosquée près de Kaboul    Maroc/Covid-19: le bilan de ce vendredi 14 mai    La crise des réfugiés rohingyas «ne doit pas tomber dans l'oubli», selon le HCR    La COP26 se tiendra en présentiel à Glasgow (président)    Agadir : interpellation d'un individu pour publication d'un contenu violent    En vertu d'arrêtés conjoints publiés au BO, des sociétés étrangères autorisées à créer des fermes aquacoles à Dakhla    Masters 1000 de Rome: Nadal bat Zverev et se qualifie en demi-finales    Affaire Brahim Ghali : le silence du gouvernement espagnol est «contre-productif»    Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Un joueur du Real en isolement    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    Santé connectée: A consommer avec modération !    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Les Casablancais retrouvent l'historique Parc de la Ligue Arabe (Reportage)    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Réseaux sociaux: 84% des marocains utilisent WhatsApp en 2021    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Livre. Danse avec les riches    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RUGBY : Que se passe-il à la Fédération du rugby
Publié dans L'opinion le 22 - 02 - 2017

La lune de miel entre les clans Bougja et Boujouala tourne au vinaigre et forcément c'est le rugby qui trinque. Dans un précédent article juste avant l'élection de M. Tahar Boujouala nous avions stigmatisé cette coalition entre deux camps que tout oppose. Aujourd'hui les faits nous donnent raison et tous ceux qui y ont cru un temps soit peu que la sauce allait prendre se rendent à l'évidence. Non, il y a trop de différence pour que cela réussisse. Le nouveau scandale qui vient d'éclabousser le rugby marocain en est la preuve irréfutable. Comme dit l'adage : « On ne mélange pas les torchons et les serviettes ».
Le premier responsable de cette nouvelle sortie de route est l'inamovible président de la FRMR et sa fratrie. Les faits que nous allons énumérés ci-dessous sont graves et doivent interpeler la Direction des sports du ministère de la Jeunesse et des Sports.
La fratrie boujoualase composée de Tahar, le président de la FRMR, de M. Driss Boujouala, vice-président de la FRMR, l'intello de la famille, c'est lui le stratège, un politicien aguerri qui a fait ses classes dans les partis politiques et enfin Boubker Boujouala, le manager des équipes nationales de rugby.
Le 2 février 2017, des joueurs marocains installés en France et qui jouent dans différents clubs de l'hexagone reçoivent une convocation pour un stage du 9 au 12 février à Mantes le Jolie ponctué par un match amical contre le Sénégal. Ce stage a été programmé par M. Boubker Boujouala en accord bien entendu avec sa fratrie, or et c'est là où le bât blesse, les autres membres fédéraux ignoraient tout de l'existence d'un tel rassemblement. Auparavant, M. Boubker Boujouala avait pris le soin d'écarter l'entraîneur officiel M. Laurent Sousbie et le remplacer par une de ses connaissances à savoir M. Kouider Gasmi, un Marocain lui aussi installé en France et qui entraîne un petit club. Ce changement d'entraîneur s'est fait sans l'aval des autres membres fédéraux. Questionné sur ces faits le vice-président de la FRMR et président de la commission sportive M. Abdenaceur Bougja a eu le mérite et la franchise de dire qu'il était étranger à toutes ces décisions et que le bureau fédéral n'avait validé aucune décision...
Devant cet état de fait, il va réagir le 6 février 2017 en envoyant un mail à tous les joueurs les informant du report du stage. Averti, le président de la FRMR, lui, réplique dans la foulée en envoyant un autre mail dans la même journée dans lequel il affirme son autorité en disant textuellement que c'est lui qui commande et que ledit stage est maintenu.
Le stage a effectivement eu lieu en présence du président et le match contre le Sénégal a effectivement eu lieu et n'avait plus le caractère officiel. Ce fut un match dirigé et surprise la sélection marocaine étrennait un beau maillot floqué d'un sponsor. Les joueurs étaient logés dans un hôtel à Mantes la Jolie et mangeaient dans un fast food midi et soir avec au menu Kébab et spécialités pakistanaises. Bonjour la diététique. Ces mêmes joueurs ont reçu leurs indemnités en espèces sans signer aucune décharge soit 30 euros par jour par joueur, plus les frais de transport.
Durant trois jours, on leur a dit et répété que les autres membres fédéraux ne cherchaient pas à faire évoluer le rugby au Maroc d'où leur acrimonie à valider un tel stage. Diviser pour mieux régner telle a été leur devise.
Donc, si l'équipe nationale a joué avec un sponsor sur le maillot, ce sponsor a versé une contribution matérielle à la FRMR pour avoir ce privilège et si contribution matérielle il y a, elle doit être versée sur le compte de la FRMR. Nos investigations nous ont permis de savoir que le compte de la FRMR n'a été crédité d'aucun montant. Donc, il y a quelque chose qui cloche et nous sommes en droit d'avoir des explications.
Quel est le montant versé par le sponsor ?
Qui a signé la convention avec le sponsor ?
Quel a été le mode de règlement du sponsor ?
Comment ont été réglés l'hôtel, les restaurants et les défraiements des joueurs ?
Où est passé le reste de l'argent ?
A toutes ces questions, le président doit donner des réponses convaincantes et nous doutons fort qu'il en a la capacité et la compétence. Nous sommes en 2017 et ce genre de pratique est révolu et est lourdement réprimé par la Direction des inspections du ministère de tutelle.
Il sait que ce qu'il a fait est illégal et répréhensible et il ne peut se cacher derrière son petit doigt pour dire qu'il ne savait pas. Nul n'est censé ignorer la loi. La veille de son déplacement en France il avait tenu une réunion avec quelques membres fédéraux qui lui ont déconseillé d'organiser ce stage. Malgré cela, il s'est déplacé à Mantes la Jolie et s'est affiché avec joueurs et sponsor. Il faut vous dire Messieurs que le président aime les voyages et il est omniprésent quand il s'agit de représenter l'ovale marocain à l'étranger.
Pour avoir côtoyé MM. Haj Mohamed Benjelloun, Larbi Boudriss, Abdelhay Laraki, Mohamed Koutbi, Driss Tabai Filali, Abderrahim Bougja, Abdelaziz Bougja et Saïd Bouhajeb, nous pouvons affirmer que l'actuel président ne peut en aucun cas se prévaloir d'aimer et de promouvoir le rugby comme ses illustres prédécesseurs.
Et pourtant, lors de son élection, il avait promis beaucoup de choses et n'en a tenu aucune. A l'entendre parler, on se croirait dans un meeting politique. Il s'est allié à M. Bouhajeb et s'est retourné contre lui. Passer d'un camp à un autre ne lui pose aucun problème. Trois anciens grands rugbymen marocains et cadres sont restés droit dans leurs bottes et ont refusé catégoriquement de travailler avec le nouveau président. Il s'agit de MM. Hamid Jafoui, Aziz Belghiti et Saïd Zniber. Ces trois personnes méritent le respect et, comme on dit, ils ont eu le nez creux.
Quant à son frère, non content d'avoir hérité du poste de manager que lui a légué son frère, il s'est mué en président de la commission sportive. C'est lui, par ailleurs, qui a sélectionné les joueurs, ceux-ci pour pouvoir revêtir le maillot national lui doivent allégeance. Dans le cas contraire, ils sont exclus. Plusieurs cadres des équipes nationales de rugby à VII et à XV ont soit étaient écartés, soit ils ont refusé à contre cœur de répondre aux convocations pour ne pas être sous les ordres de cet homme. Adil Achahbar, Abdellatif Boutaty et Mehdi Boundjema font partie de cette seconde catégorie. Dès qu'ils ont agi ainsi, le manager a lancé une campagne de dénigrement contre eux salissant leur nom alors que leur engagement est total pour le maillot national. Il n'en est pas à sa première bévue et malgré la réprobation générale, son frère de président l'a maintenu mordicus au postede manager. Au vu de ces récents événements, dont le rugby marocain se serait bien passé, il est certain que ce genre d'agissement ne doit pas resté impuni. Un communiqué de presse rédigé par les autres membres fédéraux est attendu avec impatience dans lequel ils doivent se désolidariser du président au risque de passer aux yeux de l'opinion publique pour des complices. L'autre réaction attendue est celle du ministère de la Jeunesse et des Sports, il doit procéder à un audit très rapidement et si fautes il y a, les sanctions doivent être exemplaires.
Pour le bien du rugby marocain, la vérité doit éclater.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.