Données médicales: Comment la CNDP s'organise face à l'état d'urgence    Catastrophes et colère divine, un fantasme à la peau dure    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Chambre des représentants : l'ouverture de la 2ème session législative est prévue pour le 10 avril prochain    El Otmani : « Le gouvernement est déterminé à prendre toutes les mesures à même de protéger les citoyens contre la propagation du coronavirus»    Covid-19: Employeurs affiliés à la CNSS, ceci vous concerne    Le Policy Center for the New South analyse la pandémie de coronavirus sous diverses perspectives    Chez le Crédit Agricole du Maroc : Aucune perception d'échéances des crédits habitat et à la consommation pour 4 mois    Coronavirus : 534 cas confirmés au Maroc, ce lundi à 18H    Covid-19/Maroc: enquête après la diffusion d'une liste sur les réseaux sociaux    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Neymar respecte les règles du confinement    Report des JO : Le CNOM informera les fédérations et les sportifs de toutes les mises à jour    Chelsea intéressé par les services d'Achraf Hakimi    Proche d'un retour, Xavi veut révolutionner l'effectif du Barça    Les soldats de l'ombre du confinement    Les grossistes tablent sur une stabilité des effectifs employés au premier trimestre    Groupe Bank of Africa : les bénéfices en hausse de 5% en 2019    Activités physiques intenses et épidémie virale ne font pas bon ménage    La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie    Le Royaume-Uni pourrait ne pas retrouver une vie normale avant six mois    Opération de soutien provisoire : les demandes se font uniquement via le numéro vert "1212"    Maroc: les prix de certains légumes ont baissé    L'IMA lance une programmation culturelle en ligne    Les ventes de "La Peste" d'Albert Camus en hausse en raison du coronavirus    La Chine referme ses cinémas    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Souss-Massa affecte 20,2 millions de DH pour lutter contre le Covid-19    Coronavirus : le CCM diffuse des films en ligne    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Après avoir échangé des lettres de reproches : La CGEM et le GPBM en froid    Le coronavirus baisse la valeur des joueurs    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chirurgie laparoscopique fait ses premiers pas en Ethiopie
Publié dans MAP le 02 - 06 - 2010

Technique chirurgicale mini-invasive qui permet soigneusement d'examiner les organes internes, de prélever des échantillons de tissu, disséquer, reséquer, suturer, réduire la morbidité et la douleur postopératoire et d'éviter un grand nombre de séquelles à distance de l'intervention, la chirurgie laparoscopique a réussi à améliorer de façon spectaculaire la qualité de vie des patients.
Par Hicham El Alaoui
Développée depuis les années 90, cette chirurgie est arrivée à maturation et commence à s'introduire progressivement dans les pays africains, qui manifestent un intérêt grandissant à ce genre de technique par laquelle le chirurgien réalise une opération de l'abdomen par de petites incisions où sont placés des trocarts qui permettent le passage de fins instruments chirurgicaux.
L'Ethiopie n'en est pas du reste. Le pays, à l'instar des ceux du continent, espère mettre à contribution cette chirurgie qui confère un plus grand confort pour le chirurgien et le patient, une sécurité accrue et une plus grande précision dans le geste chirurgical.
Convaincu par les résultats probants de laparoscopie, le Centre de la chirurgie laparoscopique relevant de l'Université d'Addis-Abeba a initié mardi un atelier de formation dans cette discipline médicale.
"Il s'agit d'un atelier chirurgical, le premier du genre, pour former les chirurgiens déjà qualifiés venant d'Ethiopie et d'autres pays d'Afrique en vue de leur apprendre une nouvelle technologie chirurgicale, à savoir la chirurgie laparoscopique, qui consiste à opérer dans le ventre via de petites orifices et introduire une caméra pour effectuer l'opération sans dommage ni à l'intérieur ni à l'extérieur du corps du patient en diminuant les complications postopératoires", a expliqué à la MAP le professeur Mitiku Belachew, l'initiateur de cet atelier, sponsorisé par l'ambassade du Maroc en Ethiopie en reconnaissance des initiatives louables qu'il entreprend dans le Royaume.
Selon ce médecin, ce workshop est d'une utilité indéniable pour les chirurgiens éthiopiens qui seront accompagnés dans les centres hospitaliers pour mettre en application la technique laparoscopique sur des patients, ajoutant qu'un matériel "sophistiqué" a été offert par une firme allemande pour le besoin de cette chirurgie.
Réalisée sous anesthésie, la chirurgie laparoscopique, exige trois à quatre petites incisions cutanées de 5 à 10 mm maximum dans le nombril et en divers endroits du ventre. Le médecin introduit dans le nombril un endoscope (comme un petit télescope) qui lui permet d'observer la cavité abdominale en vision panoramique.

Cette technique permet également de rentrer ou de réaliser des espaces de dissections parfois inaccessibles à la chirurgie conventionnelle. Les plaies opératoires sont moins importantes et la récupération post-opératoire est donc plus rapide et les douleurs moins importantes.
Parmi les avantages qu'elle procure figurent aussi l'inexistence du risque d'éventrations (lâchage des sutures pariétales), la courte durée d'hospitalisation et la reprise rapide de l'activité professionnelle.
Une longue expérience chirurgicale au Maroc et participation régulière à la Caravane médicale de Tafilalet
Eprouvant une affection toute particulière pour le Maroc, M. Mitiku, dont l'épouse est marocaine, a une longue expérience chirurgicale dans les hôpitaux du Maroc, un pays qui lui voue beaucoup de respect et de considération.
"Au Maroc, j'ai une longue tradition chirurgicale. J'ai commencé dans la région de Tafilalet notamment dans la ville d'Errachidia où j'ai participé à plusieurs éditions de la caravane médicale de Tafilalet, qui mobilise un staff de médecins marocains et étrangers de différentes spécialités ", a-t-il dit.
Cette caravane tend, dans un élan des plus généreux, à faire profiter les populations défavorisées et les régions les plus reculées de la province d'Errachidia des prestations médicales. Elle effectue annuellement plusieurs consultations médicales, toutes disciplines confondues (ophtalmologie, grandes opérations chirurgicales et de nombreuses autres opérations de petite chirurgie).
M. Mitiku a également exercé la chirurgie pendant une période assez longue à l'hôpital Moulay Ali Cherif à Errachidia (au moins une fois par an) où il a opéré des patients venant de toute la région.
Volet chirurgie laparoscopique, il participe à la formation des médecins marocains dans cette discipline médicale au Centre de formation relevant de l'hôpital Moulay Ali Cherif à Errachidia. " On assure une formation une fois par an à des chirurgiens, infirmiers et anesthésistes qui viennent de toutes les villes du Royaume. Cette formation est dispensée par des experts de renommée internationale ", a fait savoir ce chirurgien diplômé de Belgique, ayant fréquenté de nombreuses universités notamment en Angleterre, en Ecosse, en France, en Suède, aux Etats Unis et en Australie.
Il est également l'initiateur du congrès annuel organisé à Casablanca par la société marocaine de la chirurgie digestive en collaboration avec le groupe de chirurgie endoscopique de Belgique.
Et d'expliquer que l'organisation de cet atelier de formation de quatre jours est une illustration du développement de la médecine dans ce pays et une contribution de la diaspora à la promotion des offres de soins en Afrique en général.
"Les Africains ne doivent pas avoir de complexe pour la chirurgie de pointe. Celle-ci est appelée à être accessible à tous les Africains ", a-t-il insisté, exhortant les ressortissants des pays africains à "contribuer au développement de la médecine dans leur pays d'origine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.