Météo Maroc: Temps nuageux avec pluies ce mardi 9 mars    Cette semaine en Liga...    Carte intégrale du Royaume : La nouvelle cible de la diplomatie algérienne    Ahmad Ahmad et la CAF, c'est fini !    Bounou de retour !    8 mars: Hay Mohammadi rend hommage aux femmes méritantes (VIDEO)    L'OCP et le CAM s'allient pour un meilleur accès des agriculteurs aux solutions mobiles de financement    Sénégal : l'opposant Ousmane Sonko relâché, les blindés de l'armée investissent la capitale    Covid-19 au Maroc : 102 nouvelles infections et 120 735 injections administrées en 24 heures    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    En attendant l'officialisation de la décision à Rabat, Patrice Motsepe serait le nouveau patron de la CAF    Le Raja tenu en échec par le CAYB    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    Les perspectives dans l'industrie s'améliorent en janvier    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Al Bayane fête le 8 mars    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Adesanya défait pour la première fois, Nunes GOAT!    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Banques participatives : un bilan encourageant en 2020    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Le Maroc élu à la vice-présidence    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Accès aux soins-confinement : Un parcours du combattant pour les ménages dirigés par des femmes    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Guelmim-Oued Noun : La réforme de l'enseignement, tributaire de l'appropriation des projets stratégiques    Les femmes fortement impactées par la pandémie    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    Barça: Laporta déclare la guerre au PSG à cause de Messi    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agriculture : déficit pluviométrique et gel : Retard important de croissance des cultures
Publié dans Albayane le 01 - 03 - 2012

Le déficit pluviométrique et la vague de froid enregistrés en février ont entrainé un retard important de croissance et de développement des cultures dans la région du Gharb. Selon l'Office Régional de Mise en Valeur du Gharb (ORMVAG), le déficit pluviométrique s'est élevé, dans la zone de son action, au 20 février dernier, à 44 % par rapport à une année normale et à 58 % par rapport à la campagne précédente à la même date. L'actuelle campagne agricole à démarré en automne dans des conditions normales. La pluviométrie enregistrée jusqu'à fin novembre était suffisante pour l'installation de culture d'automne dans de bonnes conditions, ce qui a permis la réalisation de la totalité du programme des cultures à l'exception de la betterave à sucre, qui a enregistré un faible taux lié à la rentabilité de la culture, indique l'office. Pour les céréales, qui constituent la superficie la plus importante en terres bour, le sort des semis précoces, qui représentent 57 % des superficies cultivées, et des semis tardifs (43 %), dépend des pluies qui tardent toujours à venir. Concernant les cultures irriguées (betterave, maraichage, fourrage, agrumes une partie des céréales), l'office indique que l'irrigation est en cours et toutes les dispositions sont prises pour la réussite des cultures. Selon l'ORMVAG, l'eau d'irrigation est en quantité suffisante au niveau des barrages. Au 20 février dernier, le barrage al Wahda, le plus grand du Maroc, a enregistré 1.877 millions de m3, soit un taux de remplissage de 50,6 %, contre 46,6 % lors de la campagne précédente. Celui d'el Kansera contient 184 millions de m3 (83,4 % contre 72,1 la précédente campagne) et le barrage d'Idriss 1er 628 millions de m3 (60,4 % contre 61 % la précédente campagne).
Pour ce qui est de l'impact du gel, l'office indique que la vague de froid a affecté les cultures sensibles à des degrés différents. Toutefois, les cultures les plus touchées sont la pomme de terre et la canne à sucre.
Selon l'office 1.400 hectares de pommes de terre ont été perdus. Pour pallier ces pertes l'Etat a entrepris un recensement des agriculteurs touchés pour leur approvisionnement en semences sélectionnées pour la replantation. Ces semences sont subventionnées à un taux de 50 %.
Cependant, la canne à sucre a enregistré les pertes les plus importantes. La superficie touchée a atteint 14.000 ha. Le gel a provoqué la brulure des feuilles et l'altération des bourgeons apicoles, mais les tiges restent usinables. L'impact sur la qualité ne sera observé, indique l'office, qu'après augmentation des températures vers fin avril.
Les principales mesures prises à ce sujet, ajoute l'office, ont été l'accélération du rythme de récolte afin de pouvoir usiner le maximum de canne avant l'augmentation des température, le suivi de la qualité technologique de la canne, l'évaluation de la situation au fur et à mesure de l'avancement de la campagne d'usinage, et le soutien des agriculteurs dont les cannes seraient perdues et non usinables à la fin de la campagne et ce dans le cadre du fonds de garantie des cultures sucrières géré par la profession.
Le gel a également touché l'avocatier et le bananier. Toutefois, selon l'office, l'impact sur ces deux cultures a été relativement léger du fait qu'une bonne partie de la production a été déjà récoltée (70 % pour l'avocatier et 50 % pour le bananier). Cet impact varie selon l'investissement consenti. Les parcelles les mieux entretenues sont faiblement touchées (plastique neuf, nutrition minérale et irrigation raisonnées, équipement adapté).
Pour la production animale, le déficit pluviométrique associé aux basses températures a entrainé un retard de croissance des cultures fourragères et, par conséquent, une augmentation des prix des aliments du bétail notamment la paille dont le prix a dépassé 20 dh la botte, indique l'ORMVAG.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.