Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    Couverture des événements à Gaza : la douteuse moralité journalistique de la Deutsche Welle    RAIDS ISRAELIENS SUR LA BANDE DE GAZA: ACHARNEMENT CONTRE LE MAROC    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Recherche scientifique: premier congrès au Maroc sur l'utilisation des dérivés du cannabis    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Un candidat au poste de gouverneur de la Californie fait campagne avec un ours    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Cause palestinienne : Gare à l'effet de compensation !    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    Hervé Renard : "On m'a promis l'enfer avec les Lions de l'Atlas"    Algérie : un parti d'opposition dénonce une répression d'une « extrême violence » à l'égard des manifestants    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Industrie automobile, l'embellie se concrétise !    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Bourses d'excellence «Moroccan Scholarships for African Youth»: Bien outillée, la jeunesse africaine face aux défis de demain    Israël devrait-il se méfier de la scène que le Qatar donne à Haniyeh, alors que la confrontation avec le Hamas entre dans son huitième jour?    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Algérie : garde à vue prolongée pour une journaliste, arrêtée lors de la manifestation du vendredi    Nouvelles frappes aériennes d'Israël contre Gaza, électricité coupée    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Centre national de l'arganier : Les travaux seront lancés cette année    Nomination : Un nouveau PDG à Philip Morris International    Covid-19 : l'Algérie annonce une réouverture partielle de ses frontières malgré le contexte sanitaire difficile    Liga : Dimanche prochain, aura lieu la bataille de Madrid pour le titre !    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Rabat: Le Café des Oudayas rouvre ses portes    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Edito : Piqures de rappel    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    Chelsea défait en finale par Leicester    Hammadi Ammor, figure de la création nationale, s'est éteint    «Il faut travailler sur des œuvres théâtrales dans l'expectative d'une reprise culturelle»    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    Visionnage boulimique des séries : La guerre ouverte contre le sommeil    Le droit à la différence au coeur "La Cigogne Volubile "    Jordanie: Arrivée du deuxième lot de l'aide humanitaire d'urgence au profit des Palestiniens sur Très Hautes Instructions Royales    Botola Pro D1 « Inwi » (17è journée): Résultats et programme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Autour de «Maroc: guerre des langues?»
Publié dans Albayane le 14 - 02 - 2018

Un débat sur le multilinguisme au Maroc et ses enjeux sociaux, culturels et politique dans la société plurielle qui est la notre.
Invité du stand du CNDH, les éditions «En toutes lettres» ont organisé une rencontre autour d'un livre collectif traitant de la diversité linguistique au Maroc. «Maroc : Guerre des langues ?» est le titre de cet ouvrage qui a réuni des noms comme Abdellatif Laâbi, Yassin Adnan, Driss Ksikes, Mohammed Bennis, Jalal El Hakmaoui, Abdou Filali Ansary, Salim Jay, Nabyl Lahlou, Fouad Laroui, Ahmed Farid Merini, Mustapha Slameur entre autre.
Selon Kenza Séfrioui, l'éditrice, «cet ouvrage d'actualité traite d'un sujet très spécifique à notre société. Nous sommes fiers de la diversité culturelle et linguistique de notre pays. Par cette réflexion collective nous a permis de constater que nous ne pouvons plus nous contenter d'une fierté béate. En fait les langues au Maroc ont été confrontées à des enjeux, sociaux, économiques et politiques de notre société. Selon les langues que l'on maîtrise, on ne vit pas de la même manière».
Le projet consiste à donner aux auteurs la possibilité d'aborder le sujet de manière subjective sur leurs expériences dans ce contexte multilinguistique qui est le notre. Farid Mrini, psychanalyste s'y interroge sur le rapport que «nous pouvons avoir avec les langues dans un contexte de polyglottisme tant au niveau conscient qu'inconscient. A l'image de ce qu'une insulte soit proférée en Darija ou en français n'aurait pas le même effet. Les langues permettent parfois a un patient de ne pas vraiment dire son ressenti en l'expriment dans une autre langue.
C'est l'un des grands enjeux qui apportent des éléments d'analyse additionnel pour une meilleur perception de l'analysé».
Pour sa part Driss Ksikes, écrivain, journaliste, dramaturge entre autre, «il y a deux manières d'aborder la langue, on peut la prendre entant que norme, dans ce cas nous n'avons pas beaucoup de liberté à l'aborder. Par contre lorsque nous considérons cette langue comme une chose que nous pouvons posséder, là c'est notre ressenti qui est véhiculé dans toutes ses subtilités, elle devient notre langue». Jalal Hakmaoui, chercheur, poète, éditeur aborde le sujet dans un sens plus politique, à savoir l'héritage colonial du clivage entre l'arabe et le français. Pour lui, «le débat sur la darija et l'arabe ‘standard' n'existe pas nous ne sommes pas dans un phénomène de diglossie car le fait de classifier ces deux langues en haute et basse ne correspond pas à la réalité. La darija est l'arabe vivant évolutif. La vrai confrontation se trouve entre l'arabe dans sa globalité et le français langue du colon».
Quant Mustapha Slameur, il y expose son expérience artistique qui est une sorte de voyage dans les langues. Il a fait du Rap en Français, du ragga en darija, du slam en darija et en arabe standard. Son intervention est un exemple vivant du multilinguisme que nous vivons au quotidien avec ses atouts et ses limites dans la capacité à s'exprimer.
Un débat passionné a suivi les interventions mettant en exergue les replis identitaires basés sur des raisons linguistique a bien montré l'importance que revêt un tel débat au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.