Privatisation : Les dessous de l'opération Maroc Telecom    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Diabète : Novo Nordisk et le ministère lancent 2 unités de soins    Eaux de baignade: Ces plages à éviter    Construction prochaine d'une nouvelle cimenterie dans la région d'El Jadida    Le dirham s'apprécie de 1,4% par rapport à l'euro et de 0,3% vis-à-vis du dollar    Les opportunités d'investissement au Maroc présentées à Barcelone    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Cheikh El-Ghazouani se proclame vainqueur et l'opposition rejette les résultats de la présidentielle en Mauritanie    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    "Comment est-ce possible ?" Maroc-Namibie disputé sans pause fraîcheur    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Insolite : Mis en examen    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    Criminalité à Casablanca. Recul des affaires de vol    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement : Bencahaaboun mise sur la transparence    Afrique du Sud-Côte d'Ivoire : choc entre deux équipes en quête de gloire perdue    « MOULTAKA AL YOUSR »/LE COLLOQUE SCIENTIFIQUE DE BANK AL YOUSR: UNE 2EME EDITION POUR CONSOLIDER LES AVANCEES DE LA FINANCE PARTICIPATIVE AU MAROC    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Hausse de 1,9% des ventes de ciment à fin mai    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    La cheffe de l'ONU pour les droits humains réclame le rapatriement des familles de Daech    Groupe D Côte d'Ivoire – Afrique du Sud : Prendre une option sur le 2e tour    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Clôture de la 22ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde : Le succès toujours au rendez-vous    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Abdellah Bekkali, reconduit pour un nouveau mandat    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    L'UIC lance son premier DBA en association avec ESC Clermont    Gouvernance spatiale et développement    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Casa-Settat : Le taux de réussite au bac en très forte augmentation    CAN 2019 : « Le meilleur reste à venir », promet Boussoufa    Sahara marocain : La Barbade décide de retirer sa reconnaissance de la pseudo «rasd»    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain
Le règlement politique du conflit encore retardé
Publié dans L'opinion le 24 - 05 - 2019

Horst Kohler, Envoyé Personnel du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahara marocain, a présenté sa démission de ses fonctions, selon un communiqué des Nations unies publié mercredi. L'ancien président allemand, âgé de 76 ans, aurait pris cette décision « pour raison de santé », indique ledit communiqué.
Le ministère marocain des affaires étrangères a indiqué avoir pris note, « avec regret », du départ de Kohler, auquel le Maroc a rendu « hommage » pour les efforts qu'il a déployés depuis sa nomination, en août 2017, et salué « la constance, la disponibilité et le professionnalisme avec lesquels M. Köhler s'est acquitté de ses fonctions ».
Le Maroc a, par ailleurs, réitéré son soutien aux efforts du Secrétaire général des Nations Unies en vue d'apporter un règlement politique au différend autour du Sahara marocain, et réaffirmé son engagement à parvenir à « une solution politique réaliste, pragmatique et durable, basée sur le compromis, dans le cadre de l'Initiative d'autonomie », selon la même source citée par l'agence de presse MAP.
Convenances diplomatiques obligent, le polisario s'est également empressé de publier un communiqué ou il s'est dit « profondément attristé » par la démission de Kohler, qu'il a remercié pour « ses efforts dynamiques afin de relancer le processus de paix de l'ONU ».
Une troisième table ronde de moins en moins probable
Il est à rappeler que depuis que le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a fait de Kohler son émissaire pour le Sahara marocain, ce dernier n'a pas épargné sa peine pour promouvoir une solution politique au différend du Sahara. A sa prise de fonction, cela faisait déjà six années que toute négociation avaient été rompue entre les parties en conflit.
En décembre 2018, Kohler a réussi la gageure de réunir le Maroc, l'Algérie, le polisario et la Mauritanie autour d'une table ronde, à Genève. Exercice qui fut répété, au même endroit, en mars de l'année en cours.
Il était question d'une troisième table ronde à tenir au cours des mois suivants, sans toutefois en avoir spécifié la date exacte. Au vu de la récente décision de Kohler, il est fort à parier que cette rencontre n'aura pas lieu de sitôt.
L'un des traits caractéristiques de la personnalité de Horst Kohler est son pragmatisme. Conscient du gouffre qui sépare les positions des uns et des autres, il n'a pas réuni les parties en conflit pour des négociations, mais juste pour rétablir les contacts. Il ne cherchait pas obtenir de ces tables rondes un résultat spectaculaire et ne se pavanait pas devant les médias, il agissait sobrement et discrètement pour faire « glisser » les positions des antagonistes vers une solution politique mutuellement acceptable.
Une perte pour le processus de paix
En l'absence d'autres explications concernant cette démission émanant de sources crédibles, l'ONU n'ayant donné aucune précision à propos des problèmes de santé de Kohler, il serait erroné de se lancer dans des spéculations hasardeuses. Il est, toutefois, d'ores et déjà possible d'affirmer que le règlement de l'affaire du Sahara en sera grandement retardé. Il faudrait à Antonio Guterres trouver un remplaçant à Horst Kohler, une démarche beaucoup moins évidente qu'il n'y paraît.
Non seulement il n'est pas aisé de trouver le profil adéquat, mais les candidats ne se bousculent pas, non plus, au portillon. Quel homme politique ou diplomate de carrière risquerait sa notoriété dans une affaire qui traîne depuis plus de quatre décennies et qu'aucun émissaire du SG des Nations Unies n'a, jusqu'à présent, réussi à résoudre ?
D'autre part, une fois déniché « l'oiseau rare », les démarches et tractations auprès des pays membres du Conseil de sécurité pour soutenir sa nomination devrait également prendre quelques mois. Enfin, une fois nommé, l'« heureux élu » aura à s'initier à la complexité du sujet et approcher les différents protagonistes pour en sonder les intentions.
A la fin du mois écoulé, le Conseil de sécurité des Nations Unies a prolongé de six mois seulement au lieu d'une année le mandat de la MINURSO, et ce sous la pression des Etats-Unis, qui veulent ainsi forcer les parties antagonistes à trouver une solution au conflit. Sauf que John Bolton, le conseiller étasunien à la sécurité nationale qui a pesé de tout son poids pour réduire les mandats de la MINURSO à six mois, a peu de chances d'être encore là quand le nouvel émissaire du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahara sera nommé.
C'est que le ratage monumental de l'opération de changement de régime au Venezuela exige que quelqu'un en paye les pots cassés. Et Bolton, dit « moustache » à Washington, semble tout désigné pour assumer ce rôle, ces méthodes à la hussarde ayant fait l'unanimité contre lui.
Ahmed NAJI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.