Lutte anticorruption: la directrice du FMI félicite le Maroc    Le BTP poursuit ses bonnes performances    Errachidia : deux individus arrêtés pour trafic de drogue    Brésil: Bolsonaro repousse les limites du politiquement incorrect    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Un Mexicain arrêté aux Etats-Unis pour espionnage au profit de la Russie    Coronavirus : arrêt d'activité pour 200 hôtels Accor en Chine    Asilah : Inauguration de la nouvelle gare routière    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Basket-ball : La sélection nationale s'incline en amical face à l'Algérie    La FRMF réduit la sanction de l'AS FAR    Safi: une mère se jette devant un train    Sanctions contre Manchester City: Guardiola va-t-il claquer la porte ?    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Données personnelles, les fortes recommandations de la CNDP et de la BM    Conseil de gouvernement : La sécurité sociale au menu    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Chômage au Maroc: les derniers chiffres du HCP    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    Port Tanger Med 2 : APM Terminals dépasse son 1er million d'EVP traités    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Météo Maroc: nuages instables avec averses orageuses ce jeudi    Ministère de la Justice : la liberté provisoire accordée au Koweïtien poursuivi pour viol fait suite à une décision judiciaire    Quelque 170 étudiants marocains participent à New York au programme «Jeunes ambassadeurs aux Nations unies»    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Réalité virtuelle: Et si les universités numérisaient le patrimoine architectural?    Casillas prend sa retraite sportive    La Bundesliga dépasse les 4 Mds de chiffre d'affaires    Issue de parité entre Khouribguis et Mesfiouis    Luis Martinez : Au-delà du "Hirak", il y a la crise économique qui vient    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    Transparence : L'indice d'opacité financière 2020 fait état de progrès dans le domaine de la transparence mondiale (1/2)    De l'urgence de la réforme du système électoral    La régularité du dialogue politique entre le Royaume et le Pérou mise en relief    10 000 pas par jour n'empêchent pas la prise de poids    Insolite : Accouplement de serpents    Débarquement au Japon des passagers du paquebot Diamond Princess    Divers    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de plus de 36,5 MMDH en 2019    Divers Economie    Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain    La 70ème Berlinale sous le signe du politique et de la diversité    L'album engagé du rappeur Dave rafle la mise aux Brit Awards    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mouvement des étudiants grévistes en médecine et en pharmacie
L'ESCALADE !
Publié dans L'opinion le 17 - 06 - 2019

Après les menaces de redoublement collectif et d'expulsions définitives proférées à l'encontre des étudiants grévistes; après la suspension des professeurs qui ont manifesté leur soutien à leur mouvement; après la tentative de diabolisation de ce mouvement en l'assimilant dans son intégralité aux manigances politiciennes d'Al Adl Wal Ihssane, on croyait avoir tout vu. Il n'en était rien, puisque voici venu le temps
de l'intimidation et des représailles à l'encontre des familles et des parents des étudiants. Retour sur les origines d'un mouvement en pleine escalade.
Les hostilités ont commencé mercredi 12 juin, soit deux jours après l'opération de boycott réussie des examens des Facultés de médecine et de pharmacie et qui avait été marquée par un taux record d'adhésion de 100%. Selon des témoignages publiés dans la presse nationale et corroborés par les sources de « L'Opinion » au sein de la Coordination des étudiants grévistes, plusieurs familles auraient reçu la visite d'agents d'autorité, des Moqaddems en l'occurrence, les incitant à faire pression sur leurs enfants pour qu'ils cessent leur boycott des examens. Des convocations dans les Wilays de plusieurs villes, dont celle de Fès, ont également été adressées aux étudiants et à leurs parents. Et enfin, plusieurs témoignages (voir encadré) font même état de représailles sous la forme de radiation ou d'intimidation de parents d'étudiants grévistes exerçant dans le secteur médical. Tout ceci a un nom : Escalade. Retour sur les origines du mal.
En 2015 déjà !
Abstraction faite des points litigieux sujets à débat et du gouffre politique où se sont enfoncés les ministres de la Santé et de l'Education nationale, fallait-il s'engager, une fois encore, dans ce genre de cercles vicieux ? A-t-on oublié la marée humaine constituée par les étudiants en médecine, lors de la marche menée en 2015, qui avait exposé le Maroc à la moquerie ? Toute la presse avait, alors, parlé des 110 Dhs par mois octroyés aux étudiants de médecine pour les stages dans les Centres Hospitaliers Universitaires.
Il fallait se remémorer ces évènements et comprendre que ces jeunes étudiants ne s'emballent pas pour n'importe quelle cause, mais agissent en tout état de cause. C'est le cumul de revendications datant de plusieurs années, auxquelles se sont ajoutées d'autres problématiques créées par l'actuel gouvernement. Il s'agit du concours de résidanat pour les docteurs en médecine ou médecins généralistes, autrement dit le passage obligé pour l'accès à la spécialité. Une étape décisive dans leur parcours préprofessionnel. Les différents arguments des uns et des autres n'ont pu résoudre la problématique, ni désamorcer la tension entre les différents intervenants. D'ailleurs, ce sont presque les mêmes tiraillements observés qu'en 2015. Toujours est-il que les secteurs Education et Santé, imbriqués, ne semblent, ces dernières années, évoluer vers aucune issue.
La polémique du résidanat
La polémique actuellement soulevée, celle du résidanat, n'est pas des moindres. Le concours en lui-même est difficile et les postes attribués aux jeunes médecins sont peu nombreux. En 2018, selon des données chiffrées du ministère de la Santé auxquelles « L'Opinion » a eu accès, 910 postes ont été attribués aux résidents à travers tout le Maroc. Cette année, ce chiffre a reculé à 730 postes, alors même que deux nouvelles Facultés de médecine ont été ouvertes à Agadir et Tanger. En 2018, les 500 candidats, au niveau de Rabat, se sont affrontés, académiquement parlant, pour 155 postes. C'étaient 88 postes pour les spécialités médicales, dont 40 avec contrat et 48 sans contrat, 54 postes pour les spécialités chirurgicales, dont 23 avec contrat et 31 sans contrat, et 13 postes pour les spécialités biologiques, dont 7 avec contrat et 6 sans contrat. Donc, en gros, ce sont juste 101 postes budgétaires qui ont été proposés, avec engagement d'embauche, soit le 1/5 de l'ensemble des candidats. Au niveau de Casablanca, les postes attribués étaient au nombre de 202, en 2018. En 2017, les postes disponibles étaient 112, dont 40 avec contrat et 52 sans contrat.
En somme, les chiffres sont parlants et ils attestent d'un déficit patent de postes que justement les étudiants grévistes ne veulent surtout pas voir s'aggraver avec l'afflux massif d'étudiants du privé pour lesquels rien ne semble avoir été prévu, ni anticipé. D'où la résignation des étudiants grévistes à continuer leur mouvement qui s'apparente aujourd'hui à un réflexe de survie. «Nous craignons que nos chances pour le résidanat ne soient réduites par toute cette masse d'étudiants du privé qui vont diminuer nos possibilités de faire une spécialité», nous explique une étudiante gréviste de Rabat.
Une année blanche à 1 milliard
de dirhams
Les étudiants en médecine, médecine dentaire et pharmacie sont menacés d'année blanche. Il est plus que temps de faire des études sur le coût estimé d'une année blanche universitaire et des pertes subies par l'Etat, pour ce qui est du budget alloué à chaque étudiant. A défaut d'études récentes à ce sujet, l'étude du Conseil Supérieur de l'Enseignement, datant de 2009, peut donner une idée sur le coût, pour l'Etat, d'une année blanche, et ce, à travers le coût unitaire annuel de formation d'un étudiant. L'étude, intitulée « Financement et coût en éducation au Maroc », a été réalisée par M. Brahim Chedati, sous la supervision de l'Instance Nationale d'Evaluation du Système d'Education et de Formation, émanation du Conseil Supérieur de l'Enseignement, dans le cadre des travaux de préparation du premier rapport du Conseil sur l'état et les perspectives du système national d'éducation-formation pour l'année 2008.
Entre autres champs disciplinaires, cette étude nous apprend qu'en ce qui concerne la médecine, la pharmacie, et la médecine dentaire, le coût unitaire de formation des étudiants, en 2006, était de 45.395 Dhs. Autrement dit, c'est ce que coûte chaque étudiant de ces disciplines pour l'Etat. Si l'on ne se réfère qu'à ce chiffre, sans prise en compte de l'inflation et des surcoûts accumulés en l'espace de 13 années, le montant total de la perte occasionnée par une année blanche pour l'ensemble des 22.000 étudiants grévistes se monterait donc à 998.690.000 dirhams, soit un peu mois d'un milliard de dirhams de perte sèche pour les caisses de l'Etat.
Les autres raisons de la colère
La crise des étudiants grévistes intervient dans un contexte des plus troubles au sein des secteurs de la Santé et de l'Education au Maroc. Conditions de travail déplorables au sein des hôpitaux, manque de matériel dans les Facultés, rémunération dérisoire des gardes, nombre de postes de résidanat et d'internat très bas par rapport au nombre de lauréats, non aboutissement du système LMD (Licence-Master-Doctorat) indispensable pour un long cursus de ce genre, démissions de praticiens de l'Ordre des médecins, fuite des médecins en Allemagne et autres, ce sont là autant de dossiers à traiter dans l'immédiat. La problématique duale public-privé est, bien sûr, à mettre sur la table, mais pas au détriment des franges sociétales qui se battent pour relever leur niveau de vie et pour un avenir meilleur. Il est donc plus que temps pour que les décisions gouvernementales soient prises sous un angle égalitaire, juste et prévoyant sur le long terme, avec des études sérieuses à l'appui, et non pas fruit de tâtonnements, d'entêtement et de calculs politiciens.
Bouteina BENNANI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.