Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La diffusion, la «bête noire» du livre amazigh
Publié dans Albayane le 31 - 01 - 2018

Le Salon International de l'Edition et du Livre (SIEL) approche à grands pas. Quid du livre amazigh? Cet évènement contribue-t-il au rayonnement du livre écrit dans cette langue?
Comme chaque année, l'Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) ne manquera pas le SIEL. L'IRCAM sera présent à cet événement culturel d'envergure, pour faire connaitre au grand public le livre et les écrivains amazighs. Malgré des embûches et des contraintes, d'édition en édition, le livre amazigh investit le SIEL et parvient à se frayer une place dans le secteur du livre.
Selon le président de l'Alliance marocaine du livre amazigh, Abdelmalek Hamzaoui, les assoiffés de lecture trouvent des difficultés à lire tout ce qui est écrit en tifinagh. La meilleure solution, estime-t'il, c'est de l'écrire en latin. «Il y a des gens qui comprennent ce que nous écrivons en latin. Sinon il faut écrire en français étant donné que c'est accessible à tout le monde. Le tifinagh est très difficile d'accès», explique-t-il dans une déclaration à Al Bayane. Mais le problème du livre amazigh ne se cantonne pas à l'alphabet ou la langue d'écriture. Il pâtit également des difficultés et contraintes du secteur de l'édition.
«Quand on édite un livre, il faut le faire écouler. C'est un peu difficile au Maroc. Quand on écrit un livre, il faut toujours mettre la main dans sa poche parce qu'ils sont rares les gens qui veulent éditer», souligne Hamzaoui. A cela s'ajoute le faible lectorat au Maroc. «Le taux de lecture au Maroc est très faible par rapport aux autres pays. Quand on édite un livre, il devient une carte de visite qu'on distribue à gauche et à droite pour se faire connaitre», déclare le président de l'Alliance marocaine du livre amazigh.
Selon Hamzaoui, si les écrivains amazighs sont présents au SIEL, ils le sont toutefois en faible nombre par rapport aux autres écrivains non amazighophones. «Il y a des livres amazighs, seulement il faudrait que le ministère de la Culture s'intéresse aux écrivains amazighs. Certes, cette année, il va y avoir un prix pour le livre amazigh, ce qui est une très bonne chose, mais le ministère accorde moins d'attention à ces écrivains», conclut-il.
En tant qu'institution phare dédiée à la promotion de la langue amazighe, l'IRCAM édite plusieurs livres en amazigh ou sur l'amazigh dans différents domaines et langues. Toutefois, «le problème réside dans la diffusion de ces livres. En effet, l'IRCAM a signé un contrat avec une société de diffusion, mais les résultats n'étaient pas à la hauteur de ses attentes.
L'institution a signé un autre contrat avec une autre société, mais en vain. « Il s'agit en fait d'un problème des sociétés de diffusion», indique à Al Bayane M'hamed Sallou, directeur du Centre des études artistiques et des expériences littéraires et de la production audiovisuelle à l'IRCAM. Selon lui, le livre amazigh en tifinagh marche bien. « Nous avons édité le Petit Prince en amazigh qui a eu un franc succès.
On l'a réédité pour la deuxième fois. Il y a une demande concernant le livre amazigh écrit avec l'alphabet tifinagh», fait-il savoir. Par ailleurs, l'IRCAM a publié «mille proverbes», une anthologie des proverbes que l'institution est en train de rééditer. «Il y a un autre livre sur les devinettes qui sera réédité et un autre intitulé «tiraa» écrit en langue française avec 3000 exemplaires écoulés. Le stock du livre est épuisé.
Nous réfléchissons à éditer une deuxième fois ce livre», souligne-t-il. D'après M'hamed Sallou, les livres amazighs sont demandés. Leur seul défi est lié à la diffusion. Le SIEL est une occasion importante pour l'IRCAM de faire connaitre le livre amazigh. Une part importante des ventes de l'institut se font d'ailleurs au Salon, affirme-t-il. Hormis le SIEL, les salons régionaux organisés par le Ministère de la Culture dans différentes régions sont des occasions que l'IRCAM saisit pour promouvoir le livre amazigh. Lors de ces événements, nous recevons généralement des commandes d'ouvrages de recherche scientifique, les livres d'apprentissage et d'enseignement de l'amazigh aux enfants.
Pour l'écrivain, poète et dramaturge amazigh Saïd Abarnous, le livre amazigh souffre depuis toujours du problème de diffusion. Selon le Prix national de la traduction de l'IRCAM en 2016, «l'écrivain est obligé parfois d'éditer son livre, le diffuser et l'accompagner pour le faire rayonner auprès des lecteurs». Pour le traducteur, l'alphabet tifinagh ne pose pas de problème pour le livre amazigh, puisque «l'IRCAM a fait un travail important en matière de promotion du livre amazigh», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.