Accord agricole Maroc-UE: Le Maroc n'accepte ni négociation ni recul lorsqu'il s'agit de sa souveraineté nationale    Grève en Tunisie: RAM a annulé les quatre vols Casablanca-Tunis de ce jeudi    BAD : La croissance économique de l'Afrique se situera à 4 % en 2019    Brexit: Theresa May entame une série de pourparlers avec l'opposition    Réforme de l'enseignement. Le bilan d'étape    Actions Maroc Telecom : Attijari Global Research conseille l'achat    Comment combattre les inégalités ?    Quand la Perruche se pose à Casablanca!    Tunisie : Une grève générale paralyse le pays    Tennis : Matchs truqués, une quarantaine de joueurs ciblés    4ème Rencontre internationale des artistes de Fès    Mise en œuvre d'une convention de financement de projets de sauvegarde du patrimoine archéologique    Oléiculture dans l'Oriental : Un accroissement important en termes de superficie    Diapo : Infantino chausse les crampons pour un match à Marrakech    En hommage à cette figure de proue du football national : Une avenue de Fès rebaptisée au nom de Feu Hamid El Hazzaz    Le Zamalek s'accroche au Marocain Hamid Ahaddad    Ligue des Champions de la CAF: Le Wydad de Casablanca à Pretoria    ONCF : Mise en place d'un plan "Spécial Vacances"    UNE MAJORITE BIEN FRAGILE    Fisc, douane et commerçants trouvent un consensus    Driouch : Une secousse tellurique de 3,7 degrés a été enregistrée    Hommage à Joachim Peter Schulz à Casablanca    Omar Sy? « Bof! »    Le groupe scolaire Jacques Chirac voit le jour à Rabat    La Fondation Initiative AAA voit le jour    Partis : Qui êtes-vous ?    Laurent Gbagbo acquitté par la C.P.I.    VIDEO - Lyon : Explosions et incendie sur un campus du Domaine scientifique    Lancement du programme Taqaddam : L'automobile grande bénéficiaire    Enseignement, un bilan et des milliards!    Le Canada prévoit d'accueillir plus d'un million d'immigrants d'ici 2021    Casablanca : Un inspecteur de police use de son arme pour arrêter trois malfrats    Haca : Un Centre de contrôle des médias audiovisuels inauguré à Bamako    Edito : La conduite du changement    Le Parlement européen adopte l'accord agricole avec le Maroc    Insolite : Invasion de phoques    Election du juge marocain Mustapha El Baaj à un mécanisme du Conseil de sécurité    CAN 2025 : La piste de la co-organisation mise en avant    Les internautes plus âgés partagent davantage d'infox    Signature d'une convention de partenariat entre l'AREF et le Groupe l'Etudiant marocain    Dakhla fin prête pour le challenge sportif et solidaire "Sahraouiya"    Divers sportifs    La Coalition contre la peine de mort tient son assemblée générale à Rabat    Inauguration d'un espace dédié à la mémoire de la résistance et de la libération    Les Palestiniens, en quête d'un statut d'Etat membre de l'ONU, prennent la tête du G77    French Montana s'attire les foudres des Américains    Le rappeur MHD en garde à vue pour une affaire de meurtre    Alicia Keys présentera la cérémonie des Grammy Awards    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nous ne sommes pas à la veille d'une impasse constitutionnelle
Publié dans Albayane le 23 - 12 - 2011

On voit fleurir ici et là, par les temps qui courent, des analyses à l'emporte-pièce, s'articulant sur des lectures superficielles de la loi organique de la Chambre des Représentants. Les articles 14 et 17 sont notamment mis à contribution pour leur faire dire ce qu'ils ne disent pas et, ce faisant, abonder dans le sens d'une espèce de catastrophisme constitutionnel. A les croire, au cas où le nouveau gouvernement ne verrait pas le jour avant le 25 de ce mois, le pays entrerait dans une configuration d'impasse constitutionnelle parce que les ministres élus députés (une dizaine) auraient l'obligation de démissionner du gouvernement !
Le sujet est trop sérieux pour se prêter à des constructions juridiques aussi légères. L'argument qu'ils invoquent en effet est que l'article 14 dresse une règle de principe affirmant l'incompatibilité entre l'appartenance concomittante à la Chambre des Représentants et au gouvernement. Or une analyse un peu moins hâtive de cet article 14 aurait conduit ces analystes à constater que l'article 17 (qui complète l'article 14) n'exige la démission dans un délai de 30 jours, du député en situation d'incompatibilité, que dans les cas limitativement et formellement prévus, des articles 13, alinéa 2, 14 alinéa 3, 15 et 16. Or aucun des articles de cette liste ne concerne les ministres élus députés.
La loi est encore plus précise dans l'alinéa 2 de l'article 14 qui dispose : «Au cas où un député est nommé membre du gouvernement, la Cour Constitutionnelle déclare, à la demande du Président de la Chambre des Représentants, dans un délai d'un mois, la vacance du siège».
En d'autre termes, la confusion dans certains esprits est due à la confusion entre deux situations très distinctes : le député désigné membre du gouvernement et le ministre élu député. Le premier cas – le seul traité par la loi organique - ne s'est pas encore présenté. On en reparlera lorsque le nouveau gouvernement sera formé et s'il compte des députés nouvellement élus. Quant au second cas, n'ayant jamais été envisagé par ladite loi organique, on en revient au droit commun et au bon sens, c'est-à dire à rappeler que ce qui n'est pas expressément interdit est licite.
Il n'y a donc pas lieu de gloser à l'infini dans un débat d'existentialisme constitutionnel surfait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.