Décès de Hosni Moubarak: Al-Sissi reçoit un message du roi Mohammed VI    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Nouveau coup dur pour Manchester City    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Maria Sharapova annonce sa retraite    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Ministère de la Santé : tests négatifs pour les 15 cas « possibles » de coronavirus    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Attijariwafa bank termine l'année 2019 sous le signe de la performance    Parricide à Salé: ce qui s'est réellement passé    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    La CSMD organise une séance d'écoute avec les représentants de la Confédération marocaine de l'agriculture et de développement rural    DFSK introduit ses SUV sur le marché marocain    Moins d'un Marocain sur deux en âge de travailler est actif    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Entretien avec SEM. LI Li, Ambassadeur de Chine à Rabat : « Le Maroc et la Chine ont fait preuve d'une haute confiance politique mutuelle et de soutien réciproque »    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Benabdelkader: Aucun nouveau cas de spoliation foncière d'autrui n'a été enregistré    Législatives iraniennes: Une très faible participation…    Ramid : Le bilan de la mise en œuvre du droit de pétition est en deçà des attentes    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Premier cas confirmé positif au coronavirus en Algérie    Saisie de fumigènes interdits, lors du match OCS- FAR    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Insolite : Pour sauver sa main    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Divers    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    Divers sportifs    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    3e édition de l'Afrique du Rire    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouverture de la session du printemps du Parlement
«La cohésion sociale d'abord » Réunion de M. Nizar Baraka avec le groupe parlementaire de l'Istiqlal
Publié dans L'opinion le 16 - 04 - 2019

Vendredi 12 avril, en marge de la séance d'ouverture de la session du printemps du Parlement, le Secrétaire Général du Parti de l'Istiqlal, M. Nizar Baraka, s'est réuni avec les membres du groupe istiqlalien au sein de la première Chambre. Cette rencontre a été l'occasion d'apporter des éclaircissements édifiants concernant la crise politique consécutive aux propos de l'ancien chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane, et les tergiversations qui s'en sont suivies au sein du PJD, en particulier, et au sein de la majorité gouvernementale, en général. Afin d'évacuer tout équivoque concernant les intentions de l'Istiqlal, M. Baraka a déclaré d'emblée: " En demandant l'application de l'article 103 de la Constitution pour lier le vote du projet de Loi-cadre sur l'éducation à un vote de confiance du parlement en l'Exécutif, nous avons clairement signifié que notre intention n'était nullement de renverser le gouvernement. Car sinon et si telle était notre volonté, c'est l'application de l'article 105 relatif à la motion de censure qui aurait été invoquée».
M. Baraka a ensuite réaffirmé les motivations du Parti de l'Istiqlal en précisant : «Notre démarche qui s'inscrit en droite ligne de notre positionnement politique en tant que parti d'opposition prônant une approche nationaliste, morale et édifiante, avait pour principal objectif d'éprouver l'aptitude de ce gouvernement à contrôler sa majorité en vue de mener les grandes réformes que les Marocains attendent depuis longtemps. C'est une démarche critique certes, mais qui a pour principale motivation de défendre les intérêts des Marocains contre les atteintes répétées à leur pouvoir d'achat. Notamment en proposant des alternatives tangibles et crédibles en vue de préserver la cohésion sociale».
A ce propos, le Secrétaire Général n'a pas manqué de rappeler que plusieurs chantiers législatifs sont actuellement en suspens dont notamment les projets de loi organique relatifs au caractère officiel de l'amazigh et au Conseil national des langues et de la culture, ou encore le projet de loi-cadre sur la réforme du système éducatif qui a suscité une controverse au sein des composantes de la coalition gouvernementale.
Dans ce sens, il a indiqué que l'Istiqlal ne veut surtout pas contribuer à un environnement d'instabilité, mais préfère, en sa qualité de parti de l'opposition, maintenir la pression en vue d'inciter le gouvernement à plus de célérité dans le parachèvement de ses engagements. De la même manière, le parti ne veut pas s'engager dans des joutes verbales et des guerres de communication portant atteinte aux partis politiques ou aux personnes.
Ceci étant dit, M. Nizar Baraka est revenu sur les derniers faits marquants de la scène politique, à savoir la session extraordinaire du parlement qu'il a qualifiée de décevante. «Le dossier le plus important était la loi-cadre sur l'éducation qui a engendré de graves divergences, avant que les diverses composantes politiques du pays, dont l'Istiqlal, ne parviennent à un compromis. Mais à la dernière minute, ce compromis a été remis en question par les composantes de la majorité, provoquant le report à trois reprises des travaux de la commission, ce qui a vidé les travaux de cette session extraordinaire de tout sens». M. Nizar Baraka a profité de l'occasion pour rappeler les constantes de l'Itsiqlal sur ce dossier. «Notre parti n'a ménagé aucun effort pour défendre la gratuité totale de l'enseignement public. Il a également réussi à obtenir le retrait du principe de contractualisation pour l'emploi des enseignants. Et enfin pour la promotion de l'égalité des chances entre Marocains et la préservation de l'école en tant qu'espace de coexistence. Ceci en vue d'évacuer toutes les causes qui peuvent engendrer une société fissurée», a-t-il conclu.
Samir ZERRADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.