Migration : L'Union européenne souligne «l'engagement fort» du Maroc    Le Maroc et l'Arabie Saoudite concluent un accord de transport aérien    Inflation: une nouvelle rallonge budgétaire de 12 MMDH (Conseil de gouvernement)    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    France-Maroc-Algérie-Kabylie: C'est celui qui dit qui l'est !    Football : la candidature Maroc-Espagne-Portugal au Mondial 2030 otage de la mémoire courte européenne ?    Fustal : La liste des joueurs convoqués pour les matchs amicaux Maroc-Brésil    Benmoussa: Les statuts fondamentaux régissant les enseignants-cadres des académies régionales seront annulés    Covid-19/Maroc : 135 cas actifs à l'échelle nationale (0.01%)    Manque du lait sur le marché national: nouvelle annonce du gouvernement    Marrakech : Ouverture de la 4ème édition de la Conférence Internationale sur la Mobilité Durable et la conférence annuelle de l'IRF    Casablanca : Halte aux charrettes à traction animale !    Sahara : la réponse cinglante de Samir Addahre au représentant de l'Algérie à l'UNESCO    Standard&Poor's plus optimiste que la Banque Centrale    Mohamed Mehdi Bensaid à l'AG de la FAAPA: «Une nouvelle Afrique se dessine»    La chaine CNews mise à nu après l'annulation d'une émission consacrée au leader du MAK, Ferhat Mehenni    [Vidéo] Alger: tentative de suicide d'un policier    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret déterminant l'organisation du ministère de la justice    À Alger, un policier harcelé par sa hiérarchie tente de se suicider    La Charte de l'investissement adoptée en commission à la Chambre des représentants    Sahara : l'Algérie invitée à assumer ses positions    Botola: découvrez le programme de la 5ème journée    Championnat arabe de cyclisme sur piste (1ère journée) : Le Maroc remporte trois médailles, dont deux en or    Le chanteur « Sy Mehdi » répond à ses détracteurs (VIDEO)    Ligue des champions: PSG, Manchester, Real...tous les résultats de la 3e journée (VIDEO)    Mondial de football pour amputés: le Maroc écrase l'Argentine et file en quarts (VIDEO)    Le capitaine Ibrahim Traoré officiellement nouveau président du Burkina Faso    Symposium de l'eau à Casablanca: Focus sur l'efficacité et la sécurité hydriques au Maroc (VIDEO)    Annie Ernaux remporte le prix Nobel de littérature 2022    Quand la numismatique nous raconte l'Histoire !    Décès de 66 d'enfants en Gambie: l'OMS ouvre une enquête concernant 4 sirops contre la toux    Fès : Enquête judiciaire contre un policier accusé d'attentat à la pudeur sur une mineure    Mondial féminin U17 : Le Maroc s'incline face à son homologue chilienne en match amical    L'OPEP+ réduit considérablement la production de pétrole    Sécurité : Une délégation de l'OTAN s'est rendue au Maroc    Mondial Amputées : Maroc – Turquie en 1/4. Pour suivre le match    Exposition « Regard à travers l'art» : Une invitation à l'observation et à la révélation    Une 3ème édition à l'espace Toro et pour tous les goûts    250 cavaliers au 16ème Festival de tbourida à Inezgane    Cacao. La Côte d'Ivoire maintient son leadership    Ghana. Une nouvelle stratégie pour le tourisme    Rabat, Casablanca, Marrakech, Tanger...des températures assez douces ce jeudi    Forum mondial de l'Alliance des civilisations à Fès. Moratinos exprime ses remerciements au Roi Mohammed VI    Khaled Nezzar. Le grand comploteur contre le Maroc serait agonisant    Santé : 1,7 MMDH pour la mise à niveau et l'équipement de CHU    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce jeudi 6 octobre 2022    Mathafi : lancement du programme d'initiation à l'art    Le Maroc et la France appelés à préserver leur relation et à la projeter face aux nouveaux défis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ali Yata, le leader et le symbole
Commémoration du soixante-dixième anniversaire du PPS
Publié dans Albayane le 19 - 12 - 2013

Commémoration du soixante-dixième anniversaire du PPS
La célébration du soixante-dixième anniversaire du PPS connaît son moment fort avec l'hommage rendu à Ali Yata. Le choix n'est pas fortuit. Il est en soi un indicateur politique, là où le politique relève de l'éthique. Un devoir de mémoire certes, nourri ici des valeurs d'espoir et de continuité dans l'engagement, valeurs et principes que Feu Ali Yata a porté très haut durant sa vie de militant.
La commémoration n'est pas vécue aujourd'hui comme un simple rituel de légitimation d'une pratique ou de quelques opportunités conjoncturelles. Cet arrêt sur image autour d'une figure emblématique de la politique moderne du pays que fut Si Ali est l'occasion pour les militants du PPS de réaffirmer une ambition, l'ambition de suivre son modèle d'engagement. Revenir à lui, partir de lui, dans une dialectique créatrice pour assurer un avenir à son projet. Le nôtre. Celui d'une société libre où le citoyen est l'alpha et l'oméga de toute transformation sociale.
Un projet pour lequel Ali Yata a consacré sa vie, dans lequel il s'est investi avec générosité, abnégation et persévérance. Il est dans ce sens un leader au sens historique du mot. Ayant adhéré très jeune aux idéaux d'émancipation et de justice sociale, il trouva dans le mouvement communiste l'incarnation de cet idéal. Il a ainsi choisi définitivement son camp, celui des masses laborieuses et leur centre névralgique, la classe ouvrière. Il mena alors un combat permanent, une lutte acharnée sur deux fronts. Assurer un ancrage authentique à des choix marqués par l'universalité de l'humanisme et élargir le champ d'expression politique dans un environnement très dur, souvent hostile. Que ce soit sous le protectorat ou durant de longues périodes à l'ère de l'indépendance retrouvée, Ali Yata et son parti étaient dans le collimateur des adversaires du progrès social et de l'émancipation politique. Arrêté, condamné à l'exil, son parti et ses journaux interdits, certains de ses camarades abattus... Ali Yata connut de durs moments de persécution et de répression. Mais il ne perdit jamais de cap et surtout ne se trompa jamais d'analyse, tâchant, avec ses camarades du PCM, du PLS ou du PPS plus tard, de capter ce qui fait l'essence d'une étape, sa contradiction principale, privilégiant les intérêts suprêmes de la Patrie et du peuple. Il eut la lucidité et le courage politique de ne pas céder aux sirènes, de ne pas partir derrière le miroitement des mirages... Il forgea ainsi l'estime de ceux qui l'ont côtoyé de près, mais aussi de ses adversaires politiques.
Ses analyses, développées souvent sous forme d'éditos ou d'interventions présentées lors d'une rencontre du parti, une session du Comité central ou de rapport présenté à un congrès national du parti, reflétaient une cohérence de la pensée et une vision optimiste de l'avenir. Cette cohérence s'exprimait dans la manière de traduire les valeurs qu'il porte, dans des comportements et gestes politiques. Son patriotisme se nourrissait d'un internationalisme de conviction. Jamais, il ne fit de son adhésion au mouvement ouvrier international une clôture dogmatique, ni des principes du socialisme un corpus figé. Son apport intellectuel, illustré par le concept de Révolution nationale démocratique comme voie spécifique de transformation démocratique du pays, est dans ce sens indéniable. Il prend aujourd'hui toute son actualité avec l'expérience de refondation du contrat politique et social autour de la nouvelle constitution. Il mena avec persévérance le combat d'unification des forces du progrès dans le pays comme seule issue pour assurer au pays une transition sereine et efficiente. Il éduqua les militants autour du principe, quasiment sacralisé, de l'unité syndicale de la classe ouvrière. En tant que parlementaire, il développa une nouvelle manière de vivre l'acte de députation qui ne dépend plus du nombre mais de l'abnégation et de l'intelligence politique. Il était un brillant orateur, à la fois éloquent et profond et qui ne manquait pas, à l'occasion, d'humour.
Son parcours et son apport ne peuvent être réduits à des fragments. Ils ont marqué l'histoire du pays, ils ont écrit des pages glorieuses de l'histoire du parti. Le leader est désormais un symbole. Notre dette intellectuelle à son égard est immense. La meilleure façon d'honorer cette dette est de donner de nouveaux prolongements à son héritage ; de lui dire «Merci Si Ali, repose en paix» !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.