Maroc/Covid-19: la répartition des 214 nouveaux cas par région    Covid-19: 238 nouvelles guérisons ces dernières 24 heures    Casablanca: arrêtés pour avoir tenté de corrompre un commissaire    Coronavirus : 214 nouveaux cas, 15.542 au total, samedi 11 juillet à 18h    Royal Air Maroc : Les passagers au départ du Maroc dispensés de tests, mais ...    Message du roi Mohammed VI au président de la Mongolie    Le coup de gueule des Marocains souhaitant regagner leurs pays de résidence (VIDEO)    ONEE. Il n'y aucune campagne de recrutement    Casablanca: Abdeladim Chennaoui inhumé au cimetière Chouhada (VIDEO)    Vols prévus à partir du 15 juillet: nouvelles précisions de la RAM (PHOTO)    La loi de finances rectificative expliquée par un fiscaliste    Recrutement : L'ONEE dément le lancement de toute campagne    Gel hydroalcoolique et soleil, quels risques ?    Les derniers indicateurs de BAM en 5 points clés    Météo: le temps prévu ce samedi 11 juillet au Maroc    7 destinations insolites à visiter cet été    Dialogue social: un 2ème round aura lieu    Le plan de relance au menu d'un sommet européen    Examen du PLFR en commission à la Chambre des représentants    La cochenille fait des ravages à Sidi Ifni    Erdogan provoque les chrétiens    Real Madrid: Marcelo indisponible trois semaines    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    La chimère des espaces verts : Casablanca à l'agonie    Huiles végétales, sucre et produits laitiers font grimper les prix mondiaux des produits alimentaires    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Votre quotidien Al Bayane en kiosque dès ce lundi 13 juillet    Association nationale des médias et éditeurs: Nouvelle vague d'adhérents    Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plusieurs acteurs politiques plaident à Casablanca pour la reconsidération de l'action politique
Publié dans MAP le 24 - 04 - 2010

Plusieurs acteurs politiques ont plaidé, vendredi soir à Casablanca, pour la reconsidération de l'action politique dans le pays et la reconquête de la confiance des citoyens pour renforcer son rôle dans la consécration du processus démocratique.
Réunis dans le cadre d'une conférence sur le thème "le Maroc politique en question", ils ont également insisté sur la recherche par les partis d'une plateforme commune qui soit le point de départ de l'élaboration d'une vision claire de la scène politique actuelle et qui peut participer à la formation d'alliances cohérentes.
Dans ce cadre Mme Aicha Qorch, membre du bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), a fait noter que les partis doivent se pencher avec sérieux sur un ensemble de projets pour améliorer la pratique politique dans le royaume notamment la révision du système électoral, l'encadrement des citoyens ou encore le renouvellement des méthodes de travail.
"Le changement attendu dans le domaine politique est tributaire du dépassement de l'héritage du passé et de l'accompagnement de la dynamique que connaît le Maroc sur les plans économique et social", a-t-elle dit.
De son côté M. Hassan Benaddi, président du conseil national du Parti Authenticité et Modernité (PAM), a fait savoir que la volonté de changement chez les acteurs politiques constitue le meilleur moyen pour dépasser les mutations politiques et enraciner l'action démocratique véritable ajoutant que cette volonté "doit reposer sur une compréhension juste de la réalité de l'action politique dans le pays".
Après avoir passé en revue l'action partisane au Maroc, il a fait souligner que la lecture des 50 dernières années laisse apparaître que le royaume a pu accomplir un développement notable dans nombre de domaines mais que l'action politique n'a pas pu suivre cette évolution.
Abordant la scène politique au lendemain des dernières élections, il a noté que ces consultations ont démontré l'existence de forces politiques qui ont un poids supérieur (8 partis encadrent 90 pc des électeurs).
Pour sa part M. Lahcen Daoudi, membre du secrétariat général du Le Parti de la justice et du développement (PJD) a indiqué que la scène politique actuelle "ne donne pas une image claire sur la réalité de l'action politique".
A ce propos, il a appelé à mettre fin avec certaines pratiques qui touchent le coeur des opérations électorales et la remise en cause de certains articles du code électoral insistant sur l'obligation pour les partis d'assumer leur responsabilité dans l'accréditation des candidats et le suivi du travail des élus.
Dans le même sens M. Mohand Laenser, Secrétaire général du Mouvement Populaire (MP), a fait remarquer que le changement de la scène politique nationale, la lutte contre la balkanisation et la constitution d'alliances homogènes en pôles "ne peuvent avoir lieu sans réformes politiques et juridiques encadrant le domaine de l'action partisane électorale".
Cette voie constitue, a-t-il dit, le moyen d'achever la transition démocratique en 2012 ajoutant que son parti a toujours défendu cette revendication depuis 2020.
M. Mohamed Tamaldou, membre du bureau politique de l'Union constitutionnelle (UC), a présenté un nombre de demandes qui concernent la pratique politique tels la relation entre la politique et les autres champs de la connaissance, le rôle des partis dans l'édification de la démocratie ou encore le l'évolution du processus démocratique.
A ce propos, il a plaidé pour que la politique soit reconsidérée comme un champ de connaissance principal d'où émanent les autres champs, pour le renforcement des partis "base de la construction démocratique" et pour la consécration de la culture de complémentarité entre les formations politiques et les compétences de la société civile.
M. Mohamed Aujar, membre du bureau politique du Rassemblement National pour les Indépendants (RNI) a estimé que l'année 2012 constitue un horizon pour dépasser "les dysfonctionnements" que connaît la scène politique soulignant que pour remédier à cette situation il faut s'armer "d'une forte volonté politique".
La situation actuelle implique la possession, par le pays, de tous les instruments démocratiques pour atteindre une "démocratie naturelle" aidant à faire émerger une majorité claire, a-t-il dit.
Dans le même sens M. Mohamed Saad Alami, membre de la commission exécutive du Parti de l'Istiqlal (PI), a mis en relief l'importance de l'édification d'une véritable démocratie dans son acception globale réunissant tous les démocrates autour d'un pacte politique et éthique menant vers la moralisation de la vie politique et la constitution d'alliances "qui ont un sens".
Pour lui la crise des partis politiques, réside essentiellement dans "l'absence de démocratie interne" ajoutant que le défi actuel est de répandre la culture démocratique au sein de la société notamment les formations politiques et syndicales.
M. Lahbib El Malki, membre du bureau politique de l'Union Socialiste Forces Politiques (USFP), estime de son côté que la situation actuelle impose la coopération de tous partis et société civile, pour l'élaboration d'un plan national de promotion de l'action politique soulignant l'importance d'enclencher un débat franc et ouvert entre les parties concernées pour trouver un nouvel horizon à l'action politique.
Selon M. Abdelmalek Kettani, président de l'Association "Alternatives", la pratique politique des partis est devenue rattachée aux "échéances électorales" insistant sur la nécessité de rechercher "les véritables raisons qui président derrière les dysfonctionnements que connaît la scène politique".
Et d'appeler, de son côté, à la mise en place d'une méthode pour améliorer la pratique politique et la détermination des objectifs attendus de cette pratique à travers trois éléments capitaux la philosophie politique des partis, la stratégie de l'action politique et la planification périodique.
Auparavant M. Mohamed Ouzine, coordonateur de la commission d'organisation de cette conférence initiée par le centre Lahcen Lyoussi pour les Etudes et Recherches Politiques, avait dans la présentation de la plateforme de discussion, évoqué plusieurs questions concernant la pratique politique comme instrument d'encadrement pour les élections et les coalitions, le rôle de la classe politique dans la réalisation des projets d'ascension politique, économique et sociale et le renforcement des acquis démocratiques.
Il s'est notamment demandé si les partis étaient capables de promouvoir une vision claire de la société de demain à partir des changements auxquels ils aspirent et de leur place dans l'échiquier politique et s'ils étaient à même de dépasser la confusion entre "les partis multiples" et le multipartisme".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.