Prise en charge des enfants abandonnés : Une circulaire du procureur général appelle à une "intervention positive"    La CNSS lance l'opération d'immatriculation des personnes assujetties à la CPU    Le Maroc plaide pour une approche respectueuse de l'environnement    Le roi Mohammed VI écrit à la reine du Danemark    Botola Pro : Le WAC tenu en échec par le MCO    Barça: l'offre de Laporta à Messi    Coronavirus : 40 arrestations lors d'une manifestation pour réclamer la tenue des prières surérogatoires, tarâwîh    Opération Marhaba : Sebta et Melilla craignent l'exclusion    La généralisation de la couverture sociale, un projet avant gardiste en Afrique et dans le monde arabe    Covid-19 : Monaco allège ses restrictions et rouvre ses restaurants    Sahara : Elliott Abrams soutient à nouveau le Maroc, un coup dur pour les séparatistes et Alger    Piratage : Londres "gravement préoccupé" par des "activités malveillantes" de la Russie    L'Icesco lance la 2e édition de ses programmes ramadanesques    Blockchain et Immobilier : le grand défi    Achraf Hakimi ne quittera pas l'Inter Milan    MAT-RCA ce soir à Rabat (22h00) : Le Raja pour réduire l'écart avec le Wydad, le Moghreb de Tétouan pour s'éloigner de la zone rouge !    Footballeurs marocains de l'étranger : Accusé de geste obscène, Hamdallah a été blanchi !    HUSA-RSB : Hakam pour la continuité, Benali pour le déclic !    3ème promotion de Madaëf Eco6 : la Société de Dévelopement Saïda annonce les lauréats    La BVC débute en hausse    La FAO et l'UA publient un guide pour renforcer le commerce des produits agricoles en Afrique    Vaccins anti-Covid : le patron du laboratoire Pfizer évoque la possibilité d'une troisième dose    Les prières des Tarawih sont-elles effectuées à Fès ?    VACCIN, ES-TU LÀ?    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    L'Académie du Royaume du Maroc publie « Tebraâ », un recueil qui célèbre la poésie féminine Hassanie    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec 13 nouveaux pays    Versement des bourses d'études aux stagiaires de l'OFPPT à partir du 15 avril    Votre e-magazine Challenge du vendredi 16 avril 2021    6 chantiers et 31 projets prévus : La Douane dévoile son plan stratégique 2023    États-Unis: une fusillade à Indianapolis fait huit morts    Prix à la consommation pendant Ramadan: Les produits les plus touchés    CNOM : La liste des athlètes marocains qualifiés pour les JO de Tokyo sera annoncée en juillet prochain    Météo : Pluies et averses orageuses sur plusieurs régions ce vendredi 16 avril    UA: le Maroc plaide pour inscrire la sécurité sanitaire en Afrique comme point permanent à l'ordre du jour du COREP    Conseil de gouvernement : Adoption d'un projet de décret relatif à l'organisation judiciaire    Maroc - Egypte : M. Bourita s'entretient avec son homologue égyptien    Mali : la date des élections présidentielles fixée au 27 février 2022    L'ONU condamne avec fermeté    «Trilogie Marocaine 1950-2020» au musée national de Madrid    «Je me suis engagé à faire entendre la voix des habitants des montagnes»    «Hididane» aimé, «Hdidane» plagié ... par les gens de l'Est !    "Cultures ouvertes : L'Espagne et le Maroc " , une exposition virtuelle de l'Institut Cervantès    Cérémonie des Oscars: Des stars en chair et en os, pas sur Zoom    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Noureddine Ayouch : «La darija et l'amazigh doivent devenir des langues nationales»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 07 - 2010

Le président de la Fondation Zakoura pour l'éducation, Noureddine Ayouch, estime qu'il faut revoir l'enseignement des langues au Maroc et reconnaître la darija et l'amazigh comme des langues nationales.
ALM : Le colloque international sur les langues a suscité de vives réactions notamment du côté des islamistes.Que répondez-vous ?
Noureddine Ayouch : Cette situation s'explique par le fait que les islamistes n'avaient pas pris connaissance du rapport de synthèse contenant les recommandations des deux journées du colloque. Ils pensaient que nous voulions remplacer l'arabe classique par l'arabe dialectal. Ce qui est totalement faux. Nous n'avons jamais eu l'intention de remplacer une langue par une autre. Il n'est pas question de détruire une langue et de mettre en avant une autre. Nous n'appelons pas à la confrontation entre les langues mais à la convergence et à l'amour des langues.
Que pensez-vous du débat sur les langues qui anime actuellement la scène socio-politique au Maroc ?
Je parlerai plutôt de la scène sociale que politique. Il était temps que cette problématique se pose avec tant d'acuité et que tout le monde s'y intéresse. Le constat est là : les étudiants marocains même après avoir terminé leurs études ne maîtrisent ni l'arabe, ni le français, ni l'anglais. C'est pourquoi, il faut revoir l'enseignement des langues au Maroc et renouveler les méthodes pédagogiques. Pourquoi ne pas enseigner les langues au moyen de l'audiovisuel comme c'est le cas en Europe. Au Maroc, nous sommes confrontés au phénomène de la diglossie. Nous parlons une langue, à savoir l'arabe dialectal et nous écrivons avec une autre langue (l'arabe classique). Ce qui pose un problème de communication et d'efficacité au niveau des études. Il faut enseigner aux élèves l'arabe dialectal durant les premières années de la scolarité.
Comment agir avec la diversité linguistique au Maroc ?
La diversité linguistique est une richesse. Il faut la renforcer et non la détruire. Il est impératif aujourd'hui de renforcer l'enseignement des langues étrangères. Si le français constitue par excellence la première langue étrangère, il est indispensable de développer l'enseignement d'autres langues notamment l'anglais et le chinois qui deviendra bientôt une langue incontournable. Il est aussi question d'améliorer la qualité de l'enseignement des langues étrangères pour en faire un enseignement plus vivant.
Quelle place faut-il accorder à la darija ?
La langue arabe classique est la langue officielle au Maroc. La darija et l'amazigh doivent devenir des langues nationales. Il est important de noter que plus de 90% des Marocains parlent l'arabe dialectal et 35% l'amazigh. Parmi les Amazighs, une grande partie parle l'arabe dialectal. La darija a fait une percée remarquable. Elle est utilisée par la majorité de la population mais aussi dans les médias ( télé, radio), les pubs, les séries mexicaines et turques…Cette langue pratiquée par tout le monde doit avoir un statut.
Que pensez-vous de l'enseignement de l'arabe classique dans les écoles et dans le secteur de la justice ?
L'enseignement au Maroc doit commencer par la langue arabe maternelle. Pour ce qui est de la justice, les jugements doivent être rendus en arabe dialectal et non en arabe classique dans la mesure où un grand nombre de justiciables sont analphabètes. Ce défaut de communication entre les professionnels de la justice et les justiciables peut engendrer des conséquences très graves.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.