ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent à New York à l'initiative "Future we Want"    Compteur Coronavirus : 121 nouveaux cas positif, un seul décès en 24H    Premier League : Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    Météo Maroc: les températures en baisse ce lundi    Renault met le paquet sur l'électrique en France, quid du Maroc ? (VIDEO)    Baignade dans les fontaines à Fès: ce qu'a décidé le conseil communal    À Rabat, un mouvement de contestation contre les «défaillances» du CCME le 11 août    Ammouta de retour au Wydad?    Marocains, il est temps d'économiser l'eau !    Visas Schengen: les Marocains dépités    Motsepe se félicite de la belle réussite de la WAFCON    Date limite de consommation: les autorités sanitaires redoublent de vigilance    Oualidia : pourquoi c'est une destination incontournable pour les vacances    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara signe un décret accordant la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo    Mer de Chine : Pékin annonce des manoeuvres près des Corées    El Jadida : Coup d'envoi du Moussem Moulay Abdellah Amghar    Rabat : La 1ère édition du « Rab'Africa Summer Festival » continue jusqu'au 14 août    Halte aux actes de vandalisme!    Amallah vois double    Mondiaux juniors: Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    Réunion constitutive du Congrès scientifique universitaire sur les droits de l'Homme    Ukraine. Amnesty international épinglée en Ukraine    Maroc : Partis et ONG dénoncent l'agression israélienne à Gaza    Tunisie : Mise en échec de trois tentatives de migration clandestine    Covid-19 au Maroc : 121 nouvelles infections et 1 décès ce dimanche    Cyberattaque : le site web de la FSDM piraté par un hacker algérien    Festival Al Fida National de théâtre, un souffle de renouveau pour le théâtre    Hommage appuyé à cinq grandes figures du 7ème art marocain    Ligue 1 / Clermont vs PSG (0-5) : Achraf Hakimi buteur    Des plages de poésie à la Cité des Alizés...    Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation dans la bande de Gaza    Gaza: le bilan passe à 31 morts dont six enfants    Lasaad Dridi, nouvel entraîneur de l'Olympique Khouribga    Ain Leuh: Ouverture du 21è Festival national d'Ahidous    Vidéo. Eliminatoires CAN beach-soccer (Maroc-Côte d'Ivoire): La sélection ivoirienne se retire    Températures prévues pour le lundi 08 août 2022    Rabat: Le nouveau parking souterrain Bab Chellah ouvre ses portes au public    Regain de tension entre Israël et le Jihad islamique à Gaza : le Maroc préoccupé    Le chanteur français Daniel Lévi n'est plus    L'Humeur : Deux feux, deux mesures    Eté : Le bronzage, une obsession mauvaise pour la santé    Le Sénégal accuse la police canadienne d'avoir «sauvagement tabassé» une de ses diplomates    12C de l'OMC : Quels intérêts économiques pour le Maroc et l'Afrique ?    Céréales: cinq nouveaux cargos quitteront l'Ukraine dimanche    Magazine : Les Frères Jackfruit, Atlas attitude et Souss system    Gaza : Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation et appelle à éviter davantage d'escalade    Elon Musk accuse Twitter de "fraude"    La revue de presse du samedi 6 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Liberté de la presse : Le «harcèlement judiciaire des journalistes» au Maroc dénoncé par RSF
Publié dans Yabiladi le 21 - 04 - 2020

Dans le rapport annuel sur la liberté de la presse élaboré par Reporters sans frontières (RSF), le Maroc améliore son score et son classement mondial. L'ONG internationale pointe toutefois un «harcèlement judiciaire» des journalistes, qui se poursuit dans un contexte mitigé au Maghreb et dans la région MENA.
Bien qu'il améliore son rang mondial, passant de la 135e à la 133e place sur 180 pays, ainsi que son score global, en hausse de 1,10 point, le Maroc continue de figurer dans la zone rouge du classement de l'ONG internationale Reporters sans frontières (RSF), publié dimanche.
«Le Maroc (133e) a gagné deux places dans l'indice 2020, surtout grâce à la création d'un Conseil nationale de la presse, même s'il n'a pas encore contribué à rendre l'environnement des médias et des journalistes moins menaçant», explique l'ONG dans sa partie dédiée au royaume. Elle y souligne que le harcèlement judiciaire des journalistes «se poursuit», à travers les «procès d'un certain nombre de personnalités des médias qui traînent depuis plusieurs années» et «plusieurs nouvelles poursuites engagées et de lourdes peines prononcées».
RSF rappelle notamment celui de Taoufik Bouachrine, ex-directeur de publication du journal Akhbar Al Yaoum, condamné à 15 ans de prison et à une lourde amende ainsi que celui du journaliste et défenseur des droits humains Omar Radi, condamné à quatre mois de prison avec sursis pour un tweet critiquant une décision de justice.
Pour l'ONG, «l'élimination du ministère de la communication et la création d'un conseil de presse n'ont pas contribué à rendre l'environnement des médias et des journalistes plus pacifique» au Maroc.
La situation au Maghreb et dans la région MENA n'est pas meilleure
Ces observations font partie d'un constat régional global. La Tunisie «reste de loin le pays le mieux classé et a conservé sa 72e place en poursuivant sa transition démocratique et en jetant les bases d'un secteur des médias libre, indépendant et professionnel», rapporte-t-on. Toutefois, le rapport souligne le retard enregistré quant à «la rédaction d'une nouvelle législation sur les médias». Une législation qui «traîne depuis des années». De plus, «le climat pour les médias et les journalistes s'est aggravé notamment depuis l'élection d'un nouveau président en octobre 2019», ajoute RSF.
Si la Mauritanie lui emboîte le pas, se plaçant au 97e rang mondial, l'Algérie (146e), dont la chute de cinq places reste «la plus importante de la région», continue de harceler ses journalistes. «Les journalistes ont été mis à rude épreuve depuis le début de la vague de manifestations de rue "Hirak" en février 2019», rappelle RSF. Et de citer les cas de journalistes arrêtés et intimidés par les services de sécurité, devenus plus fréquents.
Quant à la Libye (164e), qui poursuivi sa descente en reculant de deux places, l'ONG tire à boulets rouges sur «les crimes de violence contre les journalistes perpétrés par des prédateurs de la liberté de la presse» et qui «sont restés impunis au cours des neuf dernières années».
La Tunisie, la Mauritanie ainsi que le Liban, classé à la 102e place, occupent le top 3 des Etats arabes où la presse est considérée comme libre en 2020. Il faut attendre les 128e et 129e places pour voir la Jordanie et le Qatar, qui complètent le haut du podium.
La carte de RSF pour la liberté de presse en Afrique et dans la région MENA en 2020. / DR
Dans le continent, RFS souligne que «21 pays africains apparaissent en rouge ou en noir» sur sa carte, regrettant le fait que «ceux qui produisent des nouvelles et des informations travaillent dans des conditions difficiles, voire critiques». Il faut d'ailleurs attendre la 23e place pour voir la Namibie, premier pays africain en termes de liberté de la presse selon RSF.
Les pays scandinaves occupent les premières places du classement, avec la Norvège, la Finlande, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas au top 5, tandis que les cinq derniers rangs sont occupés par Djibouti, la Chine, l'Erythrée, le Turkménistan et la Corée du Nord.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.