OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Communiqué du Bureau politique du PPS    Edito : 16 ans et toujours rien !    La CGEM et les institutions internationales lancent une plate-forme collaborative    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    Qatar 2022. La Fifa renonce au schéma à 48    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    La journée internationale de la biodiversité célébrée mercredi à Rabat : Pour l'appropriation de la biodiversité par les citoyens    Le secret du Progrès!    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Hervé Renard dévoile bientôt la présélection des Lions    Crise de transparence    La CGEM promeut la médiation bancaire    Le kilogramme a changé de définition... L'ampère, le kelvin et la mole aussi    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Examen du Bac: Des dates problématiques!    Bilan gouvernemental, les parlementaires partagés    « Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Elections européennes: Les réformes passées au crible    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    Divers sportifs    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    Atlantique Assurances se lance dans le coton    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque international à Agadir sur la préservation de l'arganier
Publié dans MarocHebdo le 05 - 04 - 1998


MENACE DE DISPARITION
La faculté des sciences d'Agadir organise du 23 au 25 avril 1998 un colloque international sur l'arganier et les plantes des zones arides et semi-arides.
Parrainé par l'Unesco, le colloque se situe dans la lignée directe d'une stratégie de préservation et de régénération des ressources et des patrimoines végétaux. C'est le troisième du genre.
Il s'agit avant tout pour l'université d'amener les spécialistes étrangers et marocains à échanger leurs expériences, en confrontant des résultats de laboratoire.
Face à la dégradation de la forêt marocaine en général, l'arganier peut être qualifié sans exagération aucune d'espèce en voie de disparition.
La sécheresse, l'exploitation domestique et la désertification sont les principaux maux dont souffre l'arganier.
La régression continue, à grande échelle, de la forêt d'arganier dans la région du Sud en particulier constitue un véritable désastre, tant du point de vue écologique, que socio-économique. Une disparition accompagnée de l'érosion et de l'ensablement des sols.
Quand on connaît l'importance de l'huile d'argan en tant que produit cosmétique ou pharmaceutique, en plus des vertus nutritionnelles, on s'aperçoit qu'il s'agit là d'une véritable économie qui est menacée.
Même si à l'heure actuelle, la recherche scientifique sur les propriétés réelles de l'arganier demeure assez embryonnaire, il s'avère nécessaire de sensibiliser les populations locales sur la nécessité de préserver un arbre qui existe très peu ailleurs.
Ce sont donc les populations qui vivent de la production qui peuvent le mieux contribuer à assurer la pérennité de cet arbre. L'aspect économique doit être notamment bien expliqué. Les méthodes d'exploitation modernes existent, elles ont été vérifiées scientifiquement. C'est aux scientifiques réunis dans ce colloque de présenter les bons procédés d'extraction de l'huile qui donnent les meilleurs rendements. Ce qui permettra d'aider les agriculteurs à abandonner les méthodes traditionnelles.
Néanmoins, rien ne vaut, après tout, l'expérience du terrain des habitants des zones rurales de Haha, d'Agadir et des autres villages de la région. Grâce à des pratiques ancestrales, ils sont donc plus inspirés sur les qualités de l'arganier et les multiples usages de l'huile d'argan.