Le Polisario sur la sellette    Damir appelle à l'interdiction de toute instrumentalisation politique de la religion    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    La cuisine marocaine en vedette au festival de Hanoï    El Youssoufia : Une campagne de correction visuelle au profit des élèves    AM Invest Morocco renforce sa participation dans le capital d'Involys    «La Méditerranée plurielle dans un environnement de mondialisation» thème de la rencontre annuelle du GERM    Le PPS au Parlement    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    SOS Littoral: La tête dans le sable    Le Maroc et l'AIE signent à Paris un Programme de travail conjoint    Agadir, capitale du cinéma mondial    Bassek Ba Kobhio, Invité d'honneur    L'Etoile d'or de Priyanka Chopra brille dans le ciel de Jemaa El Fna    RAM : plus de 160.000 passagers transportés sur la ligne Casa-Tunis en 2019    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    FIFM 2019 : Le film colombien « Valley of Souls »décroche l'Etoile d'Or    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Belkhir, une légende en passe d'être oubliée
Publié dans Albayane le 10 - 03 - 2016

Jarmani Oulkhir est surnommé Belkhir par les habitants de sa nouvelle contrée El Kebab depuis 1964. Il est originaire de «Ait Oujnna, Ait Oubrtane» dans la région de Tinghir où il naquit en 1945. Ce maçon de profession est devenu un grand artiste, qui savait manipuler l3oud à l'instar des grands artistes amazigh(s) feus, Mouloud Oulbachir (1928-1991) et Roudani Cherki de Laksiba (1931-1962). Il savait, aussi, jouer parfaitement du violon comme du banjo.
Grâce au caïd, à l'époque, d' El Kebab, «Moha n Baâli», originaire de Ain Leuh, M. Oulkhir s'installa dans ce village qui a abrité également pour plus de trente voire quatre ans, Agourram, Michel Lafon, fils spirituel et successeur du père, Albert Peyriguère en plus du capitaine Said Guenoune (1922-1925), qui fut chef du bureau des Affaires Indigènes du temps du protectorat, (auteur de, La montagne Berbère- La haute Moulouya et La voix des Monts).
Les succès, de Jarmani, sont innombrables. Il accéda à la RTM, radio amazigh, pour enregistrer ses productions, en 1966, en compagnie des grands tambourinaires, fils d'El Kebab, eux aussi tombés dans les oubliettes, à l'instar des feus, Mohamed Quarante et Naoui Bouzekri, le forgeron. Pour les chikhate(s), elles étaient toutes occasionnelles, monnaie courante, jadis, dans ce village situé au cœur des montagnes du Moyen-Atlas. Parmi celles qui l'ont accompagné durant ses prestations, nous ne citerons que quelques unes telles que : Aicha Mansour, Itto Aomar, Fatima n Rkia Ali, Fadma n Said Ouâassou...
Ses chansons les plus connues, dont certainement nos parents se souviennent encore, étaient :
- Tdite atddout awa tqimiti goul.
- Ikka jbel Inyrakh, du chikh, le violoniste Moha Oubaba Azrouf, qu'il a repris avec une nouvelle composition.
- Lvilla w tiliphone, awyid tonobil adalikh jbel awa (un mélange de Tamazight et de la Darija, utilisé aussi, bien avant lui, par les vétérans feus, Salih Ahmed connu sous le nom de Lwisky Ahmed (1929-1979), Bouzekri Amrane de son vrai nom Amrani Amrane (1930-1984), Mustapha Daoudi appelé communément Mustapha Nâainiâa (1930-2003)...
Le célèbre artiste, le violoniste, Mustapha Oumguil, de son vrai nom, Taframte Mustapha, de la tribu des Ait Ndir, et plus exactement de la fraction des Ait Nâamane, résidant, actuellement, à El-Hajeb, a reproduit l'une de ses belles chansons, intitulée :
- A mammi ouri tchi tassa ak zrikh, oula khwikh ach amazir.
Pour ce qui est de la chanson :
- A lamba nna ytaghen ma gla yid, a yikh nak a 3sasse bla cha. (Existe toujours dans les archives de l'actuelle, SNRT), Belkhir, ami intime de feu M. Oulbachir, qui l'a enregistrée en son nom personnel au profit de la radio, anazur Jarmani Oulkhir, a participé à sa composition.
Il est certain que cet artiste de grande taille, mérite une recherche approfondie sur son parcours artistique afin de le faire sortir de l'oubli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.