Affaire Ghali: La justice espagnole "enterre" l'affaire après 1 an d'enquête    Météo Maroc: temps assez chaud à chaud ce vendredi 27 mai    L'acteur américain Ray Liotta, star des "Affranchis", décède à 67 ans    Hussein al-Cheikh, nouveau secrétaire général de l'OLP    [Vidéo] Jets d'oeufs et de tomates accueillent la visite de Tebboune en Italie, confronté à la diaspora du Hirak    Sénégal: Macky Sall limoge son ministre de la Santé après la mort de 11 bébés    Nayef Aguerd se rapproche de la Premier League    « Le Bleu du Caftan » de Maryam Touzani à Cannes    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Un impératif et non une option pour le CESE    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Inflation : la facture de compensation s'alourdit de 15 milliards de dirhams    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Variole du singe: plus de 200 cas confirmés dans le monde    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Maroc: Les arrivées de touristes grimpent à 1,5 million à fin avril 2022    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    Les changements climatiques augmentent les canicules    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mali : « le divorce est déjà consommé avec la France et la CEDEAO »
Publié dans Maroc Diplomatique le 20 - 01 - 2022

Docteur en Science Politique, ancien analyste du renseignement, Eric Denécé est directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R) qu'il a créé en 2000. Il est l'auteur de nombreux ouvrages, articles et rapports consacrés au renseignement, à l'intelligence économique, au terrorisme et aux opérations spéciales. Ses travaux lui ont valu d'être lauréat du Prix 1996 de la Fondation pour les Etudes de Défense (FED) et du Prix Akropolis 2009 (Institut des Hautes Etudes de Sécurité Intérieure). Son dernier opus paru est : La Nouvelle guerre secrète : unités militaires clandestines et opérations spéciales (en collaboration avec Alain-Pierre Laclotte, Mareuil éditions, 2021).
Pour Maroc Diplomatique, Eric Denécé a bien voulu livrer son analyse objective des bouleversements récents au Mali.
Entretien réalisé par Olivier DELAGARDE
MAROC DIPLOMATIQUE : Après les sanctions de la CEDEAO, les contraintes de l'UA, quelles seraient les conséquences d'une exclusion du G5 Sahel pour le Mali ?
Eric DENECE : Elles seraient mauvaises mais pas catastrophiques. Soyons lucides, en dépit des sommes d'argent dépensées et de l'envoi d'instructeurs auprès des armées du Sahel, leur niveau de compétence et d'efficacité ne s'est accru que de manière assez marginale – exception faite de quelques unités « de pointe ». Donc, si l'exclusion de Bamako du G5 priverait le pays de moyens d'action contre le terrorisme, dans la mesure où le divorce est déjà consommé avec la France et la CEDEAO, cela n'aggraverait que peu la situation, déjà déplorable. Finalement, ce sont les autres pays du G5 Sahel qui en porteraient plus les conséquences, puisque le Mali occupe une position centrale dans ce dispositif qui se verrait alors coupé en deux.
MD : A cet égard et devant cette éventualité, l'Union européenne et plus particulièrement la France, sont toutes deux « très silencieuses » pour l'instant. Que faut-il en déduire ?
E.M : Pour le moment, les acteurs majeurs ne veulent pas précipiter la situation vers une impasse, même si ce n'est pas l'envie qui leur manque, notamment concernant la France. Mais leur intérêt est que le Mali plus largement l'Afrique de l'Ouest soient stabilisés et sécurisés, débarrassés du terrorisme et capable de juguler l'immigration. C'est pour cela que la France et l'Union européenne font preuve d'une certaine patience... indubitablement contrainte face aux rodomontades de Bamako.
MD : Quel est l'avenir à entrevoir pour la force Barkhane dans la région ?
E.M : Il y a longtemps que nous aurions dû réduire notre dispositif. L'intervention déclenchée en 2013 – et très réussie grâce à l'action efficace de nos militaires – est parvenue à porter un coup d'arrêt très significatif aux groupes armés terroristes de l'espace sahélo-saharien.
Malheureusement, tant nos diplomates que les autorités locales se sont révélés incapables d'apporter une solution politique à cette crise. Tensions et différends internes au Mali demeurent et le sous-développement de la région est loin d'être en voie de résolution. Donc l'environnement qui permet aux terroristes de recruter ou d'obtenir la coopération de certaines populations n'a pas été modifiée.
→ Lire aussi : Le Mali peu malin, dénonce une « violation » de son espace aérien par un avion militaire français
Face à ce constat, il convient de reconnaître que notre présence militaire sur place n'a que trop duré. En particulier, l'absence de reconnaissance, voire l'hostilité d'une partie des populations locales, travaillées par la propagande nationaliste ou djihadiste, aurait dû nous inciter à partir il y a déjà plusieurs années. Si notre bonne volonté et nos efforts ne servent à rien, alors soyons cyniques. Laissons les acteurs locaux faire face à leur triste destin et gérer eux-mêmes leurs problèmes économiques et sécuritaires... nous verrons ce que cela donnera. La présence de l'armée française évite depuis 2013 aux Maliens de prendre en charge leur sécurité. Notre pays n'a pas vocation à les secourir, puis à se faire critiquer !
MD : Alors que la France est l'instigatrice de cet engagement militaire datant de 2014, rencontre-t-elle des oppositions de ses alliés quant à un retrait éventuel du Mali ?
E.M : Non, même si certains, à l'image de la Suède, commencent à quitter Takuba. La France a plutôt rencontré des difficultés à convaincre ses partenaires européens à s'engager militairement à ses côtés, car peu d'entre eux se sentent concernés par ce qui se passe au Sahel, en particulier nos « alliés » allemands. En effet, à l'exception des pays latins, les Etats d'Europe du Nord et de l'Est ne sont pas directement menacés par ce djihadisme nord-africain, qui n'a que peu de résonnance chez eux. En revanche, ils sont obnubilés par la soi-disant menace russe.
Le soutien le plus marqué à notre action vient finalement des Américains. Ils continuent à nous soutenir (renseignement, logistique) car notre intervention leur évite de s'engager dans la zone. Mais ils le font également pour faire oublier leur inacceptable comportement à l'égard d'un allié dans l'affaire des sous-marins australiens.
MD : Le déploiement de forces étrangères à la coalition barkhane en parallèle de celle-ci, telle que les milices paramilitaires Wagner, rebat inéluctablement les cartes ?
E.M : C'est encore difficile à évaluer. L'action de Wagner semble pour le moment se limiter à assurer la protection et le maintien au pouvoir du colonel Goïta et de son équipe. Et on ne sait pas encore très clairement ce que font les instructeurs russes. S'ils participent à la lutte contre le terrorisme, cela contribuera à la sécurité de l'Europe. Mais je ne doute pas qu'ils en profitent parallèlement- et légitimement – pour substituer leur influence à celle de la France et pour obtenir des avantages afin d'accéder aux ressources minérales du pays.
MD : En termes d'interventions, d'autres implications étrangères sont-elles possibles dans le jeu malien ? Plus largement en Afrique de l'Ouest ?
E.M : Oui et cela n'est pas nouveau. Le Maroc et l'Algérie ne peuvent se désintéresser de cette zone d'instabilité majeure située directement à leur frontière. D'autres Etats y voient la possibilité d'y déstabiliser la France et l'Europe (Turquie), voire d'y soutenir des groupes armés adhérant à l'islam radical qu'ils préconisent (Qatar). Enfin, les Chinois sont de plus en plus présents dans la zone, et de moins en moins discrets et passifs.
MD : Une diplomatie ainsi qu'une stratégie militaire « sérieuse » est-elle envisageable entre Paris et le nouveau régime malien, plus particulièrement avec Assimi Goïta ?
E.M : Pour le moment, j'en doute fortement. Il y a un vrai divorce entre les deux capitales. Paris s'intéresse au sort des populations de la région et recherche la stabilité. Goïta ne vise qu'à se maintenir au pouvoir et coupe les relations avec tous ceux qui le critiquent. Dans ces conditions, l'entente est difficile et l'avenir incertain. Tout cela au détriment des Maliens eux-mêmes.
MD : Et si non, quelle issue pour la France et ses troupes notamment ?
E.M : Les interdictions de survol décidées par l'Algérie et le Mali compliquent les actions militaires des forces françaises au Sahel. Cela provoque une rupture physique de leurs liaisons entre le Burkina, le Niger et la Mauritanie – même s'il faut le dire, Bamako n'est pas capable d'assurer la surveillance aérienne de son territoire. Cela signifie que le territoire malien risque de devenir une nouvelle zone sanctuaire pour les terroristes et les criminels, dans laquelle les forces françaises et européennes ne pourront les poursuivre. Et je doute que les forces armées maliennes (FAMA) puissent les combattre efficacement. Tout cela plaide pour un retrait rapide des forces françaises, qui ne peuvent plus mener leur traque dans des conditions satisfaisantes. Mais Paris n'a pas l'intention d'abandonner ses autres alliés locaux qu'elle continuera d'assister dans leur lutte contre la barbarie terroriste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.