Parallèlement à la visite de Tebboune au Caire, l'ambassadeur d'Egypte à Rabat confirme le soutien de son pays à l'intégrité territoriale du Maroc    Nador : Les corps de trois enfants subsahariens retrouvés calcinés    Voitures électriques : le leader chinois Greenland Technology renforce sa présence au Maroc    CAN-2021: La CAF inflige des sanctions à des contrevenants    Météo : des averses orageuses localement fortes ce mardi et mercredi    Sous-variant BA.2 d'Omicron : Nouvel avis de tempête ou signe avant-coureur de la fin de la pandémie ?    Compétition intellectuelle : Coup d'envoi de l'opération Ingénieuses 2022    (Billet 658) – Quand Israël reconnaîtra-t-il la souveraineté marocaine sur le Sahara ?    France/Covid-19 : record de décès quotidiens à l'hôpital    Cours de change des devises étrangères contre le dirham du 25 janvier 2022    Historique des confrontations entre le Maroc et le Malawi    Le Burkina Faso sort le Gabon aux tirs au but    Covid-19: la pandémie a coûté 350 milliards d'euros à l'économie allemande    La diaspora marocaine fortement sollicitée lors de la Morocco Tech    Le Musée Bab El Oqla de Tétouan rouvre ses portes    Hassan Benjelloun porte l'histoire de «Jalal Eddine Al Roumi» au cinéma    «Harm Reduction : The Manifesto», en sortie américaine le 26 janvier avec le Washington Times    CAN 2021/8es : Le Maroc ne reculera devant rien face au Malawi    CAN2021 : Ce mardi, Sénégal-Cap Vert (17h) et Maroc-Malawi (20h)    Casablanca: un policier use de son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Bamako demande au Danemark de retirer «immédiatement» ses forces spéciales    Netflix déclenche une tempête en Egypte : Alcool, tromperies et homosexualité    Sites industriels pilotes : attribution de l'appel à partenariat relatif aux ZI de Had Soualem et Sahel Lakhyayta    Oujda : Aptiv démarre la construction d'une nouvelle usine de câblage automobile    Toutes les résolutions du Conseil de sécurité confirment l'implication directe de l'Algérie (politologue espagnol)    CAN 2021: une bousculade au stade d'Olembé à Yaoundé fait plusieurs morts    Maroc-Malawi: Halilhodzic est confiant avant le choc    L'ouverture des frontières demeure liée à la garantie des conditions nécessaires pour préserver la santé des visiteurs et des Marocains    M. Mayara met en exergue la profondeur des relations distinguées entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis    La reprise du trafic à l'aéroport d'Istanbul retardée à cause de la neige    Sport scolaire: Programmation de 42 championnats nationaux durant l'année scolaire en cours    La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l'Education-Formation dresse son bilan 2021    Journée mondiale de l'éducation : Désarroi de l'enseignement face à la pandémie    Burkina Faso. L'Union Africaine appelle au dialogue    La Cour des comptes européenne appelle l'UE à mettre un coup d'accélérateur au déploiement de la 5G    Nasser Bourita : la révision de la carte consulaire du Royaume s'impose    L'ANCFCC tient son Conseil d'administration et affiche d'excellents résultats    CGEM : lancement de l'étude « Quelles transformations pour les ICC au Maroc ? »    Le ministère de l'Enseignement supérieur déterminé à promouvoir les valeurs d'intégrité dans les universités    Selon José Manuel Albares, une normalisation des relations entre le Maroc et l'Espagne est encore loin    Conseil de gouvernement : l'ordre du jour de la réunion du jeudi 27 janvier    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce mardi 25 janvier    Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La saga des femmes Soulaliyates continue pour la modernisation de la loi régissant les terres collectives
Publié dans Albayane le 08 - 03 - 2017

Croyant fortement en la justesse de leur cause et mues par la volonté d'obtenir tôt ou tard gain de cause, les femmes Soulaliyates continuent leur lutte lancée il y a 10 ans pour mettre fin aux injustices dont elles sont victimes en application du dahir du 27 avril 1919 régissant t les terres collectives les collectivités ethniques et qui les exclut des bénéfices et de l'usufruit des terres collectives.
Venues de toutes les régions du pays, nombreuses sont les femmes Soulaliyates qui se sont retrouvées jeudi après midi à Rabat pour un nouveau sit in devant le parlement pour réclamer justice et l'adoption d'une nouvelle loi en phase avec les mutations que connait le Maroc des Droits de l'homme et conforme aux dispositions de la nouvelle Constitution marocaine; une loi qui reconnait de manière explicite l'égalité de fait entre les femmes et les hommes dans tous les droits et quelle que soit la nature des terres collectives en question, y compris le droit pour les femmes de transmettre leur qualité d'ayant droit à leurs enfants, filles et garçons.
En participant à un tel rassemblement devant un parlement pourtant en congé, les femmes Soulaliyates entendaient transmettre aux parlementaires, à la classe politique et aux partis politiques surtout un message, selon lequel il est temps pour eux de se pencher sur leurs revendications légitimes de bénéficier des fruits de leur labeur et des revenus de terres collectives. Il n'y a pas de raison de les exclure parce que c'est la coutume ou parce que c'est le statu quo.
Dans la matinée de jeudi, les femmes Soulaliyates avaient pris part un séminaire national, initié par l'Association démocratique des femmes du Maroc (AMFM) sous le thème «de la Hogra à Tamkine» pour traiter sur le même pied d'égalité les hommes et les femmes en cas de melkisation des terres collectives ou d'exploitation des terres de parcours.
Intervenant lors d'une séance de débat ayant marqué ce séminaire, les représentantes de ce mouvement des femmes Soulaliyates venues de Kénitra, Midelt, Ain Louh et Taroudant ont été unanimes à insister sur la nécessité d'adopter une nouvelle loi moderne en bonne et due forme au lieu de se contenter de solutions de replâtrage en application de circulaires incomplètes et le respect dépende du bon vouloir des autorités et de ceux qui se considèrent comme étant les maitres légitimes des terres collectives.
Pour Rkia Bellot (Haddada-Kénitra), la doyenne du mouvement, le problème des femmes Soulaliyates est plus profond qu'on le pense.
La Jemaâ, réservée aux hommes à l'exclusion des femmes, illustre bien l'incapacité de la société de reconnaitre la femme en tant qu'être humain et de tenir compte de l'approche genre dans le traitement de la situation des hommes et des femmes en général.
«Scandalisée et profondément blessée par les injustices que je subissais en tant femme, exclue du droit de jouir des mêmes avantages que mes frères et autres hommes des terres collectives, j'ai décidé il y a 10 ans de m'engager dans cette lutte non seulement pour la justice, mais également pour me réconcilier avec moi-même en tant qu'être humain», a-t-il elle expliqué. En dépit de tous les dégâts collatéraux et maux causés à ma famille, je jouis aujourd'hui d'une satisfaction morale, qui me donne courage et me pousse à aller de l'avant», a-t-elle expliqué.
Abondant dans le même sens, Zenou Ghanem (Gourrama, Midelt), Zahra Oukhda (Ain Louh) et Aicha Khribèche (Taroudant) sont revenues en détail sur l'exclusion des femmes des bénéfices des terres collectives exploitées par d'autres soit en tant que locataires, investisseurs, ou agriculteurs.
A Taroudant, seules deux femmes (Souad Chakri et Aicha Khribèche) sont maintenant exclues. « Pour les maitres de la situation, il faut les sanctionner, disent ils, car ces deux femmes font le va et vient entre Rabat et Taroudant pour réclamer l'égalité dans le traitement et l'accès aux terres collectives d'où leurs parents ont été chassés », disait Khribèche. «Nos noms ont été effacés de la liste des bénéficiaires établie en application de la circulaire du département de tutelle», a-t-elle fait savoir.
A l'ouverture de ce séminaire, la présidente de l'ADFM, Saida Drissi a rappelé que l'association soutient le mouvement revendicatif des femmes Soulaliyates depuis sa naissance en avril 207 et que depuis cette date, l'ADFM apporte un soutien multiforme à leur action.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.