Fernando Da Cruz, nouvel entraineur de l'AS FAR (PHOTO)    USA : l'écrivain Salman Rushdie entre la vie et la mort après une attaque à l'arme blanche (VIDEO)    Une hausse dans les opérations en ligne via cartes bancaires    Météo: les prévisions du samedi 13 août    Le dirham se déprécie de 2,47% vis-à-vis du dollar en juillet    Retraite : L'horizon d'épuisement des réserves de la CNSS se situe à 2038    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Fouzi Lekjaa revient sur les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic    FIFA: le coup d'envoi du Mondial-2022 fixé au 20 novembre    HCP: près de 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes au Maroc    Arrestation de l'agresseur d'un policier à Casablanca    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C ces vendredi et samedi    E-commerce au Maroc: 12,8 millions d'opérations à fin juin    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Benzema, Courtois et De Bruyne nommés pour le titre de Joueur européen de l'année    E-commerce: 85% des consommateurs au Maroc préoccupés par la protection de leurs données personnelles    Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    Rabat-Salé-Kénitra: destruction par incinération d'une importante quantité de drogues    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Avec sa nouvelle loi sur l'immigration, le Portugal pourrait bénéficier de la main-d'œuvre marocaine    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Reportage / Mondial-2022: Un QG unique pour parer aux incidents dans les stades    Liga saison 2022-2023 : Début ce soir avec Osasuna - FC Séville (20h00)    Le Maroc compte 5,9 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans    Transport aérien : Ryanair annonce la fin des billets à 10 euros    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Diagnostic confirmé, Hamid El Hadri souffre bien d'une tumeur cérébrale (PHOTO)    Saad Lamjarred dévoile son tout dernier single « Alacheq Alhayem » (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Président du parti politique argentin Demos : le Maroc a montré le « cap » d'ouverture sur le Monde    Sécheresse chronique: la Californie veut stocker davantage d'eau    USA/Ohio: Un homme armé tué après avoir tenté d' »entrer par effraction » dans les bureaux du FBI à Cincinnati    Les Marocains deuxièmes bénéficiaires des premiers permis de séjour en Europe en 2021    Nouvelle vision pour les polices marocaine et espagnole    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    ONU/Ukraine: l'AIEA réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Le Polisario en quête d'une sortie honorable pour sa «guerre contre le Maroc»    La météo pour ce vendredi 12 août 2022    La revue de presse du vendredi 12 août    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    Mondial 2022: la Fifa entérine l'avancement d'une journée du match d'ouverture    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le quota à 12 pc a permis une meilleure représentation des femmes dans les conseils élus (Etude)
Publié dans MAP le 20 - 12 - 2010

Bien qu'il ait permis une meilleure représentation des femmes dans les conseils élus, le quota à 12 pc est jugé toujours insuffisant par un grand nombre de femmes (97 pc), qui recommandent son augmentation pour améliorer davantage leur représentativité politique, selon une étude présentée, lundi à Fès.
Les femmes, questionnées dans le cadre de cette étude, réalisée en juillet et octobre derniers dans les régions de Doukkala-Abda et Fès-Boulemane par le programme de gouvernance locale "Jamaat Al Ghad" (PGL-Maroc) avec l'appui de la Direction de la formation des cadres administratifs et techniques du ministère de l'Intérieur, proposent aussi l'élargissement de ce quota aux conseils des autres collectivités locales et l'adoption d'autres dispositions (sensibilisation à l'importance de la pratique politique, encouragement à l'adhésion aux partis politiques, encadrement des femmes élues pour la réussite de leur fonction communale, persévérance, malgré les multiples contraintes et exemplarité, pour en faire des représentantes de l'intérêt politique des femmes) pour renforcer la présence des femmes dans les centres politiques de décision.
Ce rapport présenté, à l'ouverture d'ateliers régionaux sur "le renforcement des capacités des femmes élues" rappelle, toutefois, que "la lente évolution dans le domaine de la politique locale, qui s'est constituée autour de la mise à distance des femmes, aurait perduré à quelques exceptions près et aurait continué à marquer une carence des politiques locales, en faveur de l'égalité de genre, sans les efforts déployés pour soutenir la participation des femmes en politique, par, entre autres, le quota à 12 pc".
D'après ce document, le mécanisme des quotas a, en effet, permis de passer de 127 femmes élues en 2003, à 3.622 femmes élues en 2009, date à partir de laquelle, des femmes ont fait leur entrée dans les communes, autant rurales qu'urbaines.
Près de 73,9 pc des femmes questionnées sont plutôt élues dans des communes rurales et 26,1 pc dans des communes urbaines.
L'étude précise, en outre, que ces femmes ont, toutefois, intégré le champ politique local avec des facteurs handicapants (absence d'antériorité politique, d'expérience, de soutien et d'accompagnement) et qu'elles se trouvent face à une gestion communale conditionnée par le poids des traditions politiques et socioculturelles et par l'exclusivité masculine, caractérisée par une véritable monopolisation de la gestion locale par les hommes.
C'est ainsi que le pourcentage des conseillères, membres de bureaux ne représente que 42,72 pc, et que seules 0,50 pc de femmes élues sont présidentes et 6,53 pc sont vice-présidentes.
En conséquence, si le quota a permis aux femmes d'accéder aux conseils communaux, il ne leur a pas permis d'avoir accès aux postes de responsabilité directes et à la prise de décision au sein de ces conseils, relève l'étude.
L'étude souligne, en outre, l'existence d'un champ politique, décisionnel et activiste, favorable à la participation des femmes, précisant, dans ce sens, que les autorités locales considèrent qu'il est impératif d'intégrer les femmes dans tous les niveaux de la gouvernance locale.
Pour le développement du leadership des femmes élues, l'étude recommande notamment le renforcement de leurs capacités en matière de gestion et de gouvernance locales, et une meilleure connaissance de leurs droits acquis, des instruments nationaux et internationaux en faveur de l'égalité et en matière de genre et gouvernance.
L'examen des résultats de ce diagnostic, objet du rapport, devra donc permettre la mise en Âœuvre d'actions spécifiques de soutien des femmes élues, la concrétisation d'actions d'intégration transversale de l'égalité de genre dans tous les axes de la gouvernance locale et l'investigation d'actions d'amélioration de la représentativité des femmes en politique, en perspective des échéances électorales.
Partant de cette étude, le PGL-Maroc a convenu de mettre en Âœuvre un plan d'actions spécifiques de soutien aux femmes élues en concertation et en coordination avec la DGCL d'ici 2014, qui se décline en 5 actions principales ayant trait à la formation et au coaching pour le développement du leadership des femmes élues et leaders en politique locale, à la formation sur la gestion des affaires des communes et la bonne gouvernance locale, à la mise à niveau sur les instruments nationaux et internationaux de promotion des droits des femmes et sur l'intégration de l'approche genre dans la gouvernance locale, à l'appui au réseautage de femmes élues leaders et création de canaux de communication, fondés sur les NTIC pour les femmes élues et engagées en politique et au Benchmarking et au soutien et à la valorisation des bonnes pratiques des femmes élues et des échanges inter régionaux, nationaux et internationaux.
Participent à cette rencontre, organisée dans le cadre du PGL-Maroc, les femmes élues dans les communes de la Région Fès-Boulemane. Elles devront examiner deux jours durant les résultats du diagnostic participatif présenté et débattre des dispositions de la nouvelle charte communale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.