Football: La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Officiel : Wail Sadaoui rejoint le Raja    Belhanda sur les pas d'Amrabat?    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Alsa Al Baida suspend les lignes de bus Casa-Mohammedia    Biélorussie: Svetlana Tsikhanovskaia en passe de détrôner Loukachenko    Vaccin anti covid-19 : L'OMS tente de freiner les ardeurs de la Russie    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche plus virulente    Cash Plus dématérialisée l'ouverture d'un compte de paiement    La «pandémie routière» fait 12 morts au nord d'Agadir    Troubles de l'érection. La solution existe    Alerte du ministère de l'intérieur: Attention aux FAKE NEWS    Notre e-mag Challenge revient en début septembre    Cyber-sécurité : Une transaction en ligne sur 50 était frauduleuse dans le secteur financier    La Covid-19 impacte les comptes de Lydec    Finances locales : 3,7 milliards DH d'excédents générés par les collectivités territoriales à fin juin    Interconnexion électrique Maroc-Espagne : L'ONEE rassure sur une fuite d'huile    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Cours de change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    Message d'Antonio Guterres au roi Mohammed VI    Casablanca: violent incendie au quartier Beauséjour    Covid-19 au Maroc: l'Istiqlal déplore « l'improvisation du gouvernement »    Météo Maroc: le mercure va grimper jusqu'à 45 degrés ce mardi    L'application TikTok sera bannie aux Etats-Unis si...    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Luxe : une grande chaine américaine met la clef sous la porte    Hypertension artérielle : Faites de l'exercice !    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    C1, C3, C1 dames, L1... Top départ d'un mois d'août fou de foot    Le Raja met la pression sur le WAC    Le surf à l'ère du coronavirus    Koert Debeuf : L'importance du Maroc dans le conflit libyen réside dans sa neutralité    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    Amitabh Bachchan, légende de Bollywood, est sorti de l'hôpital    Ligue 1: le Marocain Azz-Eddine Ounahi quitte Strasbourg pour rejoindre ce club    Bourita: Il y a une convergence de points de vue entre le Maroc et l'Arabie Saoudite    Le Sénat italien lève l'immunité parlementaire de Matteo Salvini    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    SM le Roi appelle à la vigilance, à la solidarité et au respect des mesures sanitaires    Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nabila Freidji, présidente de la Commission "dynamique régionale" de la CGEM
Publié dans MarocHebdo le 10 - 04 - 2015

[quote font= »1″]Interview. Le 28 mars 2015, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu un forum d'investissement dans la ville de Laâyoune. La présidente de la Commission régionale de la confédération, Nabila Freidji, nous explique la stratégie du patronat dans les régions du Sahara.[/quote]
Maroc Hebdo: Quelles raisons ont poussé la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) à organiser, le 28 mars 2015 dans la ville de Laâyoune, le Forum de l'investissement dédié aux régions du Sud?
Nabila Freidji: A la CGEM, nous avons la conviction que le Maroc de demain est un Maroc des régions. Le développement national ne peut à notre sens faire l'impasse sur le développement de la région. Chaque région porte d'importants relais de croissance. D'ailleurs, depuis son élection en 2012, la présidente de la CGEM, Miriem Bensalah- Chaqroun, a cherché à inscrire son action au coeur du chantier de régionalisation avancée que connaît notre pays. En parlant des provinces du Sud, Mme Bensalah-Chaqroun s'y était dès sa campagne rendue et y avait fait la rencontre des principaux acteurs et décideurs locaux.
Quels intérêts présente la région?
Nabila Freidji: C'est une région à laquelle s'intéresse la CGEM depuis fort longtemps. Nous y disposons depuis 2013 d'une antenne locale basée à Laâyoune, en sus de représentations dans les régions de Guelmim-Es Smara, Laâyoune-Sakia El Hamra et Oued Ed Dahab-Lagouira. Certes la fibre patriotique anime l'ensemble des patrons marocains, mais il y a également des raisons purement économiques qui nous amènent à aller vers le Sud marocain. La CGEM avait en outre commandé en 2013 une monographie, laquelle avait fait ressortir que le Sahara pouvait offrir aux investisseurs d'éventuelles opportunités sur différents plans.
De quelles opportunités s'agit-il?
Nabila Freidji: D'après les conclusions de la monographie, quatre secteurs sont concernés: la pêche, avec le développement de toute la chaîne de valeur et de produits; l'énergie et les mines; le tourisme et l'agriculture; sans parler des secteurs transverses que sont la santé, l'éducation, l'infrastructure, etc. Dans son nouveau modèle de développement en 2013 des provinces du Sud, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) avait également fait ressortir les mêmes points.
Comment compte procéder la CGEM dans sa stratégie d'investissement?
Nabila Freidji: Nous misons sur le développement d'un véritable écosystème charriant un ensemble de pôles économiques forts. Je précise que lorsque l'on évoque la pêche, par exemple, ce sont toutes les activités gravitant autour qui sont également concernées. L'énergie verte pourrait être un secteur à valeur ajoutée pour les provinces du sud. Le Sahara pourrait devenir une importante plateforme en la matière. Le ministère de l'Intérieur a apporté son soutien au Forum d'investissement de Laâyoune.
Avez-vous reçu certains avantages de l'Etat pour aller vous installer là-bas?
Nabila Freidji: Il s'agit là d'un bel exemple de partenariat fructueux. Sur cette opération l'Etat a facilité l'accès au foncier, à la "viabilisation" d'une zone industrielle et a pris des mesures dans le sens de l'accélération des procédures en la matière. La CGEM a commencé par investir 6 milliards de dirhams (MMDH) dans un premier temps. Le modèle de développement du CESE table sur un investissement de 140 MMDH d'ici 2024, dont la moitié provenant du privé.
Pensez-vous qu'il s'agit de visées réalistes?
Nabila Freidji: Je trouve que cette première opération augure d'un avenir prometteur. Cependant, il ne faut pas oublier qu'il ne s'agit là que de la première vague d'investissements. Nous espérons aussi attirer de nouveaux investissements de toutes les autres régions du Maroc ainsi que de l'étranger. La région dispose d'atouts indéniables qui garantiraient la rentabilité à tout investisseur.
Pensez-vous que l'économie de rente, dont on sait qu'elle pèse sur le développement de la région, pourrait mettre un frein aux investissements?
Nabila Freidji: L'économie de rente constitue de façon générale un frein au développement. Nous l'avons vu suite à la crise bancaire et financière mondiale de 2008, seules des économies comme l'Allemagne s'appuyant sur l'industrie et de substantielles valeurs ajoutées ont su faire montre de résilience. Le développement ne peut se faire sur le lit de la rente. La CGEM milite pour un tissu économique et industriel créateur de richesses et de valeur ajoutée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.