Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Etat des réalisations et programmation estivale 2019    Entretien avec M.Hassan Sentissi El Idrissi    Japan's Banks Are About to Get Even Feebler    Procès de l'attentat d'Imlil    Fondation Mohammed V pour la Solidarité    5ème édition du Festival "Aji T'hdm"    Bilan de mi-mandat, les non-dits d'El Othmani    SM le Roi Mohammed VI autorise l'ouverture de 20 nouvelles mosquées    Le Ramadan au Maroc, délices et gourmandises    La loi 49-15 sur les délais de paiement toujours en panne    On le savait pas: Excellente idée    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    La DGSN réagit à l'agression de l'humoriste Amine Radi    Cristiano Ronaldo élu meilleur joueur en Italie    Washington dans le bourbier vénézuélien…    Vigilance et mobilisation!    Journée Internationale de l'infirmière    Aziz Lahlou: «Aziz Belal, économiste du socialisme»    Amina Rachid, La soldate des planches    Les bienfaits des activités physiques    Olk Werner à la tête des Lions pour 2 rendez-vous sans gloire    Le Maroc en CAN à travers l'histoire    Hamid Bennani, le cinéaste accompli…    «Wachma» ouvre le bal des «mercredis du cinéma marocain»    Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    La Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains lance son site web    Laâyoune se dote d'un laboratoire de santé publique    Partenariat stratégique entre l'Université Mohammed VI Polytechnique et MassChallenge    Boxe. La sélection marocaine féminine remporte 5 médailles d'or au Gabon    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Vidéo – Le WAC s'en sort avec un nul face à l'IRT (2-2)    Golfe: Les tensions montent d'un cran    Kantar intègre le Maroc    Plaidoyer pour la réduction des délais de paiement    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai    Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud    Le Raja jouera, jouera pas son match contre le MAT ?    Le WAC et le Raja sanctionnés financièrement    Quatre Marocains nommés membres des commissions du CIO pour 2019    Poussée attendue des populistes à J-6 avant le coup d'envoi des Européennes    News    Les recettes douanières franchissent la barre des 100 MMDH en 2018    Malek : Tout ce qui tend à accompagner les jeunes talents est primordial    A Cannes, un cri d'alarme sur le sort des banlieues    Le ministère annonce l'ouverture prochaine de dix salles de théâtre dans l'ensemble des régions du Royaume    Indice de perception de la corruption : Le Maroc a gagné 17 places en deux ans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une infection urinaire très féminine
Cystite
Publié dans Albayane le 19 - 08 - 2013


Cystite
De toutes les infections auxquelles plus particulièrement les femmes sont souvent confrontées, la cystite est la plus courante de toutes, et de ce fait, cette affection représente un motif de consultation médicale pour de nombreuses femmes.
Plus d'un milliard de femmes à travers le monde souffrent de ce genre d'affection caractérisée par des envies fréquentes et urgentes d'aller aux toilettes pour faire pipi, des douleurs dans le bas ventre, des sensations de brulures lors de la miction, des douleurs vaginales et parfois de la fièvre.
Surtout pas de panique car aussi désagréable soit-elle, la cystite est considérée comme une infection qui se soigne facilement pour peu que la femme s'adresse rapidement a son médecin traitant pour éviter les complications.
Ampleur du problème
Nombreuses sont les femmes et les jeunes filles qui souffrent de cystite, ne fut- ce qu'une seule fois dans leur vie ou alors pour certaines de manière répétitive. Selon plusieurs études qui se sont penchées sur cette infection qui touche plus d'un milliard de femmes par année et représente pour celles-ci le principal motif de consultation médicale, c'est dire que la cystite est fréquente.
Par ailleurs , il faut savoir que les cystites récidivantes qui sont définies par la survenue de deux cystites durant les six derniers mois ou trois épisodes de cystite par an concernent 20 à 30% de femmes qui vont avoir des cystites récidivantes au cour leur vie.
Qu'est ce que la cystite ?
La cystite est un motif relativement fréquent des consultations chez le médecin. C'est une infection urinaire très commune chez les femmes, la cystite correspond à une inflammation aigue ou chronique de la vessie, elle déclenchée par des bactéries qui parviennent a remonter dans l'urètre jusqu'à la vessie.
La cystite se manifeste par des envies fréquentes d'aller uriner accompagnées de sensations de brulures au moment de la miction (action d'uriner).
Plus fréquente chez les femmes
En temps normal l'urines est de couleur claire, mais dans le cas de la cystite, l'urine devient trouble et peu même être tachée de sang.
Fortement désagréable, elle gâche la vie de très nombreuses femmes qui y sont beaucoup plus sujettes à cette affection que les hommes pour de simples raisons anatomiques.
La cystite est une affection courante chez la femme, dont l'urètre est plus court que celui de l'homme. Le colibacille, germe présent dans l'intestin et généralement à l'origine de l'affection, remonte ainsi plus facilement vers la vessie pour infecter les urines. Une bonne hygiène et beaucoup d'eau permettent en général d'éviter cette douloureuse affection.
Quels sont les symptômes de la cystite ?
Le diagnostic de cystite est évoqué classiquement devant des troubles urinaires, une pollakiurie (envies fréquente d'uriner), la présence de mictions impérieuses, des douleurs en urinant à type de brûlure ou de piqûres, voire des douleurs du bas-ventre.
Il n'y a pas de fièvre ni de douleurs lombaires dans le cas d'une cystite simple.
Il faut éliminer d'autres diagnostics comme l'affection d'un organe voisin de la vessie : une salpingite ou autre maladie de l'appareil génital, sigmoïdite, appendicite...
Les urines sont troubles, malodorantes parfois hémorragiques (hématurie). Les urines peuvent aussi être troubles si des phosphates ou des urates sont présents en grande quantité.
Si dans la plupart des cystites, les urines sont troubles et contiennent une grande quantité de microbes, certaines sont des cystites à urines claires. Difficiles à traiter, elles peuvent présenter les mêmes symptômes que l'infection urinaire classique mais avoir une autre origine. Mycose ou trouble psychologique, les antiseptiques urinaires et antibiotiques classiques n'y feront rien. Dans tous les cas, n'ignorez jamais une cystite à, de toute façon la douleur que vous ressentirez devrait vous en empêcher à, n'attendez pas à, consulter votre médecin qui vous prescrira le traitement adéquat et surtout pas d'automédication, une erreur que beaucoup de personnes commettent.
Il faut avoir présent à l'esprit que si cette affection est bénigne, elle peut prendre une tournure plus grave en peu de temps. Non traitée, la cystite peut remonter jusqu'au rein et provoquer une pyélonéphrite et même une septicémie.
La pyélonéphrite
Des germes présents dans la vessie peuvent infecter les reins en remontant les uretères, c'est la pyélonéphrite. Dans un premier temps, les symptômes sont identiques à ceux de la cystite. Fièvre (plus de 38 °C), frissons et douleurs lombaires viennent ensuite compléter le tableau. Cette maladie est plus longue à traiter que la cystite (entre dix à quinze jours de prises d'antibiotiques qui vous seront prescrits par votre médecin traitant). Si elle devient chronique, la pyélonéphrite peut avoir des conséquences potentiellement graves. En effet, la capacité de fonctionnement des reins peut se trouver diminuée.
La septicémie
On parle de septicémie lorsque les germes se disséminent dans tout l'organisme par le biais du sang, et que l'infection se généralise. Frissons et fièvre élevée caractérisent cette maladie qui peut être fatale aux patients les plus fragiles (personnes âgées ou malades chroniques, par exemple). Le traitement consiste à administrer par voie intraveineuse une association d'antibiotiques pendant au moins dix jours. Une hospitalisation est donc nécessaire. Cette complication de la cystite est néanmoins plus rare que la pyélonéphrite.
Mieux vaut prévenir .....
Pour éviter au maximum les cystites, il faut suivre quelques conseils simples.
Boire suffisamment pour que les urines soient moins concentrées et que les germes se développent moins bien. Ce nettoyage réalisé par les mictions représente d'ailleurs un principe de base du traitement de la cystite. Boire abondamment permet d'évacuer les germes. A contrario boire peu favorise les infections. Aussi le risque de cystite est plus élevé en été surtout lorsqu'on voyage dans des régions connues pour leur température élevée, car on a tendance à transiger plus et a uriner moins
Avoir une hygiène intime correcte, quotidienne mais pas trop, attention aux savons au pH non approprié, bien rincer, bien sécher.
Lutter contre la constipation, car l'inflammation du colon entraîne la pullulation des germes intestinaux et peut être source de cystite. Après les toilettes pour limiter les sources d'infection, il est important de s'essuyer d'avant en arrière, cela parait sans doute évident, pourtant nombreuses sont les femmes qui font le contraire en s'essuyant d'arrière en avant, ce qui favorise bien sur grandement les possibilités d'infection.
Mettre des sous vêtements en coton et éviter le tissu synthétique favorisant la macération.
Rapports sexuels et cystite, quel lien ?
Lors d'un rapport sexuel, l'orifice de l'urètre féminin peut être plus facilement en contact avec des bactéries. Ces dernières sont ensuite susceptibles de monter jusqu'à la vessie, ce qui peut déclencher une cystite. Pour éliminer les bactéries qui pourraient être présentes dans l'urètre, il est conseillé d'uriner après chaque rapport.
Qu'en est –il de la Toilette intime ?
Est-il nécessaire d'insister sur l'importance de l'hygiène et de la propreté ? a l'évidence c'est une question a ne pas poser, mais que de problèmes, que de maladies sont directement liés a un manque d'hygiène surtout quand il s'agit d'une zone aussi sensible que le vagin.
Le vagin est composé de la flore vaginale : de nombreux germes qui vivent en harmonie.
L'équilibre de la flore vaginale est très fragile, et doit être conservé, car il constitue une barrière protectrice des germes venus de l'extérieur et pouvant provoquer des affections plus ou moins graves. Pour ces raisons, il est important de respecter certaines règles pour sa toilette intime.
Les bons gestes pour la toilette intime
Utilisez la main, plutôt qu'un gant de toilette qui peut garder et propager des germes.
Insistez sur les plis entre les lèvres en les écartant et en soulevant le clitoris, mais n'allez pas trop «profond» dans le vagin, cela risquerait de modifier l'acidité vaginale.
Préférez la douche aux bains qui peuvent dessécher la peau.
Lavez-vous toujours « d'avant en arrière (le vagin puis la zone de l'anus) de façon à ne pas ramener les germes vers le vagin.
Rincez-vous soigneusement.
Séchez avec une serviette propre, afin d'éliminer toute trace d'humidité.
Tous ces conseils sont destinés a vous servir dans un but purement préventif, éducatif, il ne faut pas prendre à la légère une cystite, car non prise en charge par le médecin cette affection sans gravité peu évoluer vers des complications sévères , vers la chronicité ce qui demandera une autre approche thérapeutique.
C'est pourquoi une fois de plus nous vous conseillons d'éviter l'automédication, de vous référerez a votre médecin traitant qui est le seul habilité à vous prescrire le traitement adéquat.
D'ici là buvez de l'eau et urinez quand vous en ressentez l'envie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.