Glovo s'associe à Marjane    Coronavirus : voici les nouvelles mesures prises par l'ONEE    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : l'OFEC de Casablanca accueillera un hôpital de campagne de 700 lits    Le Maroc de tous les espoirs!    Immigration clandestine : Arrestation de 32 Subsahariens à Dakhla    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les ménages ramédistes indemnisés à partir de ce lundi    L'indemnisation démarre aujourd'hui    Le dirham se déprécie de 4,56% face à l'euro    Covid-19: L'Exécutif réduit ses dépenses    Benatia et Renard scandalisés par les propos racistes sur LCI    Le monde diplomatique ou le journalisme à la carte    La prolongation d'Achraf Hakimi, le Vrai du Faux    Coronavirus : 961 cas confirmés, trois nouveaux décès et une guérison ce dimanche à 13h    «Quelle lecture des résultats annuels de 2019?»    Covid-19 : Tanger Med au chevet de la population locale    Orchestra Maroc touché par le coronavirus    Pèlerinage de Pâques inédit à Lourdes, sans fidèles    L'OTAN entre en guerre contre le coronavirus…    Un député français d'origine marocaine saisit la justice    Amnistie Royale : un acte hautement humanitaire    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Fonds anti-coronavirus : Le Groupe Allali apporte sa contribution    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Fonds spécial : procédure de retrait des aides financières pour le secteur informel    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une artiste au service de la chanson amazigh
Publié dans Albayane le 24 - 02 - 2016

Il va sans dire que Fatima Tihihit est considérée comme l'une des chanteuses qui a donné à la chanson amazigh beaucoup d'éclat et l'a rendue encore plus célèbre. Certes, il y a eu avant elle, la première Fatima Tihihit, Demsiri et Demsiria, Tabaâmranet, Mtougui et d'autres. Mais Fatima Tihihit, la jeune, comme l'appellent les connaisseurs, arrivée avec les vagues des années 70 et 80 a pu donner un air de jouvence à la chanson amazigh tout comme les formations qui ont évolué dans le sillage de Nass El Ghiwane comme Izenzaren et Ammouri Mbarek par la suite.
Pourtant, les choses n'ont pas été de tout repos pour cette artiste issue d'un milieu conservateur. Contre vents et marées, elle a réussi à s'imposer en tant que chanteuse incontournable de la chanson amazigh. Son succès ne s'est pas limité au Maroc, mais il a dépassé les frontières pour toucher de nombreux pays européens où s'est installée une forte communauté marocaine d'origine berbère.
A l'époque où les cassettes audio faisaient fureur, les maisons d'enregistrement ne juraient que par elle, car avec Fatima le succès est assuré et les ventes aussi.
Mais c'est grâce à Rais Demsiri que Fatima Tihihit a intégré le domaine du chant après l'échec d'une expérience conjugale. Après la mort de son premier mari qui était beaucoup plus âgé et pour subvenir à ses besoins, elle a dû travailler comme bonne dans quelques ménages, avant de rencontrer Rais Demsiri et de travailler avec lui après son retour au Maroc et le départ de la première Fatima Tihihit.
C'était lors d'une soirée qu'elle a dû affronter le public et le trac lorsqu'on lui a proposé de chanter en tant que Raissa. C'était le grand succès. Après cette expérience avec Demsiri, elle a constitué son propre groupe qui allait devenir le numéro un au niveau de la chanson amazigh. Le succès était tel que les invitations fusaient de partout, du Maroc comme de l'étranger. En France notamment, elle a réussi à faire connaître ce genre de musique, de le faire aimer et de lui donner de la notoriété. Au Maroc, l'on se souvient de sa prestation dans les soirées télévisées et les tournées artistiques.
Fatima Tihihit a également été sollicitée par des réalisateurs, notamment Farida Bourkia. Et on l'a découverte comme actrice qui sait interpréter son rôle avec simplicité, ce qui a permis au public de découvrir une autre facette de son talent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.