Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    CAN 2021: Les entraînements des Lions de l'Atlas sans Hakimi, Bounou et Fajr    Vahid Halilhodzic commente le tirage au sort des barrages, Qatar 2022    CAN 2021: le sélectionneur du Ghana licencié    Halilhodzic: « Le tirage aurait pu être pire » (VIDEO)    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    Attijariwafa bank et l'AMCI accompagnent les étudiants et lauréats internationaux de la Coopération du Royaume du Maroc    Casablanca: La mise en oeuvre de la stratégie nationale de la jeunesse en débat    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    OMS :Un tiers de la population mondiale n'a pas accès à une cuisine propre    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Matières premières : une stabilisation des cours prévue en 2022    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce samedi 22 janvier    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Soulaliyate et l'égalité des droits sur les terres collectives
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 04 - 2013

Le mouvement des Soulaliyate, groupement qui revendique pour les femmes la plénitude des droits sur le patrimoine foncier collectif, n'est qu'à demi-satisfait de ses succès sur la voie de l'égalité, avec ceux des hommes, des avantages qui leur sont accordés. Prenant acte de la reconnaissance du droit d'usufruit et de partage des revenus de ces terres, elles ont décidé d'aller plus en avant dans la revendication en exigeant d'être associées à la prise de décision. Une revendication qui va souvent à l'opposé des us et coutumes des tribus dont les délégués (nouab) sont les gardiens zélés.
Pourtant, selon les premières communications qui ont été faites au cours de la réunion d'étape qui a eu lieu samedi à Rabat, 51.413 membres des Soulaliyate auraient perçu quelque 270 millions de dirhams de dédommagements et 867 lots de terrain au cours de ces deux dernières années. Mais cela a été jugé de moyenne importance. Si en effet le groupement qui «cherche à enraciner l'égalité entre les genres dans le terroir» a convenu au cours de ce 1er conclave avoir réalisé de significatives percées depuis 2007, il s'est surtout prononcé en faveur de l'intensification de la lutte pour plus de droits et l'éradication des disparités régionales. Pour la centaine de représentantes qui ont fait le déplacement depuis les différentes régions, le principal objectif de la plénière du samedi est de revendiquer une loi «qui permette de dépasser l'octroi à doses homéopathiques de droits de très grande signification parce que liés à la citoyenneté». Des participantes l'ont répété à l'envi: «Nous estimons que le temps des circulaires est révolu et nous voulons une loi qui homogénéise le message revendicatif et réduit le nombre des interlocuteurs». Les autres axes de réflexion du conclave ont tourné autour des résultats de la campagne de sensibilisation enclenchée par le mouvement, de l'examen des obstacles qui contrarient l'action des Soulaliyate et «des perspectives qui s'offrent à leur combat». Mais en attendant que les choses prennent tournure, la grande affaire est de travailler à l'application immédiate de la circulaire 17, d'œuvrer à davantage faire profiter les Soulaliyate de l'usufruit des terres collectives, de réfléchir sur le rôle de la tutelle dans la protection de leurs droits et de débattre du dahir de 1919- qui ne reconnaît la qualité des ayants droit qu'aux hommes- dans un contexte où l'égalité est un principe constitutionnel. Le mouvement estime que la circulaire 17 ne rend pas justice aux femmes en ne reconnaissant aux Soulaliyate que le droit à l'usufruit, à l'exclusion des autres avantages, tels que l'association à la prise de décision.
C'est pourquoi, sûr du soutien de l'Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM), le mouvement des Soulaliyate a réaffirmé sa volonté de poursuivre la lutte. Comment ? En mobilisant l'opinion publique, voire en estant en justice et en interpellant les responsables, et même en promouvant les capacités des femmes membres du réseau. Ces dernières sont en effet analphabètes dans leur grande majorité et donc peu au fait des subtilités administratives et juridiques. Tous ces objectifs, l'ADFM les affirme nettement en écrivant: «Nous considérons que malgré les gains réalisés, nonobstant les mesures positives prises par le ministère et compte tenu de la réalité des obstacles qui empêchent la jouissance des femmes de la totalité de leurs droits et du plein exercice de leur citoyenneté - sur le même pied que les hommes sur les terres collectives -, nous n'avons pas encore réalisé l'égalité telle que la prévoit la Constitution de juillet 2011».Le mouvement des Soulaliyate, groupement qui revendique pour les femmes la plénitude des droits sur le patrimoine foncier collectif, n'est qu'à demi-satisfait de ses succès sur la voie de l'égalité, avec ceux des hommes, des avantages qui leur sont accordés. Prenant acte de la reconnaissance du droit d'usufruit et de partage des revenus de ces terres, elles ont décidé d'aller plus en avant dans la revendication en exigeant d'être associées à la prise de décision. Une revendication qui va souvent à l'opposé des us et coutumes des tribus dont les délégués (nouab) sont les gardiens zélés.
Pourtant, selon les premières communications qui ont été faites au cours de la réunion d'étape qui a eu lieu samedi à Rabat, 51.413 membres des Soulaliyate auraient perçu quelque 270 millions de dirhams de dédommagements et 867 lots de terrain au cours de ces deux dernières années. Mais cela a été jugé de moyenne importance. Si en effet le groupement qui «cherche à enraciner l'égalité entre les genres dans le terroir» a convenu au cours de ce 1er conclave avoir réalisé de significatives percées depuis 2007, il s'est surtout prononcé en faveur de l'intensification de la lutte pour plus de droits et l'éradication des disparités régionales. Pour la centaine de représentantes qui ont fait le déplacement depuis les différentes régions, le principal objectif de la plénière du samedi est de revendiquer une loi «qui permette de dépasser l'octroi à doses homéopathiques de droits de très grande signification parce que liés à la citoyenneté». Des participantes l'ont répété à l'envi: «Nous estimons que le temps des circulaires est révolu et nous voulons une loi qui homogénéise le message revendicatif et réduit le nombre des interlocuteurs». Les autres axes de réflexion du conclave ont tourné autour des résultats de la campagne de sensibilisation enclenchée par le mouvement, de l'examen des obstacles qui contrarient l'action des Soulaliyate et «des perspectives qui s'offrent à leur combat». Mais en attendant que les choses prennent tournure, la grande affaire est de travailler à l'application immédiate de la circulaire 17, d'œuvrer à davantage faire profiter les Soulaliyate de l'usufruit des terres collectives, de réfléchir sur le rôle de la tutelle dans la protection de leurs droits et de débattre du dahir de 1919- qui ne reconnaît la qualité des ayants droit qu'aux hommes- dans un contexte où l'égalité est un principe constitutionnel. Le mouvement estime que la circulaire 17 ne rend pas justice aux femmes en ne reconnaissant aux Soulaliyate que le droit à l'usufruit, à l'exclusion des autres avantages, tels que l'association à la prise de décision.
C'est pourquoi, sûr du soutien de l'Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM), le mouvement des Soulaliyate a réaffirmé sa volonté de poursuivre la lutte. Comment ? En mobilisant l'opinion publique, voire en estant en justice et en interpellant les responsables, et même en promouvant les capacités des femmes membres du réseau. Ces dernières sont en effet analphabètes dans leur grande majorité et donc peu au fait des subtilités administratives et juridiques. Tous ces objectifs, l'ADFM les affirme nettement en écrivant: «Nous considérons que malgré les gains réalisés, nonobstant les mesures positives prises par le ministère et compte tenu de la réalité des obstacles qui empêchent la jouissance des femmes de la totalité de leurs droits et du plein exercice de leur citoyenneté - sur le même pied que les hommes sur les terres collectives -, nous n'avons pas encore réalisé l'égalité telle que la prévoit la Constitution de juillet 2011».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.