Destinées aux non-Ramédistes opérant dans le secteur informel : Les déclarations démarrent dès vendredi à 8h du matin    Lire, voir, écouter…méditer    45.000 points de vente contrôlés entre les 1er mars et 8 avril : 1057 infractions constatées sur les prix et la qualité des produits alimentaires    Mettre de côté les différends et faire prévaloir les intérêts suprêmes de la Nation    L'ambassadeur Hilale nommé facilitateur du processus de renforcement    L'Inter Milan sérieux prétendant pour recruter Messi?    Fureur de vaincre!    Un démenti catégorique de son ambassade à Rabat : L'Espagne n'a pas réquisitionné des médicaments exportés vers le Maroc    La CGEM et l'IFC s'allient en faveur des startups marocaines    Coronavirus : 1.346 cas de contaminations, l'inquiétude grandit    Confinement : La Radio en vedette    Frais de scolarité : le bras de fer écoles privées/parents d'élèves    Pétrole: conférence décisive des pays producteurs    «Guelsso f Dar»: nouveau single de Bouchra    Le bilan s'alourdit, le monde à la recherche de réponses concertées    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    HCP: Décélération de la demande intérieure au premier trimestre 2020    Outre les dons de ses membres, la FMSAR contribue au Fonds Covid-19    Le groupe Avis Locafinance apporte son soutien aux professionnels de la santé    Mini-remaniement en plein état d'urgence sanitaire    Les universités diffusent des cours à la radio    Rentrée parlementaire: Les textes prioritaires    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Lancement à Al Hoceima du Festival de la créativité à distance    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    Lévinas, le visage, l'humanité    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On ne fume plus, on vapote...
Publié dans MarocHebdo le 06 - 09 - 2013

La niche est parfaite. En l'espace de trois mois, quatre grandes enseignes ont déjà pignon sur rue. D'abord E-Klop, une entreprise marocaine, qui s'est lancée dans le marché de la cigarette électronique au Maroc. En effet, en mai 2013, E-Klop a ouvert un magasin à Casablanca. Le 10 juillet 2013, une seconde enseigne voit le jour. C'est dire que la cigarette électronique, à la fois jetable ou rechargeable, a séduit jeunes et moins jeunes. Même les fumeurs les plus coriaces s'y sont essayés avec plus ou moins de succès. Aujourd'hui avec quatre magasins à Casablanca, il y a l'embarras du choix.
Clopinette Maroc, qui a ouvert sa boutique, Boulevard Massira Khadra, propose aussi toute une gamme de choix dont les prix sont très intéressants, comparés aux prix traditionnels d'un paquet de cigarettes normal. Une recharge e-liquide Clopinette coûte 79 DH et est l'équivalent de 10 paquets de cigarettes.
Le prix du kit chez ce distributeur varie entre 450 et 900 DH. Et l'engouement est là. Hommes et femmes s'arrachent la e-cigarette. Cela fait chic. Cela fait in. Cela fait propre. Comme le souligne Alain Dery, de Clopinette Maroc, «Il s'agit du premier substitut à apporter les mêmes sensations, sans les désagréments de la cigarette classique». Pas de mauvaises odeurs sur les habits ou le corps. Aucune mauvaise haleine. Avec un argument de taille: les spécialistes affirment que les cigarettes électroniques sont moins dangereuses que le tabac parce qu'elles ne contiennent pas de goudron, de nitrate, de monoxyde de carbone ou encore d'ammoniaque.
Fumer sans dangers
De quoi s'agit-il alors? C'est quoi une cigarette électronique? C'est simple. Il s'agit d'un dispositif d'inhalation de nicotine. En forme de stylo, relié à une batterie rechargeable, avec une résistance qui chauffe et transforme en vapeur l'e-liquide. Un composé de propylène glycol, très connu dans la pharmacologie et l'agroalimentaire, de la glycérine, de l'eau et éventuellement des arômes et de la nicotine.
Pour plus de sécurité, il faut veiller à ne pas prendre des liquides made in China, ils suscitent encore des doutes quant à la conformité de leurs composantes. Ce dispositif offre au client différents niveaux de nicotine. Cela varie entre 0 à 19,6 mg chez Cilouette, l'un des nouveaux distributeurs au Maroc. Et là, les aficionados ont le choix entre différents arômes: chocolat, réglisse, menthe glaciale, cerise, bonbon coca, caramel, café, tabac royal et d'autres parfums. Les kits se vendent comme des petits pains et on peut aujourd'hui voir dans des cafés, plusieurs Marocaines et Marocains arborant, non sans fierté, leur e-cigarette embaumant un parfum doux et non nuisible. D'ailleurs, cette pause cigarette s'apparente pour certains à un moment de plaisir. «Ce n'est plus une corvée que je suis obligée de m'infliger, assure cette cliente. Non, je vapote avec plaisir et je sais surtout que je n'incommode pas les gens autour de moi». Vapoter? C'est le mot in pour remplacer le hideux fumer.
Marché porteur
Les passionnés, qui ne sont plus des addicts, hument de la vapeur et ne fument plus. Sur un plan psychologique, les effets sont tout aussi importants, du fait que ceux qui ont recours à la e-cigarette ont le sentiment de ne pas se faire du mal. Ils répondent à une envie, mais en évitant les effets indésirables de la vraie cigarette.
Même si au Maroc, il n'existe pas encore de réglementation pour la cigarette électronique, on s'achemine vers des lois qui vont régir ce commerce très porteur. Aujourd'hui en l'espace de six mois de pénétration de marché, la e-cigarette, ce sont déjà quatre enseignes, plus de trente revendeurs rien qu'à Casablanca. Selon les propriétaires des magasins, d'autres marques vont débarquer tellement le marché marocain est ouvert et offre de belles opportunités de travail. Il faut aussi préciser que le marché de la cigarette électronique compte également une poignée de sites de vente en ligne. 


Vu l'accueil favorable des Marocains, il faut croire que la e-cigarette aura de beaux jours devant elle. Surtout si l'on prend en ligne de compte le fait que cette alternative au tabagisme permet aux fumeurs de faire des économies estimées, par Beluga, à 10.000 DH par an.
D'ailleurs, la durée de vie d'une cigarette électronique est de deux ans et demi. La recharge d'e-liquide peut durer 5 à 12 jours en fonction de la consommation quotidienne de cigarettes. De loin plus intéressant qu'une clope au bec qui pue et qui fait des ravages au niveau de la santé et de la bourse.
Les quatre enseignes de la e-cigarette au Maroc
Beluga est une entreprise créée en France il y a deux ans. C'est l'un des plus grands spécialistes dans la distribution et la commercialisation des cigarettes électroniques. Au Maroc, Beluga compte déjà une trentaine de revendeurs, en ligne et en vente directe sur sa boutique du Boulevard d'Anfa.
Clopinette est aussi une enseigne, déjà installée en France. Elle compte pas moins de 60 boutiques spécialisées. Clopinette va créer un site en ligne au Maroc.
Les amoureux de la e-cigarette peuvent alors commander leurs choix via livraison à travers tout le pays. Il faut savoir que Clopinette a une large gamme de cigarettes avec des e-liquides 100% français et quelques 80 arômes.
E-Klop, quant à elle, est une entreprise marocaine spécialisée dans les cigarettes électroniques présente sur Casablanca à travers 3 magasins et offrant un service de livraison avec une belle fourchette de choix et de variété. Ce distributeur propose plusieurs packs pour un prix moyen de 700 DH.
Le quatrième distributeur qui officie au Maroc est la franchise Cilouette. Par Abdelhak Najib
![if gt IE 6]
![endif]
Tweet