Sahara: soutien chilien au Maroc depuis Rabat    Météo: le temps qu'il fera ce mardi au Maroc    Enfant brûlé vif dans un incendie à Salé: les précisions des autorités    Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers    Sortie manquée du Raja à Ismaïlia    L'ASFAR confirme, la RCAZ se ressaisit    Participation politique des jeunes au Maroc    L'image du Maroc au-delà des frontières    Le bilan du coronavirus continue de grimper    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Hommage posthume à Abderrahmane Achour, ex-directeur de la radio nationale    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    Affaire Hamza mon bb : Saïda Charaf nie avoir été convoquée par la police    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Clôture en beauté du raid solidaire «Sahraouiya»    Coronavirus : le bilan s'élève à 1.770 morts en Chine et l'évolution reste «impossible à prévoir»    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Le WAC défait, la RSB accrochée et le MCO en profite    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline face au club égyptien d'Ismaily en demi-finale aller    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chirurgie laparoscopique fait ses premiers pas en Ethiopie
Publié dans MAP le 02 - 06 - 2010

Technique chirurgicale mini-invasive qui permet soigneusement d'examiner les organes internes, de prélever des échantillons de tissu, disséquer, reséquer, suturer, réduire la morbidité et la douleur postopératoire et d'éviter un grand nombre de séquelles à distance de l'intervention, la chirurgie laparoscopique a réussi à améliorer de façon spectaculaire la qualité de vie des patients.
Par Hicham El Alaoui
Développée depuis les années 90, cette chirurgie est arrivée à maturation et commence à s'introduire progressivement dans les pays africains, qui manifestent un intérêt grandissant à ce genre de technique par laquelle le chirurgien réalise une opération de l'abdomen par de petites incisions où sont placés des trocarts qui permettent le passage de fins instruments chirurgicaux.
L'Ethiopie n'en est pas du reste. Le pays, à l'instar des ceux du continent, espère mettre à contribution cette chirurgie qui confère un plus grand confort pour le chirurgien et le patient, une sécurité accrue et une plus grande précision dans le geste chirurgical.
Convaincu par les résultats probants de laparoscopie, le Centre de la chirurgie laparoscopique relevant de l'Université d'Addis-Abeba a initié mardi un atelier de formation dans cette discipline médicale.
"Il s'agit d'un atelier chirurgical, le premier du genre, pour former les chirurgiens déjà qualifiés venant d'Ethiopie et d'autres pays d'Afrique en vue de leur apprendre une nouvelle technologie chirurgicale, à savoir la chirurgie laparoscopique, qui consiste à opérer dans le ventre via de petites orifices et introduire une caméra pour effectuer l'opération sans dommage ni à l'intérieur ni à l'extérieur du corps du patient en diminuant les complications postopératoires", a expliqué à la MAP le professeur Mitiku Belachew, l'initiateur de cet atelier, sponsorisé par l'ambassade du Maroc en Ethiopie en reconnaissance des initiatives louables qu'il entreprend dans le Royaume.
Selon ce médecin, ce workshop est d'une utilité indéniable pour les chirurgiens éthiopiens qui seront accompagnés dans les centres hospitaliers pour mettre en application la technique laparoscopique sur des patients, ajoutant qu'un matériel "sophistiqué" a été offert par une firme allemande pour le besoin de cette chirurgie.
Réalisée sous anesthésie, la chirurgie laparoscopique, exige trois à quatre petites incisions cutanées de 5 à 10 mm maximum dans le nombril et en divers endroits du ventre. Le médecin introduit dans le nombril un endoscope (comme un petit télescope) qui lui permet d'observer la cavité abdominale en vision panoramique.

Cette technique permet également de rentrer ou de réaliser des espaces de dissections parfois inaccessibles à la chirurgie conventionnelle. Les plaies opératoires sont moins importantes et la récupération post-opératoire est donc plus rapide et les douleurs moins importantes.
Parmi les avantages qu'elle procure figurent aussi l'inexistence du risque d'éventrations (lâchage des sutures pariétales), la courte durée d'hospitalisation et la reprise rapide de l'activité professionnelle.
Une longue expérience chirurgicale au Maroc et participation régulière à la Caravane médicale de Tafilalet
Eprouvant une affection toute particulière pour le Maroc, M. Mitiku, dont l'épouse est marocaine, a une longue expérience chirurgicale dans les hôpitaux du Maroc, un pays qui lui voue beaucoup de respect et de considération.
"Au Maroc, j'ai une longue tradition chirurgicale. J'ai commencé dans la région de Tafilalet notamment dans la ville d'Errachidia où j'ai participé à plusieurs éditions de la caravane médicale de Tafilalet, qui mobilise un staff de médecins marocains et étrangers de différentes spécialités ", a-t-il dit.
Cette caravane tend, dans un élan des plus généreux, à faire profiter les populations défavorisées et les régions les plus reculées de la province d'Errachidia des prestations médicales. Elle effectue annuellement plusieurs consultations médicales, toutes disciplines confondues (ophtalmologie, grandes opérations chirurgicales et de nombreuses autres opérations de petite chirurgie).
M. Mitiku a également exercé la chirurgie pendant une période assez longue à l'hôpital Moulay Ali Cherif à Errachidia (au moins une fois par an) où il a opéré des patients venant de toute la région.
Volet chirurgie laparoscopique, il participe à la formation des médecins marocains dans cette discipline médicale au Centre de formation relevant de l'hôpital Moulay Ali Cherif à Errachidia. " On assure une formation une fois par an à des chirurgiens, infirmiers et anesthésistes qui viennent de toutes les villes du Royaume. Cette formation est dispensée par des experts de renommée internationale ", a fait savoir ce chirurgien diplômé de Belgique, ayant fréquenté de nombreuses universités notamment en Angleterre, en Ecosse, en France, en Suède, aux Etats Unis et en Australie.
Il est également l'initiateur du congrès annuel organisé à Casablanca par la société marocaine de la chirurgie digestive en collaboration avec le groupe de chirurgie endoscopique de Belgique.
Et d'expliquer que l'organisation de cet atelier de formation de quatre jours est une illustration du développement de la médecine dans ce pays et une contribution de la diaspora à la promotion des offres de soins en Afrique en général.
"Les Africains ne doivent pas avoir de complexe pour la chirurgie de pointe. Celle-ci est appelée à être accessible à tous les Africains ", a-t-il insisté, exhortant les ressortissants des pays africains à "contribuer au développement de la médecine dans leur pays d'origine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.