L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Karim Benzema répond à Noël Le Graët    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Le PPS et la Loi de Finances 2020    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Lutte ouvrière!    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    Après la défaite face à la Mauritanie, Halilhodzic commente...    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Derby Casablanca : Le Wydad procédera à la vente des billets en ligne    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Quatre visages pour raconter : La Havane, à l'aube de ses 500 ans    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Présentation du nouveau staff technique du Raja    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réunion du Comité Central de l'Istiqlal à Laâyoune
Nizar Baraka : La solution à la question du Sahara réside dans la consécration démocratique et l'ancrage des décisions locales
Publié dans L'opinion le 07 - 04 - 2019

Les Istiqlaliens des provinces du Sud ont répondu massivement présents au rendez-vous historique du Parti de l'Istiqlal à Laâyoune pour lancer des messages politiques forts. De la capitale du Sud du Royaume, le Comité Central du Parti de l'Istiqlal, présidé par M. Nizar Baraka, a réitéré son attachement à l'intégrité territoriale, et a hautement salué la conviction de M. Antònio Guterres, Secrétaire Général de l'ONU, que la solution à la question du Sahara est possible, pour ensuite se féliciter de l'initiative du Souverain pour établir un dialogue avec notre pays voisin, l'Algérie, ce qui témoigne de la volonté du rapprochement et la bonne intention de la part du Maroc.
Manœuvres condamnables
Dans la même perspective, M. Nizar Baraka a tenu à mettre en évidence que le Parti reste convaincu que la solution à ce dossier réside dans la consécration démocratique et l'ancrage des décisions locales et les choix de développement régional, ainsi que l'approche participative des habitants, comme l'indique le plan d'autonomie proposé par le Maroc, et qui s'inscrit dans la bonne volonté du Maroc d'aboutir à une résolution qui se bâtit sur la confiance.
A ce titre, le Comité Central a mis en exergue la dynamique qui caractérise la vie politique dans les provinces du Sud, mettant au profit des habitants toutes les possibilités pour participer dans la gestion des affaires locales et dans le processus de prise de décisions, en particulier par les jeunes et la gent féminine. Et ce, dans l'objectif de consolider la mobilisation générale et de renforcer le front interne, qui peut, a souligné M. Nizar Baraka, servir de rempart contre les manœuvres malhonnêtes des ennemis de l'intégrité du territoire marocain.
Dans le même contexte, le Comité Central a salué le choix stratégique de faire des régions du Sud le fer de lance dans le champ d'application et de concrétisation de la régionalisation avancée, ce qui interpelle le gouvernement pour accélérer la cadence de ce chantier et céder plus de prérogatives aux Conseils régionaux, dans le but de frayer le chemin au plan d'autonomie sous souveraineté marocaine.
Querelles intestines et mauvais calculs de la majorité
L'autre enjeu de taille, c'est le dossier épineux de la réforme de l'éducation, qui a provoqué, au cours de la semaine écoulée, un vif imbroglio au sein du PJD, qui a laissé les députés de ce parti ballotés entre la sortie médiatique de M. Benkirane et leur engagement envers les composantes de la majorité.
"Aujourd'hui, nous avons le droit de demander au gouvernement de présenter son bilan périodique, concernant les promesses qu'il a préalablement avancées pour créer 1.2 million d'emplois à l'horizon 2021" affirme M. Nizar Baraka. Et d'ajouter que " la réforme de l'éducation est la problématique phare qui bloque l'avancement du modèle de développement dans notre pays, dans toutes ses dimensions : politique, économique, sociale et culturelle".
Il a noté, dans le même sens, que la majorité gouvernementale, à cause des querelles intestines et des mauvais calculs, a manqué le rendez-vous avec le projet de loi pour la réforme de l'enseignement, comme elle a échoué, auparavant et à moult reprises, à mettre en oeuvre une stratégie efficace pour la formation professionnelle. L'équipe gouvernementale est, pourtant, tenue de présenter des solutions réelles et pratiques pour apporter un remède au chômage des jeunes, notamment dans les collectivités territoriales qui souffrent d'exclusion et de précarité et n'accèdent pas aux richesses nationales.
A cet effet, M. Nizar Baraka a souligné que le Parti de l'Istiqlal a résolument fait face aux intentions visant à atteindre la gratuité de l'enseignement et a défendu, avec acharnement, cet acquis sociétal, comme il a toujours plaidé en faveur de l'école publique, en insistant fermement pour qu'elle demeure la clef de voûte de la cohésion sociale et pérennise la coexistence entre classes sociales, pour éviter de faire de l'enseignement une marchandise au service de ceux qui paient le plus.
Evoquant les évènements mouvementés qui ont marqué la semaine écoulée et l'adoption en suspens du projet de loi sur l'enseignement, le Secrétaire Général du Parti de l'Istiqlal a expliqué que l'approche istiqlalienne a donné à l'alternance linguistique un contenu national plurilingue et non bilingue, comme il a été prôné par le projet du gouvernement, et ce, tout en préservant la place des deux langues officielles. Le Parti a, en outre, confirmé l'importance de la progressivité pour former des ressources humaines suffisantes afin de faire bénéficier tous les scolarisés d'un apprentissage de qualité en arabe, en amazighe et dans d'autres langues.
Dans la même logique, le Parti de l'Istiqlal a fermement opté pour la paix sociale en défendant les 70.000 enseignants des académies et milité pour que la contractualisation soit annulée du projet de loi pour la réforme de l'éducation, vu qu'elle consacrera l'instabilité et la précarité au sein du corps des enseignants.
M. Nizar Baraka a indiqué, par ailleurs, que les militants istiqlaliens resteront attachés aux fondements et à l'Histoire du Parti, n'épargnant pas leurs efforts pour bâtir un Maroc libre et uni, à l'intégrité territoriale inviolable, doté d'une identité diversifiée et cohérente et d'un projet sociétal démocratique et équitable.
Notons que le périple du Parti de l'Istiqlal dans les provinces sahariennes concerne, outre la cité de Laâyoune, les villes de Smara, Boujdour et Dakhla.
Samir ZERRADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.