RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS aux meilleurs standards internationaux en matière de Sécurité et d'intégrité    Casablanca en quête d'un air plus frais    Au G20, duel en vue entre Chine et USA, l'Iran en toile de fond    Sénégal : Salif Sané forfait pour le reste du premier tour    L'hégémonie    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    Le mal de maire!    CAN 2019 : Le programme des rencontres de ce mercredi    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Facultés de médecine. Une moyenne de 14,4 exigée pour la présélection    De la parole poétique mêlée avec les rythmées électriques    Maroc-Côte d'Ivoire. Déterminés, les Lions d'Atlas croient à la victoire    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Déconcentration administrative. El Otmani épinglé par la majorité et l'opposition    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    31ème édition du festival du théâtre universitaire à Casablanca    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouverture de la session du printemps du Parlement
«La cohésion sociale d'abord » Réunion de M. Nizar Baraka avec le groupe parlementaire de l'Istiqlal
Publié dans L'opinion le 16 - 04 - 2019

Vendredi 12 avril, en marge de la séance d'ouverture de la session du printemps du Parlement, le Secrétaire Général du Parti de l'Istiqlal, M. Nizar Baraka, s'est réuni avec les membres du groupe istiqlalien au sein de la première Chambre. Cette rencontre a été l'occasion d'apporter des éclaircissements édifiants concernant la crise politique consécutive aux propos de l'ancien chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane, et les tergiversations qui s'en sont suivies au sein du PJD, en particulier, et au sein de la majorité gouvernementale, en général. Afin d'évacuer tout équivoque concernant les intentions de l'Istiqlal, M. Baraka a déclaré d'emblée: " En demandant l'application de l'article 103 de la Constitution pour lier le vote du projet de Loi-cadre sur l'éducation à un vote de confiance du parlement en l'Exécutif, nous avons clairement signifié que notre intention n'était nullement de renverser le gouvernement. Car sinon et si telle était notre volonté, c'est l'application de l'article 105 relatif à la motion de censure qui aurait été invoquée».
M. Baraka a ensuite réaffirmé les motivations du Parti de l'Istiqlal en précisant : «Notre démarche qui s'inscrit en droite ligne de notre positionnement politique en tant que parti d'opposition prônant une approche nationaliste, morale et édifiante, avait pour principal objectif d'éprouver l'aptitude de ce gouvernement à contrôler sa majorité en vue de mener les grandes réformes que les Marocains attendent depuis longtemps. C'est une démarche critique certes, mais qui a pour principale motivation de défendre les intérêts des Marocains contre les atteintes répétées à leur pouvoir d'achat. Notamment en proposant des alternatives tangibles et crédibles en vue de préserver la cohésion sociale».
A ce propos, le Secrétaire Général n'a pas manqué de rappeler que plusieurs chantiers législatifs sont actuellement en suspens dont notamment les projets de loi organique relatifs au caractère officiel de l'amazigh et au Conseil national des langues et de la culture, ou encore le projet de loi-cadre sur la réforme du système éducatif qui a suscité une controverse au sein des composantes de la coalition gouvernementale.
Dans ce sens, il a indiqué que l'Istiqlal ne veut surtout pas contribuer à un environnement d'instabilité, mais préfère, en sa qualité de parti de l'opposition, maintenir la pression en vue d'inciter le gouvernement à plus de célérité dans le parachèvement de ses engagements. De la même manière, le parti ne veut pas s'engager dans des joutes verbales et des guerres de communication portant atteinte aux partis politiques ou aux personnes.
Ceci étant dit, M. Nizar Baraka est revenu sur les derniers faits marquants de la scène politique, à savoir la session extraordinaire du parlement qu'il a qualifiée de décevante. «Le dossier le plus important était la loi-cadre sur l'éducation qui a engendré de graves divergences, avant que les diverses composantes politiques du pays, dont l'Istiqlal, ne parviennent à un compromis. Mais à la dernière minute, ce compromis a été remis en question par les composantes de la majorité, provoquant le report à trois reprises des travaux de la commission, ce qui a vidé les travaux de cette session extraordinaire de tout sens». M. Nizar Baraka a profité de l'occasion pour rappeler les constantes de l'Itsiqlal sur ce dossier. «Notre parti n'a ménagé aucun effort pour défendre la gratuité totale de l'enseignement public. Il a également réussi à obtenir le retrait du principe de contractualisation pour l'emploi des enseignants. Et enfin pour la promotion de l'égalité des chances entre Marocains et la préservation de l'école en tant qu'espace de coexistence. Ceci en vue d'évacuer toutes les causes qui peuvent engendrer une société fissurée», a-t-il conclu.
Samir ZERRADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.