L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    ONMT: On connaît la recette de la relance touristique    Maroc Telecom livre ses résultats du premier trimestre de 2021    Intelcia IT Solutions : Comment le Portail Achats a transformé la relation entre acheteur – fournisseur ?    Bulletin Officiel : Publication d'un décret se rapportant à la sécurité nucléaire et radiologique    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Produits alimentaires : 552 infractions constatées durant les huit premiers jours du Ramadan    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 23 avril    Benchaaboun s'entretient avec le nouveau DG de la Société financière internationale    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Sahel : de no man's land à no man's power    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    ONU: le Maroc et Israël organisent une conférence de haut niveau    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Direction de l'éducation d'Ain Chock : Convention pour promouvoir l'apprentissage du français et de l'anglais    Covid-19: la Tunisie franchit la barre des 10.000 décès    "Nsewlou Tabib": Cinq choses à savoir sur l'hygiène bucco-dentaire pendant le Ramadan    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Evolution du coronavirus au Maroc : 600 nouveaux cas, 507.938 au total, jeudi 22 avril 2021 à 16 heures    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    Laftit présente les contours du projet de loi sur les usages licites du cannabis    Sahara : El Pais met en exergue la victoire diplomatique du Maroc en Amérique Latine    L'examen du BTS du 17 au 21 mai    Le Wydad décroche son billet pour les quarts de finale    La RSB éliminée, le Raja en douceur    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    Super Ligue. Pour le patron de l'UEFA, les demies de C1 ne sont pas menacées    La question sociale est irrémédiablement au cœur du projet sociétal de l'USFP    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Foot européen : Nasser Al-Khelaïfi élu président de l'Association européenne des clubs    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Anniversaire de la disparition de Feu SM Mohammed V: le héros de la lutte pour l'indépendance    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    Poutine appelle ses rivaux étrangers à ne pas "franchir de ligne rouge "    Plus de 220 textes en souffrance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Insomnie : Quand le sommeil se fait rare
Publié dans Albayane le 06 - 03 - 2012

Qui n'a jamais passé une mauvaise nuit à tourner dans son lit, sans parvenir à trouver le sommeil ? Nous avons tous notre propre expérience avec l'insomnie, des difficultés à trouver le sommeil sont un problème de plus en plus courant. Nombreux sont aujourd'hui les gens qui se plaignent d'insomnie.
Les raisons de l'insomnie sont multiples et variées, cela peut aller d'un petit ennui passager à des difficultés chroniques. Elles peuvent être subjectives, mais aussi objectives, quoiqu'il en soit, l'insomnie ça vous vide de toute votre énergie et lorsque le sommeil se fait rare, chaque nuit peut devenir un véritable cauchemar.
Avant de parler d'insomnie, essayons tout d'abord de définir ce qu'est un bon sommeil ? C'est avant toute chose un sommeil dont on est satisfait. Celui qui nous permet de nous sentir en forme dans la journée, qui donne le sentiment d'avoir bien récupéré et d'avoir la pêche. Tout cela est nécessairement subjectif. Même s'il existe une durée idéale de sommeil qui oscille en moyenne entre 7 heures et 8 heures. Après une bonne nuit on se sent en pleine forme. C'est notre sentiment personnel de récupération qui permet de juger de la qualité du sommeil. En revanche, le fait de dormir plus de 11 heures est considéré comme pathologique. Chacun d'entre nous passe, chaque nuit, par différents types de sommeil : le sommeil lent et le sommeil paradoxal. Le premier correspond au sommeil profond et donc à une activité cérébrale ralentie». Le sommeil paradoxal quant à lui, est une phase plus agitée au cours de laquelle se logent les rêves. La nuit est ainsi un déroulement de cycles lents et paradoxaux.
Le repos, c'est le sommeil…
Le sommeil, c'est important. Et pas seulement pour ne pas se sentir fatigué… Il joue un rôle déterminant pour la croissance, le développement et la préservation de nos capacités cognitives. Il est également essentiel à l'ajustement de nos sécrétions hormonales. La mise au repos de notre système cardiovasculaire au cours du sommeil, est tout aussi indispensable. En clair, notre organisme comme toute machine, doit se mettre au repos. Et le repos, c'est le sommeil…
Qui dit sommeil dit… insomnies
A l'instar d'un bon sommeil, une insomnie est d'abord une plainte subjective. C'est comme une douleur, le ressenti de chaque personne est fondamental. L'insomnie est donc une plainte. Il s'agit d'un trouble qui porte sur 24 heures, car c'est à la fois le mauvais sommeil et son retentissement durant la journée, avec généralement des épisodes de somnolence incoercibles .Mais derrière cette description unique, il existe différents types d'insomnies. Et les médecins distinguent notamment, l'insomnie primaire et l'insomnie secondaire. La première procède plutôt d'un syndrome qui se manifeste sans raison particulière.
Différents effets
L'insomnie va entraîner des problèmes de somnolence diurne, de fatigue, d'irritabilité. Mais les menaces pour la santé sont réelles. Ainsi, elle pourrait être un facteur de risque de dépression notamment. De plus, si les troubles sont liés à un problème d'apnées du sommeil, les risques pour la santé sont très importants. Cette obstruction des voies respiratoires entraîne une augmentation des risques cardiovasculaires. Sans compter les accidents de voiture ou de travail provoqués par la fatigue consécutive à l'insomnie.
Quand l'insomnie donne un coup de vieux
Des études récentes ont montré qu'une privation de sommeil prolongée (4 heures de sommeil pendant 6 nuits consécutives) chez des jeunes garçons de 20 ans, les transforme physiologiquement en individus de 60 ans ! En effet, leur taux de cortisol (hormone témoignant d'un certain stress) s'élève significativement, entraînant des problèmes d'hypertension, voire des pertes de mémoire.
Des conséquences sérieuses
L'insomnie secondaire pour sa part, peut être attribuée à une maladie sous-jacente ou à la prise d'un médicament. Elle peut aussi être occasionnelle. A l'inverse, si elle perdure et devient chronique, elle peut s'installer pour des semaines, des mois voire… des années. Les conséquences d'un mauvais sommeil sont alors sérieuses et surtout multiples. Mauvaise reconstitution des stocks en énergie des cellules musculaires et nerveuses;
Troubles dans la production d'hormones de croissance;
Dérèglement de fonctions telles que la glycémie (avec une perturbation du métabolisme du sucre, favorisant le surpoids et risque de diabète); Mauvaise élimination des toxines; Troubles dans la stimulation des défenses immunitaires; Impact sur le stress et l'humeur; Ralentissement des mécanismes d'apprentissage et de mémorisation.
Les femmes plus insomniaques que les hommes
Nous ne sommes pas tous égaux face au sommeil. Les femmes sont en effet deux fois plus exposées aux insomnies que les hommes. Des facteurs hormonaux sont certainement impliqués dans cette surexposition féminine.
L'âge aussi joue certainement un rôle. Il est de notoriété publique qu'à partir de 55 ans, nous dormons moins bien. En France par exemple, près de 20% des seniors souffrent d'insomnie. Mais est-ce l'âge lui-même qui trouble notre sommeil, ou plutôt les pathologies qui lui sont associées ?
Favoriser une bonne hygiène du sommeil
L'acquisition d'une bonne hygiène du sommeil, car c'est de cela qu'il s'agit, commence très tôt. Dès l'adolescence «Il faut apprendre à l'enfant comment préserver son capital sommeil. Une fois qu'il est installé, un dérèglement est très difficile à corriger». Certes, mais encore faut-il que les parents sachent eux-mêmes, donner les conseils pratiques indispensables…
En fait, ce n'est pas compliqué. Il suffit de s'en tenir à quelques règles immuables :
Eviter les excitants le soir : café, thé, vitamine C, coca…;
Ne pas pratiquer d'activité physique après 20 heures;
Toujours le soir, favoriser au contraire, les activités relaxantes : lecture et bain tiède, ce dernier devant être pris au moins 2 heures avant le coucher;
Eviter les repas trop copieux et toute prise d'alcool au dîner;
Evitez de manger au lit, d'y regarder la télévision… ou d'y travailler.
Apprendre à reconnaître les signaux du sommeil (bâillements, picotements dans les yeux …) et en tenir compte ;
Et enfin, s'attacher à trouver son propre rythme de sommeil.
Quand consulter ?
N'attendez pas que l'insomnie devienne chronique (plus de trois fois par semaine depuis au moins trois mois) pour en parler à votre médecin. Prise à temps l'insomnie sera mieux traitée
Votre médecin traitant pourra vous prescrire des médicaments efficaces ponctuellement pour vous aider à passer un moment difficile, ou, éventuellement, des antidépresseurs, si l'insomnie est révélatrice d'une dépression ou d'un trouble anxio dépressif. Si aucun événement difficile de la vie (décès, séparation, chômage...) ni aucune maladie ne sont en cause, il vous orientera vers un spécialiste des troubles du sommeil afin de mieux repérer les raisons du dysfonctionnement.
D'ici là éviter les excitants et les repas copieux surtout le soir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.