Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Casablanca se barricade peu à peu !    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ras-le-bol des citoyens
Casablanca envahie par les ordures
Publié dans Albayane le 25 - 08 - 2013


Casablanca envahie par les ordures
Aussi loin que remontent mes souvenirs, jamais au grand jamais, la ville de Casablanca n'a été aussi sale, aussi laide et aussi répugnante. Là où vous allez, que ce soit un quartier chic ou un quartier populaire, c'est le même spectacle qui s'offre aux yeux et les mêmes odeurs nauséabondes qui agressent les narines.
Les ordures ménagères et autres détritus s'accumulent partout, ce n'est pas une vue de l'esprit, loin s'en faut, c'est la réalité, et tout un chacun peut aujourd'hui faire ce constat et il suffit de faire un peu de marche au niveau des différentes rues, ruelles et boulevards pour se faire une idée et de l'ampleur du problème et voir de visu ce que les responsables chargés de la propreté, de l'hygiène de la ville de Casablanca ne voient pas ainsi que le conseil de la capitale économique et les élus qui semblent absents.
Pendant ce temps, Casablanca croule sous les ordures et les Casablancais subissent chaque jour un véritable dilemme.
Casablanca qui signifie la ville blanche, n'est plus que l'ombre d'elle- même et ce n'est pas le Tram, ou le badigeonnage des façades des immeubles qui changera grande chose à la réalité. Les détritus, la saleté, les odeurs nauséabondes envahissent pratiquement toutes les rues et ruelles du centre ville de Casablanca. Là où vous allez, c'est le même constat, le même spectacle désolant qui s'offre a vos yeux, les mêmes odeurs fétides qui agressent vos narines. Aucun quartier, aucune commune n'est épargnée par ce phénomène qui offre une piètre image de la ville Blanche sans oublier que les déchets éparpillés çà et là représentent un réel danger pour la santé de nos concitoyens. Sous le soleil tapant très fort et la canicule de ce mois d'Aout marqué par de fortes chaleurs, leur putréfaction est accélérée, ce qui génère des odeurs nauséabondes, absolument insupportables.
Les exemples sont nombreux, avec des points noirs, dans les parages des abattoirs avicoles à Hay Mohammadi, les odeurs nauséabondes agressent l'odorat des habitants sur un rayon de plus d'un kilomètre. Les cadavres des poulets morts ainsi que les déchets produits quotidiennement par ces animaux à plumes sont jetés un peu partout dans les environs des abattoirs. Au niveau du boulevard Ibn Tachfine et plus précisément du coté du marché de Hay Souarette à Ain Borja, les marchands de poissons se sont installés sur les trottoirs au mépris des règles d'hygiène et les déchets de poissons dégagent des odeurs répugnantes surtout par les grandes chaleurs, provoquant un grand dérangement pour les habitants limitrophes et les passagers de cette zone de la capitale économique
Sous le soleil tapant et la canicule de ce mois d'Aout marqué par de fortes chaleurs, leur putréfaction est accélérée, ce qui génère parfois des odeurs nauséabondes, absolument insupportables.
Irresponsabilité et manque de civisme
Le problème que posent aujourd'hui les déchets, les détritus qui s'entassent au niveau des rues, des boulevards, des coins et recoins des différents quartiers de Casablanca, n'est pas nouveau, c'est une véritable gangrène, un cancer tentaculaire qui n'épargne aucun quartier.
Des articles de presse ont été consacrés à ce phénomène, des reportages TV ont mis a nu les défaillances et l'irresponsabilité flagrante des décideurs, des communes, du conseil de la ville et des autorités. A l'évidence, il y a un manque d'intérêt manifeste de la part des principaux responsables, des décideurs, on note un « je m'en foutisme » flagrant et une démission constante face au problème de la gestion des déchets.
Las de devoir toujours interpeller les responsables et de constater qu'en retour rien de sérieux n'est entrepris pour remédier à ce problème des déchets qui s'entassent au niveau des quartiers à Casablanca , tout le monde finit par baisser les bras .La passivité et la permissivité des pouvoirs publics ont fini par faire perdre chez les Casablancais la notion d'intérêt public.
Dans le chapitre des irresponsabilités , il y a lieu de rappeler que les travailleurs des entreprises privées chargées de la collecte des ordures ( les éboueurs ) et les agents chargés du balayage des rues et boulevards ne s'acquittent plus correctement de cette tâche, et par endroits ils n'assurent même pas un service minimum .
Par ailleurs, nous notons un manque de civisme des citoyens. Ces derniers jettent leurs déchets d'une façon anarchique sans se soucier des conséquences qui peuvent porter atteinte à leur santé. Nombreux sont les habitants qui n'utilisent pas les poubelles publiques et ne se gênent pas pour jeter des sachets de plastiques pleins de détritus, des bouteilles en plastique ou des épluchures par les fenêtres sans aucune gène.
Le spectacle à peine croyable de ce laisser aller ou le paysage urbain Casablancais croule sous les ordures ménagères, des ordures qui s'entassent sur les trottoirs et, dans certaines rues des différents quartiers de la capitale économique .C'est tout simplement révoltant et désolant.
La palme d'or de ce paysage apocalyptique revient au quartier Verdun, Smat, hay Mohammadi, Ain Borja , le rond point Bondong , la rue Mohamed Diouri , Derb Omar
Par endroit la chaussée est complètement obstruée, obligeant les passants à faire des détours pour ne pas être obligés de patauger dans les immondices. Les bacs à ordures, là où il en existe, sont remplis à ras bord. Tel est le cas au niveau de la rue la croix où on se croirait dans une décharge publique. Tel est le triste décor qu'offre, ces derniers jours, la capitale à ses habitants et à ses visiteurs.
La gestion des déchets ménagers solides est un problème qui se pose avec acuité, par endroit.
La situation devient intenable et il devient urgent d'intervenir, de prendre toutes les mesures qu'il faut pour mettre fin à cette grande pollution de notre environnement immédiat qui faut-il le rappeler a un impact très négatif sur notre santé, celle de nos enfants et de toute la population.
Nous sommes tous concernés
Il n'est pas aisé de vouloir ou de prétendre faire face du jour au lendemain à l'épineux problème que pose aujourd'hui celui des déchets, surtout pour une ville comme Casablanca qui compte près de 5 millions d'habitants.
Nous avons à faire à plusieurs aspects qui interagissent, il y a la poussée démographique, l'urbanisation anarchique, l'exode rurale, la ruralisation de l'espace urbain, l'analphabétisme, la profusion des vendeurs ambulants, l'incivisme...
Comme on le constate, c'est énorme et pas facile à tout cerner. Le problème que posent aujourd'hui les déchets qui sont jetés çà et là concerne chacun de nous dans sa vie de tous les jours et face à l'ampleur de la tâche, la communication, l'éducation et la sensibilisation revêtent une importance capitale pour gérer au mieux nos déchets.
Ce rôle est dévolu aux parents, à la famille, à l'école, aux enseignants, aux institutions. C'est aussi celui des médias qui jouent un rôle très important, celui des élus, des partis politiques et des associations.
On peut même dire que toute politique surtout sur le plan environnemental est vouée à l'échec sans une contribution de la population. Chaque citoyen, du plus jeune au plus âgé doit se sentir concerné par les problèmes liés aux déchets.
Nous sommes tous concernés, nous sommes tous responsables et en tant que tels, nous devons changer de comportement afin d'acquérir un savoir-vivre en ne jetant pas n'importe quoi n'importe où.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.