Relance économique : les associations de microcrédit bénéficieront aussi des garanties de la CCG    Réseau FCA Morocco : La Continentale s'implante à Dar Bouazza    Le secteur de la santé bientôt représenté au sein de la CGEM    Maroc-USA : Des relations plus fortes que jamais    DTFE : Hausse de 35,2% des souscriptions sur le MAVT à fin août    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Raja: les supporters élisent leur joueur du mois (PHOTO)    Reconfinement: la France s'attend à une récession de 11% en 2020 (ministre)    Radical. Les menaces à peine voilées de Benkirane    PSG: Neymar forfait jusqu'à la trêve internationale    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    Dernière plongée pour Sindika Dokolo    Education : 66 % des enfants marocains sont incapables de lire un texte simple selon la Banque mondiale    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    Covid-19: la mort rôde partout, surtout à Casablanca    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Attentat de Nice: nouveau rebondissement    Météo: temps brumeux ce vendredi au Maroc    Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI    Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Et revoilà Benkirane, le retour!    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Touria Aarab : «Dans le sport, la femme est toujours marginalisée»
Publié dans Albayane le 08 - 03 - 2012

Dans cet entretien, Touria Aarab, membre de l'exécutif de la Confédération africaine de volley, présidente fondatrice de la section volley-ball au WAC et ex-membre de la FRMVB, nous dresse l'état des lieux de l'évolution de la présence de la femme dans le sport. Elle juge que la femme marocaine est encore sous-représentée dans les instances de décision sportive, mais aussi au niveau de la pratique. Al Bayane : Depuis longtemps, les femmes ont été quasi-absentes de la sphère décisionnelle dans le domaine du sport. Qu'en est-il aujourd'hui ?
Touria Aarab : Malheureusement, il n'y a pas eu de grands changements. Alors que dans plusieurs secteurs, le Maroc a connu des avancées intéressantes, le sport est resté le mauvais élève. Il y a eu récemment plusieurs études et constats qui sont même alarmants. Sur les quarantaines fédérations existantes, aucune femme n'est présidente. Pire encore, la gente féminine est quasi-absente même des bureaux dirigeants. Sur les cinq grandes fédérations de sport collectif (football, basket-ball, volley-ball, handball, rugby), seulement deux femmes sont dans les instances dirigeantes, dont une n'a pas été élue. Plus grave encore, la sous-représentativité des femmes touche également et surtout les ligues. Il n'y a pas de femmes ou presque dans les ligues sportives. Même chose pour les clubs où rare sont les femmes qui occupent des postes de responsabilité. Au volley-ball, il y a trois femmes, dont une présidente, dans les instances dirigeantes de 47 clubs. Au foot, comme au rugby et au handball, il n'a y aucune femme à la tête d'un club. Et rare, sont celles qui occupent des postes de responsabilité. Les staffs techniques et même médicaux n'y échappent pas car, eux aussi connaissent ce que j'appelle une discrimination inconsciente des hommes envers les femmes.
Ce genre de problème existe-t-il aussi au niveau de la pratique ?
Hélas oui. J'ai fait un simple calcul dont le résultat risque d'être aussi surprenant qu'effrayant. Dans les sports collectifs, le pourcentage des filles pratiquantes est de l'ordre de 11% seulement. Ce chiffre concerne uniquement la catégorie des séniors. Quand aux catégories minimes, cadettes et juniors, le pourcentage est de 0 %. Ces catégories n'existent tout bonnement pas. Alors comment voulez-vous qu'on ait des équipes nationales compétitives si la base est inexistante ? Les résultats, on les a d'ailleurs vu lors des championnats d'Afrique de basket-ball où l'on était classé dernier. Au volley-ball, les marocaines n'ont même pas été présentes. Même le foot, sensé être une locomotive du sport national, n'a pas réservé une place pour ces catégories féminines. Le championnat féminin certes existe, mais sans qu'il y ait des minimes, des cadettes ou même des juniors. Du coup, on se rabat sur les internationaux. Il s'agit d'une solution de court terme. Dans les sports individuels, il y a aussi l'absence de parité, mais à un degré un peu moindre.
Pourquoi les femmes sont sous-représentées dans le sport ?
Il y a plusieurs raisons derrière cette ségrégation de la gente féminine. Le principal facteur est avant tout l'absence d'une politique générale d'Etat. Il n'y a pas une vision claire en faveur d'une approche genre. Il y a aussi un problème de formation. Il y a peu de cadres féminins au sein des clubs ou encore des fédérations. Il y a actuellement un manque de femmes qui ont un cursus académique dans le domaine du sport. Autre grand souci, le système éducatif dégringolant. Les programmes sport-étude, qui n'existent plus chez nous, permettent aux jeunes filles de sortir de l'ombre, d'exercer une discipline sportive et y exceller. L'absence de sections féminines au sein des clubs est également un handicap. Et les premiers responsables sont, bien entendu, les clubs, mais aussi les fédérations qui privilégient les résultats uniquement. Du coup, les budgets consacrés aux équipes féminines sont maigres. Alors qu'au niveau réglementaire, le Maroc a connu des avancées majeures avec notamment l'introduction de la parité dans la nouvelle constitution (article 17). Il y aussi la loi sur le sport (30-09) qui garantit également la parité des deux sexes.
Que faut-il donc faire pour remédier à ce problème de sous-représentativité ?
Il faut que l'actuel ministre de la Jeunesse et des Sports mette dans son programme l'approche genre. Il doit élaborer une stratégie afin de réactiver l'application des lois en vigueur et surtout les recommandations du CIO, dont le Maroc a organisé le 3e congrès « femme et sport » à Marrakech en 2004. Il faudra aussi penser à créer une commission nationale « femme et sport » qui chapotera des commissions féminines au niveau des fédérations. Et il faut que la création de ces commissions soit obligatoire et quelle soit effective et non pour la forme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.