Tragédie de Mellilia : l'UE confirme le récit du Maroc et pointe le doigt vers l'Algérie    CAN féminine : Le Sénégal bat le Burkina Faso (1-0)    Phosphates et dérivés: les exportations marocaines ont doublé à fin mai    Bourita : une feuille de route de l'avenir des relations bilatérales    Le Parlement andin tient sa session ordinaire à Laâyoune    « Epargner aux pays africains d'être sévèrement touchés par la vague inflationniste »    Le Maroc pour de nouvelles options de financement à vocation structurelle    Hausse de 173% par rapport à 2021    France : L'épreuve de feu pour Borne II    Rabat: Nasser Bourita reçoit Staffan de Mistura    Le Wydad s'adjuge le trophée et conserve sa couronne    Dari au Stade Brestois, Laaziri à l'Olympique Lyonnais !    Liga : FC Barcelone prolonge le contrat du jeune marocain Chadi Riad    Fatima-Ezzahra Aboufaras et Omar Lakehal remportent la médaille d'argent en Taekwondo    Covid. 11 nouveaux décès au Maroc ces dernières 24h    Covid: le ministère appelle les Marocains à effectuer « d'urgence » leur dose de rappel    Phosphates et dérivés: Les exportations ont doublé à fin mai    La Bourse de Casablanca termine en nette baisse    Sahara. Nasser Bourita s'entretient avec Staffan de Mistura    Tunisie: Kais Saied défend son projet de Constitution controversé    Jeux marocains du sport en entreprise : De l'or pour la MDJS dans la catégorie gaming    L'euro au plus bas depuis 2002, l'économie de l'UE à la merci des vicissitudes internationales    Campagne agricole 2021-2022 : baisse de 69% des trois principales céréales    Maroc/Covid-19: 3.849 nouveaux cas et 11 décès en 24H    Azemmour : La préservation du Malhoune, une priorité...    Non, Dounia Boutazout ne mettra pas un terme à sa carrière    Marrakech. Le groupe espagnol Baiuca fait sensation au FNAP    MOGA Festival revient à Essaouira : Du 28 septembre au 2 octobre 2022    La 17ème édition du festival Timitar du 15 au 16 juillet à Agadir    Clap de fin pour le Trophée Hassan II Tbourida 2022    Harcèlement, viol, chantage... Quand la haute société française bascule dans le gore et demeure impunie    La journaliste Abu Akleh « vraisemblablement » tuée par un tir israélien « non-intentionnel » (Département d'Etat)    Remise en service des centrales de Tahaddart et Aîn Béni Mathar à partir du GNL importé    Températures prévues pour le mercredi 06 juillet 2022    Voici le nouvel entraîneur du PSG    Dounia Batma s'offre un relooking (PHOTO)    Medias jordaniens : la gouvernance de la migration au Maroc encadrée par une vision humanitaire et solidaire    Condamné à mort, le Marocain détenu en Ukraine saisit la Cour suprême des séparatistes    La France rapatrie 51 mineurs et femmes retenus dans des camps en Syrie    Une clôture aux rythmes gnaoua    Moussem d'Asilah : Une 43ème édition saison ouvre la saison estivale    Alerte Météo : Vague de chaleur du mercredi au samedi avec des températures allant jusqu'à 45°C    La Cedeao a un nouveau président    Météo au Maroc: les prévisions du mardi 5 juillet    Aïd al-Adha au Maroc: la demande estimée à environ 5,6 millions de têtes    Décès de Abdallah Charif El Ouazzani: les condoléances du roi Mohammed VI    Baccalauréat-2022 : Un taux de réussite de 97% chez les candidats non-voyants    France/Covid: la pression hospitalière augmente, le système de santé «à bout de souffle»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'approche de réinsertion de la DGAPR, un bouclier face aux dérives extrémistes (témoignages d'anciens détenus)
Publié dans Al3omk le 21 - 05 - 2022

L'approche de réinsertion adoptée par la Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) sert de bouclier pour une meilleure immunisation contre les risques et dérives extrémistes, ont affirmé vendredi deux anciens détenus condamnés pour des faits liés à l'extrémisme et au terrorisme.
Aux yeux de Abdellah El Youssoufi, un ancien détenu dans le cadre de la loi anti-terroriste, a souligné lors d'une rencontre de communication organisée vendredi par la DGAPR dans la prison locale de Salé, que le programme novateur « Moussalaha » a été un tournant majeur dans sa vie.
Il a précisé que les sessions de formation sur les aspects psychologique, intellectuel, juridique et des droits de l'Homme, dispensées dans le cadre du programme, lui ont permis d'être mieux sensibilisé et immunisé contre l'extrémisme, quelle qu'en soit la source ou l'influence. Grâce à l'approche éclairée véhiculée par « Moussalaha », El Youssoufi a procédé à la révision d'un ensemble d'idées erronées qu'il avait fait siennes au sujet de son pays et de ses institutions.
Ce programme, a-t-il ajouté, lui a permis de surmonter petit à petit une situation difficile. Depuis son incarcération, il s'est inscrit dans une sorte de réinsertion continue, en poursuivant ses études, en bénéficiant d'une formation professionnelle et en participant à toutes les activités organisées par la DGAPR.
De l'avis de cet ancien prisonnier, le temps passé en prison n'était pas une période de privation de liberté, mais plutôt une période de réconciliation avec soi-même, de remise en question et d'autocritique. Il a estimé que la présence d'une bibliothèque de l'établissement pénitentiaire l'a tant aidé à aller de l'avant dans les études et à obtenir son baccalauréat, ainsi qu'à mieux se connaître et découvrir le monde par la lecture.
Il a aussi fait savoir qu'il a accepté, sans hésitation et avec conviction, d'adhérer au programme « Moussalaha », soulignant que sa participation à ce programme l'a poussé à le poursuivre malgré la fin de sa peine d'emprisonnement.
Et de conclure que toutes les institutions au Maroc déploient d'énormes efforts pour la lutte contre les idées extrémistes et que l'approche déployée en la matière représente de nos jours un modèle à suivre, puisqu'elle s'appuie sur les dimensions humaine, religieuse, intellectuelle et des droits de l'Homme.
Pour sa part, Mohamed Damir, également ancien détenu dans une affaire liée au terrorisme, a affirmé dans un témoignage similaire que les programmes de réhabilitation de la DGAPR ouvrent la voie aux détenus, après leur libération, pour une meilleure insertion et une intégration positive au sein de la société.
Il a indiqué avoir mené un combat psychologique difficile en raison de son incarcération pour des faits de terrorisme et d'extrémisme, mais cette « épreuve » s'est transformée en une « chance », à la faveur de l'approche multidimensionnelle du programme « Moussalaha ».
Il a soutenu que la réconciliation avec soi-même et la réussite dans la vie en toute quiétude sont plus importantes que la libération elle-même du détenu, notant que la stabilité de l'état psychologique demeure la pierre angulaire pour surmonter les moments difficiles.
Cette rencontre de communication, à laquelle a pris part le Délégué général à l'Administration pénitentiaire et à la réinsertion, Mohamed Salah Tamek, a été marquée par la projection d'un film institutionnel retraçant les efforts de la DGAPR en matière de gestion du dossier des détenus condamnés dans des affaires d'extrémisme et de terrorisme.
Elle a été rehaussée par la présentation d'une pièce de théâtre interprétée par des détenus et traitant de « la pensée extrémiste » et s'inscrivant dans le cadre du programme « Mohakama ».
W.R


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.